Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Conquérir la bourse

Emotion et discernement en trading

Audience de l'article : 1500 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Trop souvent, nous avons tendance à dire qu’en trading, il faut laisser un maximum nos émotions de côté, hors, lorsqu’elles sont bien catalysées, nos émotions sont un radar précieux et nous fournissent des informations importantes en prendre en compte. En effet, l’émotion peut aussi être une aide a des choix rationnels et rapides; elles nous permettent de passer au-delà du détail et de hiérarchiser les informations. L’émotion se tournant vers un aboutissement, une action alors que la réflexion nous pousse à l’immobilisme.

Quand elles ne viennent pas biaiser nos actions suite à des phénomènes de fuite ou d’attaque, nos émotions nous donnent une base de données mentale, en associant des situations de marché a des sentiments positifs ou négatifs. Les occulter revient donc à se priver d’un indicateur interne précieux. Afin de créer cette base de données, il faut emmagasiner dans sa mémoires beaucoup de situations variées, c’est bien là le frein majeur, car seul le temps et le travail permettent de développer ce que certains appellent l’instinct du trader.

Les émotions de bases à tous les hommes sont : la joie, la tristesse, la colère, la peur, l’étonnement et le dégout. Et ce sont bien ces émotions primaires qui nous servent et nous desservent dans notre travail de trader.

Ne vous est-il jamais arrivé de prendre une position, et à peine le click consommé, vous savez que vous avez fait une erreur? Ce sentiment de fuite face à une décision récente, voire immédiate ne vous est pas dictée par votre résonnement, mais par votre boussole interne dont les caps sont déterminés par vos émotions. Ainsi, notre instinct sait parfois ce que notre raisonnement ignore.

J’entends parfois parler de stratégie discrétionnaire; j’avoue que ce n’est pas mon choix de travail car il est important de laisser à l’instinct et aux émotions la place qu’ils méritent; à savoir, un indicateur parmi d’autres et qui doit prendre sa place dans un ensemble plus grand. Je ne prône donc absolument pas le trading free style, qui revient à jouer à la roulette Russe, mais un équilibre, certes précaire, entre l’analyse, le respect de la stratégie, qui sont des données palpables et pragmatiques; et le ressentit propre à votre expérience de trader.

Cela nécessite toutefois d’être manié avec beaucoup de précaution, car vous êtes assis sur un baril de Nitro et cela limite vos capacités de travail. En effet, de nombreuses périodes, ou situations sont à éviter si vous souhaitez développer votre travail dans ce sens. On distinguera 2 types de situations à éviter, ou pendant lesquelles votre instinct peut plus facilement vous jouer des tours :

1- Hors trading :

Nos vies sont toutes traversées de changements, de tempêtes ou des grandes joies. Naissance, décès, déménagement, nouvel emploi, rencontres importantes; la liste des évènements qui chamboulent nos vies est extrêmement longue, et celons les personnalités ne trouvent pas la même raisonnante dans notre sphère émotionnelle. Elles viennent déstabiliser notre radar interne, parfois avec joie, d’autres fois avec tristesse. Quoiqu’il en soit, ce sont de périodes où il faut se montrer particulièrement vigilent. L’important étant de les reconnaitre lorsque nous les traversons.

2- En trading:

Joie, humiliation, peur, envie; liste non exhaustive d’émotion que nous ne contrôlons pas, en tout cas, pas directement. Un résultat est rarement neutre sur notre instinct, même une sortie sur le break even génère une réaction, certains prônent le trading sans émotion, c’est impossible, dès que vous êtes exposés, vous ressentez quelque chose, le nier est une forme de dénie. Vos émotions peuvent donc vous inviter à une prise de risque plus importante ou, a l’opposé, à la fuite. Le rapport au risque est donc faussé à ce moment-là, et vous avez un choix à faire: soit continuer à trader, en essayant au mieux de rester sur les données pragmatiques (stratégies, indicateurs techniques, MM) ; soit faire autre chose, le temps que votre boussole ait a retrouvé le nord.

Tous, nous avons plus ou moins tendance à vouloir faire plier l’environnement a nos exigences, dans certaines situations , cela fonctionne, mais en trading jamais. L’acceptation et l’apprentissage de la frustration sont donc des passages obligatoire afin de ménager nos émotions et de les utiliser au mieux.

Si vous souhaitez approfondir cette question, je vous invite sur le lien suivant :

http://www.bus.umich.edu/academics/departments/finance/lo_repin2002.pdf
Poster un commentaire