Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


promospeciale

Choisis ton cheval de bataille!

Audience de l'article : 1028 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
La situation :

En ce moment, j’ai un client dont la situation est intéressante à partager. Paul a fait du trading en manuel pendant une dizaine d’années. Avant, il était analyste de marché chez un gros institutionnel. Il y a 10 ans, il quitte l’entreprise pour se consacrer au trading en compte propre à 100 %. Grâce à un bon capital de départ et à des besoins matériels raisonnables , il parviens à vivre de son trading pendant plusieurs années.

Il y a environ un an, Paul est sollicité par un ami informaticien pour élaborer une stratégie algorithmique. Les 2 hommes sont brillants, et possèdent nombres des compétences requises pour ce projet. De plus, Paul, qui commençait à s’ennuyer dans son coin retrouve de l’énergie et de la motivation dans cette nouvelle sollicitation intellectuelle.

Il organise donc ces journées entre recherches, trading manuel, et distractions.

Après quelques mois, ils pensent avoir trouvé la solution miracle. A coup de skype journaliers, ils se gargarisent de leur propre grandiosité, se congratulent à coup de tapes virtuelles dans le dos et imaginent déjà le tas d’or au bout du tunnel. Le robot qu’ils ont mis au point gagne beaucoup, mais après quelques semaines leurs ordres sont bloqués par je ne sais quelle instance divine en haut lieue : retour à la case départ.

La solution miracle patine, s’enlise, et après plusieurs mois d’acharnement fébrile, ils se rendent à l’évidence, cette approche n’est pas la bonne : il faut recommencer depuis le début.

Le problème :

Quoique, je dis « retour à la case départ » mais pas tout à fait, car beaucoup de choses ont changé entre-temps : Paul s’est nettement enrichis et a gagné en quelques semaines de quoi vivre 2 ans, il a développé la certitude que l’automatisation est possible pour un kidam moyen, et surtout, il ne se voit plus chercher, à force de travail, de maitrise de soi et de gestion du risque ; ses 20 % par an.

Paul reprend sa ritournelle : recherches, trading manuel, distractions.

Mais maintenant, c’est dans la douleur qu’il avance. Les recherches se font anxiogènes, le trading manuel catastrophique, les distractions sans odeur, ni saveur. Paul peine a accepter cette réalité cruelle : «  Si tu mets au point un système qui gagne trop, on te larde, on te lapide, on te disloque » et toutes les sphères de sa vie s’en trouvent affectées.

Il enchaine les pertes, et plus il perd, plus il angoisse et moins ses recherches sont porteuses. 100 fois, il crois trouver la réponse qu’il cherche pour ses algos, 100 fois il met ses découvertes à la poubelle. Il oscille entre fébrilité enthousiaste d’avoir découvert la clé de la richesse, et découragements cuisants.

Mais Paul est rude à la tache, et persévérant, alors, à chaque fois, il remonte en scelle, un peu plus déterminé, et un peu plus engagé dans son action. Tel un Sisyphe assoiffé et affamé, il pousse son rocher en haut de la montagne, le rocher roule en bas, mais il recommence, inlassablement.

Paul croit que beaucoup abandonnent, mais peu échouent.

Notre rencontre :

Paul veut concilier ses recherches et un trading manuel profitable.

Après tout, pourquoi pas ? Il diviserait son temps, le matin : trading manuel et l’après-midi : recherches. Au niveau de l’organisation, c’est tout à fait réalisable… Sauf que les choses sont un peu plus complexes que cela.

Le trading en manuel se passe mal,  il garde un sentiment « d’ à quoi bon ? ». Aller chercher quelques points, avec peine et constance demande une psychologie bien particulière. Quand il y pense, il y a quelques mois, il était au centre de la caverne d’Ali-baba et le voilà revenu devant ces écrans, sans avoir avancé d’un centimètre !

Son appétit est devenus vorace et les quelques points qu’il va chercher sur les marchés ne comblent pas sa faim ; alors il prend des risques irrationnels, augmente son exposition, recule ses stops, et accuse des pertes inacceptables.

