Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Conquérir la bourse

Alternative au stress : soyez curieux!

Audience de l'article : 1534 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
curieux 
 *
Entre 2006 et 2010, le ministère de la défense a mené une large étude sur les élèves pilotes de l'armée de l'air de Cognac. Cette étude visait à montrer l'impact d'une formation sur le stress et l'adaptation avec la méthode de neurocognitivisme.

Les résultats de cette étude furent sans appel, les pilotes formés réalisaient 2 fois moins d'erreurs en vol, et trouvaient 7 fois plus de solutions innovantes en moment de crise, certaines de ces solutions étant par la suite enseignées aux autres élèves. Les pilotes formés étaient-ils plus intelligents que les autres? Possédaient-ils, à la base, des ressources plus larges? La réponse est non, ces « cobayes » n'étant pas choisis et triés au préalable.

Cette méthode les a donc aidés à réagir de manière plus adéquate face au stress. C'est dans ce sens que je me suis intéressé à cette méthode et que je veux partager avec vous ses rudiments fondamentaux.

En quoi la pratique du neurocognitivisme peut aider des traders? Et surtout, qu'est-ce que c'est?

Pour commencer, il faut bien s'entendre sur la notion de stress. Le stress est une réaction physique standard a un agent stresseur (perte latente d'une position par exemple) via 2 systèmes d'alerte: le système adrénosympathique qui favorise la concentration et le système endocrinien qui maintien l'alerte au niveau musculaire et cérébral.

Nous aurions donc tendance à dire qu'il existe du bon stress et du mauvais stress. L'objectif de cet article est de vous montrer qu'il n'existe jamais de bon stress en trading.

Le stress est un signal d'alarme instinctif, dans le monde animal, où la moindre erreur peut être fatale, il permets de mobiliser ses ressources pour fuir, attaquer ou se soumettre; le but étant de sauver sa vie. Toutefois, pour l'homme moderne, les circonstances où nos vies sont mises en dangers sont extrêmement rares, nous avons en effet accrus nos systèmes de sécurité (nourriture, habitat) et beaucoup passent toute leur vie sans jamais être mis en danger direct de mort imminente.

Pourtant, l'homme est tout aussi stressé que l'animal sauvage, voire plus. Pourquoi?

La raison réside dans la nature du signal stresseur. Pour les animaux, c'est un signal externe (l'antilope qui sent la présence des lionnes) ; pour l'homme, c'est un signal interne (la vision que chacun possède d'une situation). Pour limiter le stress, nous pouvons donc, a priori, travailler sur 2 axes : réduire la cause de stress externe, ou changer notre vision interne de la situation. Pour les traders que nous sommes, réduire la cause externe reviendrait a abandonner notre activité pour aller élever des chèvres dans le Larzac; je ne suis pas sure que la majorité d'entre vous sera séduit par cette option. Reste donc à changer notre vision pour limiter notre stress et accroitre nos performances.

Nous avons 3 réactions possibles face au stress : la fuite, l'attaque et la soumission. Cette liste est exhaustive. Pour prendre un exemple de trading lors d'une perte latente, nous pourrions dire que le stress de fuite nous pousserait à couper notre position malgré des indicateurs positifs, que le stress d'attaque nous incite à moyenner à la hausse ou à la baisse sans raison raisonnable, et que la soumission (ou inhibition) nous paralyserait, nous empêchant de prendre quelque décision alors même qu'il faut en prendre une.

Il peut arriver que la décision prise sous l'effet du stress soit la bonne, par chance ou par hasard; mais notre activité ne nous permettra pas longtemps de jouer avec la chance. C'est pourquoi il est vital pour un trader de savoir gérer son stress.

Chaque jour, un individu prend environ 5000 décisions, cela va des plus anodines aux plus importantes. La majeur partie est traitée inconsciemment et gérées au niveau du cerveau limbique. Tous nos savoirs faires, nos habitudes, notre personnalité ou nos motivations sont gérées à ce niveau limbique. Ici, on avance en pilote automatique, sans y réfléchir, on agit de la sorte parce que c'est comme ça, un point c'est tout; on fait sans y penser.

Par opposition, lorsque que nous sommes face à une situation inédite, un problème difficile à résoudre ou une nouvelle langue, l'information doit être gérée par le lobe préfrontal qui est le siège de la réflexion, du recul et de l'anticipation. Le mode automatique du cerveau limbique est rapide et efficace, le mode adaptatif du préfrontal est fluide et innovant.

Le stress de l'homme moderne est très souvent une erreur de routage, ce signal d'alarme nous informe que nous traitons en mode automatique ce qui devrait être gérer en mode adaptatif.

Qu'en est-il en trading , lors d'une perte latente, pour garder notre exemple. Nous recevons l'information que le marché ne bouge pas dans le « bon » sens, cette information est directement envoyée vers le cerveau limbique , qui doit prendre une décision; mais les marchés étant très volatiles, et chaque situation ayant quelque chose d'unique, le cerveau limbique répugne a prendre cette décision qui ne lui appartiens pas; c'est là que le signal d'alarme s'enclenche et que le stress apparait. Le conflit entre les 2 modes est instinctivement analysé comme un signal de danger imminent.

Plus le trader sera expérimenté, plus son cerveau limbique aura enregistré des situations de marchés, moins il aura proportionnellement de chance de refuser l'information. Mais il y a plus rapide et plus efficace: apprendre à son cerveau a envoyé l'information directement là où elle doit aller, c'est à dire, dans le préfrontal.

Le neurocognitivisme nous enseigne plusieurs exercices pour nous y aider, voici le premier :

1- Asseyez-vous dans un endroit plutôt animé, fermez les yeux et concentrez-vous sur un son, puis 2 , puis 3 ... entendez ce qui se passe autour de vous comme dans un morceaux de musique. Percevez simultanément l'ensemble des sons qui vous entourent. Si vous zappez un son, recommencez du début, avec le premier son, le second...jusqu'a ce que l'ensemble audible forme un tout compact et que vous les perceviez ensembles.

2- Tout en continuant a écouter , sentez votre corps, vos points d'appuis, vos vêtements, votre poids

3- Levez-vous en gardant les yeux fermés , et sentez vos pieds qui vous portent, balancez vous tranquillement, et tout en écoutant et en sentant vos vêtements , ressentez aussi vos centre de gravité qui se déplace avec vos balancement. Soyez concentrés sur la perception de l'ensemble de ses informations sensorielles.

Cet exercice prends environ 10min, et son effet est immédiat. Le mode automatique du cerveau limbique ne pouvant gérer consciemment qu'une seule information a la fois, cette pratique active systématiquement le mode adaptatif du préfrontal. C'est donc une manière ludique et simple de l'activer. Si vous faites cet exercice tout les jours pendant 3 semaines, cela deviendra peu a peu une habitude et vous pourrez plus facilement sortir de la spirale du stress.

Je fais personnellement cet exercice dans des lieus publics, ce qui me permets, par la même occasion de travailler l'auto-dérision et le lâcher-prise sur le regard des autres, mais ça , c'est une autre histoire!

Ne me croyez pas sur parole, mais essayez, et dites-moi ce que vous en pensez!



Poster un commentaire