Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Fabien Manach

Fabien Manach

Analyste technique depuis une dizaine d'années sur les marchés financiers, j'ai fait mes débuts chez Waldata puis Tradingcentral avant de rejoindre le département de recherche de la SG CIB au sein duquel j'ai travaillé 5 ans en tant que co-responsable de l'analyse technique Taux et Change.

Fort de cette expérience, j'ai souhaité créer une société de conseils en analyse technique, ATchart (www.atchart.fr), spécialisée sur le Forex, mon coeur de métier, mais également sur les Matières Premières.

Nous proposons un service de recommandations (CommoFX) dont vous pouvez consulter les caractéristiques sur notre site http://www.atchart.fr/abonnement.php

Par ailleurs, vous pouvez retrouver quotidiennement le "Trade du jour", une idée de trade exclusive et 100% gratuite !!! Vous pouvez la consulter ici www.atchart.fr/trade_jour.php ou bien la recevoir directement dans votre boîte email. N'hésitez pas à vous inscrire !

Enfin, ATchart propose également des formations à l'Analyse Technique et des prestations destinées aux professionnels (analyses sous forme vidéos, newsletters, publications régulières...).

promospeciale

Le biais directionnel des Traders

Audience de l'article : 1491 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
S’il est un domaine aussi vaste que passionnant, base de l’analyse technique et élément fondamental de la réussite ou non en trading, c’est bien celui de la Psychologie.

On entend souvent parler des biais psychologiques des traders liés à la gestion de leurs positions et des erreurs qu’ils commettent trop souvent (laisser courir les pertes, couper les gains trop rapidement, moyenner à la baisse, déroger à son plan de trading initial…). Mais il existe également un biais en amont de la prise de position, il s’agit du biais directionnel, c'est-à-dire la tendance naturelle des traders à privilégier un sens.

Au-delà de la perte potentielle d’opportunité qu’implique le fait d’être biaisé et de ne se concentrer que sur un directionnel, le biais peut parfois conduire à l’entêtement et des mauvaises décisions.

Biais haussier naturel

La majorité des investisseurs particuliers ont une tendance naturelle à privilégier les prises de positions longues (à l’achat).

2 facteurs principaux peuvent justifier un tel comportement :

-        D’une part, la Bourse est censée être la représentation de la santé et la prospérité de l’économie qui est supposée être en croissance sur le long terme. Il y a donc une certaine conscience collective pour se positionner naturellement à la hausse, même si cela à évoluer depuis quelques années.

-        D’autre part, si la vente à découvert ou vente à terme existe depuis très longtemps, celle-ci ne s’est démocratisée qu’assez tardivement auprès du grand public, expliquant certainement cette tendance à privilégier les positionnements à la hausse.

Evolution des mentalités

Plus récemment, on dénote une certaine évolution des mentalités quant à la prise de positions à la baisse. Là encore, 2 raisons permettent d’appréhender ce changement :

-        Tout d’abord, depuis l’explosion de la bulle internet/high tech en 2000, les investisseurs ont été bercés par des marchés actions en baisse, des crises qui se sont succédées et une confiance qui s’est étiolée au fur et à mesure. Ceci a certainement contribué à faire fuir quelque peu le réflexe de jouer la hausse systématiquement, comme c’était le cas depuis des années voire des décennies de bull-market. Il suffisait en effet de rentrer en position à l’achat et d’attendre tranquillement que la valorisation de son portefeuille s’apprécie. Avec des marchés chaotiques, marqués par des replis prononcés et durables, le positionnement short a pris une nouvelle dimension.

-        Ensuite, l’autre facteur ayant contribué à cette évolution est certainement l’émergence des produits dérivés depuis une dizaine d’années (Warrants et Turbos sont apparus en France en 2003). Ceux-ci permettent de se positionner aussi bien long que short, et ce, de manière similaire. Le rapport à la baisse avec ces produits est différent mentalement de celui d’une vente à découvert traditionnelle ; il n’y a plus cette barrière psychologique et financière (les puts ne coûtent pas plus chers que les calls alors que la vente à découvert a un coût) qui pouvaient être un frein pour shorter un sous-jacent.

Quid du biais baissier ?

A côté de cela, on compte également certains traders qui ont un biais baissier :

-        Ce biais peut être le fruit d’une volonté, d’une démarche intellectuelle réfléchie. Il peut s’agir par exemple de profils ayant développé une certaine aisance à repérer les sommets de marchés, les excès à la hausse. Il est vrai que les tops de marchés ne se forment pas exactement de la même manière que les bottoms en termes de précision de configuration graphique ou de timing. Il s’agit d’une qualité intéressante pour les traders ayant développé cette faculté.

-        Ce biais peut être lié également à une volonté de toute-puissance, de domination vis-à-vis du marché. Certains investisseurs se positionnent dans un rapport de force avec le marché, ils souhaitent lui imposer en quelque sorte leur vision, leur désir. Ceux-ci auront du mal à être pérennes en Bourse. Ils verront des tops là où il n’y en a pas forcément, aveuglés ou trompés par leur volonté à voir le marché baisser à tout prix. Ils s’acharneront à se positionner short pour des raisons non justifiées. Bien sûr, ce type de profil dispose de son homologue haussier, le fameux « bottom-fisher ». Dans tous les cas, cette approche est destructrice à terme.

On retrouve évidemment ces comportements chez des traders ayant un biais positif mais vous l’aurez compris, c’est souvent le réflexe et l’habitude qui conduisent les investisseurs à adopter un positionnement long alors que le biais baissier implique dans bien des cas une démarche voulue plus ou moins consciente.

Connaître son profil…

Au final, et pour élargir les biais directionnels aux autres biais psychologiques du trader, chaque profil d’investisseur est fonction de son vécu, de son expérience, de ses peurs, ses craintes, son aversion au risque (mentalement associée à la baisse, la baisse pouvant être assimilée à la perte alors qu’elle peut être source de profits).

Il peut être judicieux pour tout trader de prendre le temps de réfléchir à son profil, et aux raisons qui l’ont forgé, afin de pouvoir appréhender sa relation au marché plus efficacement et peut-être comprendre les causes de ses erreurs passées.

…pour devenir un meilleur trader

Nous avons tous plus ou moins un biais. Faire l’effort de reprendre ses trades passés, étudier les raisons qui ont motivé ses choix, tenter de comprendre les causes de sa propre tendance à privilégier tel ou tel sens sont autant de points à appliquer pour devenir un meilleur trader.

Inverser les graphiques pour mesurer votre biais

Je finirai cet article avec une astuce assez connue mais redoutable pour mesurer votre tendance à être biaisé dans un sens ou dans l’autre.

Si votre logiciel ou plateforme de trading le permet, je vous invite à afficher les graphiques des positions que vous souhaitez prendre à l’envers. Si votre jugement est totalement neutre et basé sur des éléments tangibles, vous aurez quasi systématiquement une opinion inversée à votre sentiment initial.

En revanche, s’il arrive assez souvent que votre opinion reste similaire à celle du graphique non-renversé, cela signifie que vous êtes biaisé dans ce sens. Le fait de le savoir doit alors vous permettre de mieux cerner votre comportement et d’opérer les changements nécessaires qui nuisent à votre performance.


Retrouvez toutes nos recommandations sur les Matières Premières et le Forex avec le service CommoFX et découvrez tous les matins le "Trad du jour", une idée de trading exclusive et 100% gratuite !

Fabien Manac'h

ATchart

www.atchart.fr



Poster un commentaire