Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Conquérir la bourse

Crise et opportunité

Audience de l'article : 966 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Pierre a 32 ans, formé dans de grandes écoles de finances, il a travaillé 5 ans à Londres, a gagné « beaucoup » d’argent et trade en compte propre depuis 3 ans .

Ses 2 premières années en compte propre se passent bien, Pierre a totalement conscience des moyens dont il a besoin pour avoir un trading profitable, il a une bonne stratégie, une bonne maîtrise de ses émotions et une routine opérationnelle qui le protège de certains leviers comportementaux. Il aime travailler dans le calme, a un tempérament solitaire et n’a pas besoin de faire des performances très élevées pour vivre confortablement de son trading. Son objectif est de 2 % par mois, régulièrement , il l’atteint largement avant la fin du mois ; bref, Pierre mène une existence paisible et indépendante grâce à son talent d’analyste et à une prise de recul facile.

Mais Pierre a un grave défaut pour qui travaille en France : il est totalement incompétent pour tout ce qui est administratif et aussi… fiscale. Il ne prend pas le soin de déléguer cet aspect à un conseil avisé, son comptable ne connais pas la législation des plus valus-mobilières et bref, comme je n’y connais rien non plus, je ne vais m’attarder sur le sujet… il ne déclare pas tout, par ignorance ou cupidité, peu importe, le résultat est le même : il est rattrapé par le fisc il y a 1 an et une procédure de redressement s’amorce.

Dés le départ de la procédure, Pierre commence à connaître des ratés dans son trading.

Il dors mal, il est tendu, il est en réflexe de lutte quasiment permanent. Le couperet ne mets pas longtemps a tomber : il gère moins bien son risque, augmente considérablement son objectif afin de provisionner les sommes que le fisc ne tardera à lui réclamer, il augmente son exposition, les écarts se creusent avec des journées très bonnes et d’autres catastrophiques.
Pierre entre peu à peu dans un grand 8 émotionnel,  il est pris dans une escalade d’engagement ( voir :http://psychotrade.fr/decision-le-piege-abscons/)

Cela me fait penser à l’expérience de la grenouille :

Vous prenez une grenouille et vous la plongez dans une casserole d’eau bouillante, immédiatement, elle saute, s’échappe et sauve sa vie. 
Vous reprenez la même grenouille, vous la mettez dans une casserole d’eau tiède et vous faites doucement chauffer l’eau, tout doucement… Elle barbote, se délecte, ne perçoit pas l’augmentation régulière de la température, et finis bouillie, sans même avoir montré de signe de souffrance avant de trépasser! 
Charmant !

Au bout du compte, les mois se succèdent, parfois en perte et Pierre, loin de provisionner ce que le fisc lui réclame finis par entamer son capital avec ses pertes.

Pierre a peur, il a perdu confiance en lui et en son système, il est en colère contre lui-même et contre la terre entière. Il ne parviens plus à prendre de recul, l’avenir lui paraît sombre et il ne voit pas comment il pourra sortir de cette spirale. Il ne respecte plus son système, entre dans la psychologie du quitte ou double, fait tapis et perd, perd, perd encore.

J’aimerais vous dire que cette histoire finis bien, qu’il se reprend finalement et qu’il acquiert à nouveau maîtrise et régularité, mais j’irais un peu vite en besogne, car cette histoire et en train de ce produire, au moment où j’écris.

Qu’est-ce que Pierre peut faire dans cette situation ?
1-Faire un break

Il est tellement investit, collé au problème qu’il ne voit pas avec discernement et clarté, il est submergé par les émotions , happé par ses peurs et ses angoisses qui ont pris les commandes de ces actes. Il a donc besoin de faire une pose, de se recentrer pour retrouver un comportement rationnel.

2- Être factuel

Dans sa tête, il devait payer « une fortune »  au fisc. Et cette vision est évidemment fortement connotée négativement. Lorsque je lui ai demandé le montant exact, il a hésité un instant, non pas parce qu’il ne voulait pas me la dire, mais parce qu’il ne l’avait plus exactement en tête.
Cette somme représente quel pourcentage de mon capital ? Si je veux garder le même train de vie, quel pourcentage de performance vais-je devoir réaliser avec mon capital diminuer ?
Cette performance est elle atteignable ?
Si oui, comment ? Sinon, suis-je prêt à temporairement revoir mon train de vie à la baisse, ou ai-je une autre alternative ?

3- Envisager les issues possibles

Les pires, les meilleurs , les plus farfelues. La question ici est la suivante :

Vers quel avenir cette situation peut-elle me porter ?

Lorsque nous avons travaillé cette question avec Pierre, il s’est aperçus que le pire qu’il envisageait n’était probable que s’il « pétait un plomb » et là où cela devient vicieux , c’est qu’envisager ce « pire » lui faisait péter les plombs justement,  vous me suivez ?
Lorsqu’il a compris que sa peur accroît le danger, il a put commencer à travailler à se débarrasser de sa peur et a démystifier la somme qu’il devrait payer au trésor public.

4- Voir le verre à moitié plein

Quand la situation est pourrie et cela peut nous arriver à tous , je me souviens de cette phrase :

« Donne moi la force de changer ce que je peux changer, d’accepter ce que je ne peux pas changer, et la sagesse de faire la différence »

Pierre devra payer, on ne lutte pas avec les impôts !
Les chinois ont le même mot pour « crise » et « opportunité », non pas qu’ils aient un champs lexical plus réduit que le notre ; mais parce qu’il perçoivent une crise comme l’occasion de se dépasser de d’explorer d’autres voix de développement.

Pierre saura t-il transformer cette crise en opportunité ? Ce n’est pas à moi que cela appartient, et je comprend bien que c’est compliqué et douloureux. Mais compliqué n’est pas impossible, alors je lui souhaite bon courage et à bientôt !
Poster un commentaire