Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Conquérir la bourse

Le mensonge des prophéties

Audience de l'article : 1379 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction
« Tu vas voir que je vais me planter » D’après vous, quel est le pourcentage de chance que cette personne ait raison ? Beaucoup me direz -vous, et vous aurez raison ! En trading, peut être plus que n’importe où ailleurs, le mécanisme de prophétie auto-réalisatrice occupe une place majeure.

Qu’est ce qu’une prophétie auto-réalisatrice ou auto-destructrice?

Une croyance influence notre comportement, et nous pousse à mettre au point un mécanisme d’action et de pensées qui influence directement le résultat.

En trading, plus nous allons avoir de croyances sur le résultat, plus cela va impacter nos choix, l’aboutissement se trouve changé à cause de la croyance de base.

Il faut toutefois apporter une nuance dans la notion de prophétie auto réalisatrice en trading, car un débutant qui va être certain de réussir va généralement avoir plus de chances d’échouer ; on appellerai cela « la prophétie auto-destructrice » : les prophéties condamnent à l’échec, à plus ou moins brève échéance. L’excès ou le manque de confiance en trading vous condamne à une mort généralement rapide , et c’est avant tout le postulat de base qui en est responsable.

Comprenez moi bien, nous ne sommes pas dans la mystique loi d’attraction dont « le secret » reviens à croire que si l’on veut suffisamment fort une chose, elle finis par arriver, mais dans un rapport de causes à conséquences logique et pragmatique.

Le trading est très différent du monde du travail dit « classique », les seuls domaine où je retrouve des similitudes troublantes sont le milieu des sportifs de hauts niveaux , et celui de l’art sous toutes ces formes.

Si les plus grandes réussites en trading se veulent discrètes, tant le secteur brasse de sommes incommensurables de cash, les sportifs ou les artistes sont largement sur les devants de la scène.

Voyons ce que toutes ces réussites ont en commun et pourquoi les « prophéties » sont un point faible :

1- La perfection du geste :

On peut avoir des difficultés à trouver des points de ressemblance entre un comédien hors-paire , un champion de golf ou un trader talentueux. Il en est pourtant un de taille : le perfectionnisme du « geste ». Pour le comédien, cela peut être le travail du personnage, de l’intention, de l’émotion ; pour le trader, ce sera l’élaboration de son process, la mise en condition pour optimiser son exécution, la précision dans sa duplication. Je choisis la comparaison du comédien car je suis comédienne moi-même, et toute amatrice puis-je être, j’ai vite compris que le diable se cache dans les détails. Un comédien, un golfeur ou un trader ne doit pas focaliser son attention sur l’admiration du public, le birdie, ou le gain mais sur les moyens qu’il va mettre en œuvre pour que le geste soit « parfait ».

Lorsque je trade, je fais environ 8 trades gagnants sur 10 ; c’est un beau « score », certes ; mais il est parfois des gains qui me laissent un goût amer ou des pertes qui me donnent la sensation du travail bien fait ! Car je fais parfois des gains « non légitimes », si je rentre sur le marché avec un signal approximatif, que mon risk reward ne correspond pas exactement à mon process, au fond de moi, j’espère la perte ; car elle justifierai la discipline que j’ai habituellement. La dialogue interne serait donc du type : «  Évidemment, j’ai fais une perte, je n’ai pas respecter mes signaux d’entrée, j’ai perdu, c’est normal ! »

Mais il m’arrive parfois aussi de gagner avec un « mauvais » geste. A ce moment, le gain m’apparaît comme un mensonge, comme un dénie de ce que je défends jour après jour.

Le comédien qui se fait applaudir alors qu’il n’a pas tout donné sur scène doit ressentir ce même sentiment de gène et d’usurpation.

Ainsi, nous ne sommes absolument pas dans la prophétie ou dans la croyance, mais dans une approche pragmatique qui s’attache aux rapports de causes à conséquences : « Je fais de mon mieux, je donne tout ce que j’ai et le résultat de m’appartiens pas … »

2- Le talent et le travail :

Le talent sans travail n’est rien ,le travail sans « talent » est laborieux. Comment trouver en soi la motivation et l’envie si notre « geste » ne s’appuie pas sur nos talents ou sur nos forces ? Lorsque je parle de talent, il faut garder toute proportion car je pense avant tout au plaisir quasi inné de faire les choses sans nécessité de succès immédiat, et pas au don féerique prodigué dés le berceau ! Un talent est très large, et nous sommes tous des êtres talentueux : énergie, empathie, combativité, courage : voilà quelques exemples de « talents » tels que je l’entend.

Que se soit des sportifs de haut niveau, des artistes ou des traders pérennes : tous s’appuient sur cette même base solide : leurs talents et leurs forces.

Je ne suis pas « douée » en analyse, ce n’est plus un secret pour personne sur ce site ! J’ai travaillé juste assez pour que cette carence ne vienne pas sabordé mes points forts et je me suis ensuite appuyée sur mes talents. En travaillant sur vos points faibles, vous parviendrez dans le meilleur des cas à devenir moyen , en capitalisant sur vos points forts, vous vous offrez la possibilité de devenir excellent ! Toutes les réussites exceptionnelles sont donc dotées de ces 2 ingrédients : talent et travail !

A ce niveau ; croire en une prophétie reviendrai donc à donner au destin une responsabilité qui nous reviens et que l’on refuse. « Je crois que je vais réussir car j’en ai besoin pour trouver l’énergie du travail , je crois que je vais échouer car j’ai peur de tout mettre en œuvre et de ne pas réussir »

3- Patience et persévérance :

A. Lincoln disait : «  Si j’ai 6 heures pour abattre un arbre, j’en passe 5 à affûter ma hache ! » J’adore cette image, et si l’on y prête attention, nous pouvons la retrouver aussi dans toutes les réussites.

Dans une société où l’immédiateté est une valeur montante, tous nous pousse à perdre de vue cette évidence : le succès se construit jour après jour ! Lorsqu’on assiste à un match, à une course ou à une expo de notre artiste favoris, nous voyons le résultât. Béats d’admiration, nous ne connaissons pas tout le travail fournis, tout les obstacles franchis, tout les sacrifices et toute la peine : voilà l’autre point commun, la résistance devant l’adversité et la patience!

Il est vrai que sur ce point , avoir une belle prophétie personnelle peut être une béquille ; ce « support » reste toutefois une arme à double tranchant, tant la prophétie peut venir se briser sur les falaises de la réalité.

Pour conclure, je ne dirais qu’une choses : Si vous avez besoin d’une prophétie, faites en sorte de la bâtir sur vos moyens, et non sur vos exigences ou vos craintes. Ayez la croyance que vous chercherez les meilleurs ressources disponibles. Le résultat n’étant alors qu’un détail , vous supporterez bien mieux les aléas de votre incroyable voyage…
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire thoor lundi, 25 novembre 2013 17:04 Posté par bankor

    wouah!


    si tu as 6 heures pour couper un arbre tu passes 5 heures à affuter ta lame


    c 'est que la pro fait scie ?


     


    c'est un peu tordu mais ça mérite respect et réflexion (je parle de ta prose).


    Merci .