J’adore l’image du totem de trading (http://www.webizz.net/quel-totem-de-trading/ ) : Paul était un écureuil, alerte et observateur, il scrute le marché, qu’il connais bien, cours chercher sa noisette et la ramène dans son nid, ni vue ni connus.

Mais rechercher un système algo performant n’est pas à la portée de l’écureuil ! L’ours peut-être, qui hiberne la moitié de l’année et se gave de saumon l’autre moitié.

Aurions-nous l’idée de demander à un ours de remplir un nid de noisettes ? Imaginez-vous un écureuil pécher des saumons ? Non ! Un ours ou un écureuil font ce qu’ils ont à faire, point barre !

Notre travail :

Paul est donc devant un choix cornélien:

-Faire le deuil d’une richesse qu’il a touché du bout de doigt ; se remettre d’aplomb et reprendre son trading manuel.

- Continuer ses recherches, arrêter de trader en manuel et voir où cela pourra le conduire.

Sans vous dévoiler ce que Paul a décidé, car la question n’est pas là, voyons quels paramètres nous prenons en compte pour qu’il fasse un choix éclairé :

- Impératifs économiques : Combien de temps, et quelle ressource financière peut-il accorder à ce projet ?

- Compétences : De quelle manière Paul et son ami peuvent ils accroitre les compétences disponibles : partenariats, structuration de la recherche, outils, logiciels, données élargies et fiables pour des test poussés … Comment peuvent-ils augmenter les ressources intellectuelles et opérationnelles pour gagner en temps et en efficacité?

- Lister les avantages et les inconvénients de chaque possibilité :

- Retour en manuel : Avantages :

« Cela ne dépend que de moi »

«  Je suis peu vulnérable »

«  Je maitrise mes performances globalement (sur un an par exemple) »

«  C’est moins anxiogène qu’une recherche incertaine »

-Retour en manuel : Inconvénients :

«  C’est dur d’être chaque jour dans la zone »

«  je n’ai pas droit de m’arrêter ou de tomber malade »

« je dois constamment analyser et prendre des décisions, c’est fatiguant »

«  je joue gagne petit alors qu’il y a des fortunes à se faire »

- Continuer la recherche d’un algo : Avantages :

« Je construit une richesse à venir »

«  L’automatisation n’est pas une vue de l’esprit, cela peut fonctionner »

«  Lorsque cela sera au point, je n’aurais plus de soucis à me faire pour l’avenir »

-Continuer la recherche d’un algo : inconvénients :

« Tant que je mène cette recherche, je ne peut pas trader en manuel car cela me pousse à l’erreur »

«  Je suis peut-être en train de dilapider mon capital pour le trading manuel »

«  Si nous ne sommes pas au point dans un an, je serais en difficulté financière »

«  Je suis sortit du monde de l’entreprise depuis trop longtemps, je suis inemployable »

- Comment retrouver la psychologie nécessaire au gain en manuel ?

- Travail de deuil et lâcher -prise

- Retour aux valeurs et aux gouts profonds

- Adaptation du système de trading manuel à une psychologie qui a évolué entre-temps

- Mise en place et reconnaissance des nouvelles limites (opérationnelles et psycho)

- Développement d’une activité professionnelle annexe pour aider les fournisseurs de technologie dans leur analyse de marché : prestataire de service peu chargé émotionnellement.

Paul doit bien évaluer aujourd’hui ce qu’ il est prêt à perdre, cela ma rappelle d’ailleurs cet article :

http://psychotrade.fr/quetes-vous-prets-a-perdre-pour-russir/

Il doit a présent choisir la bataille qu’il est bon pour lui de livrer car il ne peut pas livrer les 2 en même temps. Ceci est très compliqué : choisir, c’est renoncer ! Dans un cas, il renonce à ces velléités de cash machine, dans l’autre à une relative maitrise de sa vie.

Pour certains, « Un tiens vaut mieux que 2 tu l’auras », pour d’autres «  c’est parce qu’ils ignoraient que c’était impossible qu’ils ont réussis »

Personne ne peut conseiller à Paul le bon chemin, par contre, il peut choisir un chemin pour de bonnes raisons, et s’équiper au mieux pour faire face au aléas du voyage…

Bon courage « Paul » ;-)
Poster un commentaire