Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Caroline Domanine

Caroline Domanine

Entrepreneur, coach et trader…

…autodidacte et fière de l'être!

Je pense que chacun peut avoir sa chance s'il est prêt à y mettre le prix. Convaincue du pouvoir que nous avons tous sur notre vie, je me lance avec toujours plus d'énergie et de joie vers de nouveaux défis.

Trader par amour pour la liberté, coach par passion du partage, entrepreneur par besoin de créer; je crois que c'est notre comportement qui sera seul maître de nos performances. Parce que nos compétences techniques ne suffiront  pour gagner, développons nos compétences comportementales avec des questions et des outils simples à mettre en place !

Mon Blog : http://psychotrade.fr/


Conquérir la bourse

A la conquéte de nos libertés perdues!

Audience de l'article : 1492 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Tout au long de notre vie, et particulièrement dans l’enfance, nous perdons des libertés : se promener tous nus, dire à la dame qu’elle n’est pas jolie ou manger avec nos mains ; voilà quelques pertes qui ont un impact positif sur notre insertion dans la société. Mais nous perdons tous, en cours de route, des libertés, des droits qui réduisent nos possibilités de réussite et d’épanouissement. Les recherches en IRM, et l’étude du neurocognitivism sur les conséquences comportementales peuvent faire prendre conscience de l’étendue des dégâts sur les adultes que nous sommes devenus.

Je vais vous épargner le bla-bla scientifique pour rentrer dans le champ d’application précis du trading.

Imaginons cet enfant ambitieux et sans limite, qui, lors de son année de CE1 réponds à la maitresse qu’il sera président de la république, car il veut changer la face du monde. L’institutrice, pourtant bienveillante lui répond, en riant : «  Rien que ça ! » Les autres élèves, qui ont peut-être moins d’imagination, trouvent cette réponse décalée et s’amusent de voir l’insouciance de ce petit prétentieux ; bref, tout le monde trouve cette réponse très drôle, et les blagues fusent dans la classe. Notre petit ambitieux qui est aussi un grand émotif ; se sent ridicule, gêné et peut ancrer en lui, l’idée qu’être ambitieux l’expose au ridicule : il vient de perdre la liberté d’être ambitieux, le droit de tout tenter pour assouvir son rêves de changer le monde. Cet enfant grandis, il a fait des études commerciales, où il obtient un succès relatif et il décide de se mettre au trading, car là au moins, ces velléités de réussites restent cachées aux yeux du monde et il peut partir à la conquête des marchés sans s’exposer au ridicule de la société. Il va donc développer un comportement compensatoire pour assouvir un besoin décalé : son besoin est de changer le monde, mais il a perdu cette liberté ; le comportement compensatoire est de réussir à gagner beaucoup d’argent sur les marchés financiers.

Admettons qu’il mette tout en œuvre pour y parvenir, avec force en entrain, il se forme, adopte une stratégie en cohérence avec sa personnalité, organise sa vie autour de son trading , apprend à gérer au mieux ses réflexes de fuite ou d’attaque, et obtiens un certain succès. Richesse est faite, notre petit ambitieux qui rêvait de changer le monde est devenu un trader profitable, belle maison, belle voiture, liberté et autonomie. Mais après quelques années, il se sent soudain las  et insatisfait, il ne comprend pas, il a pourtant tout pour être heureux et peut être fier de sa formidable réussite. Il a juste oublié une chose en court de route, son besoin n’était pas de devenir riche, mais de changer le monde ! Le comportement compensatoire qu’il a développé ne comble pas son besoin primaire. Il commence à déconner, il respecte de moins en moins sa politique de risque, il enchaine les pertes et finis en burn-out, sous antidépresseurs et ère dans les couloirs de sa grande maison comme une âme en peine. Pour sortir de cette impasse, il lui faudra reconquérir sa liberté perdue : « j’ai le droit de faire tout mon possible pour changer le monde ! » Quand il aura compris cela, et qu’il se mettra en action, il retrouvera la motivation pour appliquer son système de trading et utilisera ses gains pour changer, à sa mesure, ce qui peut l’être.

Cet exemple vous parait peut être simpliste, et pourtant, nous avons tous des libertés perdues, certaines nous aident à nous inscrire dans le monde et la société, d’autres n’ont pas d’impact réel sur nos vies, mais certaines nous limitent, et nous empêchent de nous réaliser dans nos vies en général.

La perte de ces libertés est un processus plutôt standard : à un moment donné (souvent dans l’enfance où l’image sociale est très importante), nous nous sommes sentis ridicules et gênés d’adopter un certain comportement, et par la suite, afin de nous protéger, nous nous sommes interdis d’avoir ce comportement. Mais interdire un comportement ne signifiant pas modifier un besoin, nous avons gardé le besoin, et perdus la liberté d’agir pour le combler. Nous avons donc un besoin et une interdiction de le remplir de manière efficace, nous sommes insatisfaits, et l’énergie énorme que nous mettons dans la compensation laisse un gout amer : celui de l’échec et le sentiment du « jamais assez ».

Partir à la reconquête de ces libertés perdues n’est pas une mince affaire ! Pour une raison très simple : notre inconscient fait tout ce qui est en son pouvoir pour éviter la confrontation avec le comportement, riche de son souvenir douloureux.

En trading, les libertés perdues bloquantes sont très nombreuses, voici quelques exemples : perdre de l’argent, prendre des risques, être vulnérable, attendre patiemment le bon signal, gagner de l’argent, ne rien produire pour la société, être craintif, hésiter, être individualiste, agir sous pression, appliquer des consignes, être sédentaire ….etc… La liste est encore bien longue.

Au-delà du bagage technique (connaissance des marchés, des indicateurs, capacité de lecture des graph, élaboration d’une bonne politique de risque…), du bagage émotionnel (résistance au stress, résilience et acceptation de la perte, gestion des gains), notre bagage de « libertés » joue aussi un rôle majeur. Certains trader me contactent et rencontrent directement ce problème : ils ont un bon bagage technique (parfois bien supérieur au mien, ce qui n’est pas très compliqué ;-), une bonne maîtrise de leurs émotions et pourtant, cela ne suffit pas.

Y a-t-il des attitudes chez d’autres personnes qui vous gênent à un tel point que vous vous dites : « Jamais je ne pourrais faire cela » ? Y en a-t-il d’autres qui inspirent une admiration sans fin ? Lorsque vous rencontrerez ce type de comportement, essayez de comprendre pourquoi cela éveille un sentiment aussi fort en vous. Cette personne qui se donne le droit de faire ce que vous admirez ou réprouvez tant vous rends mal à l’aise, pourquoi ? Et surtout, la liberté que cette personne se donne vous serait-elle utile pour mieux vivre votre vie, pour mieux trader ?

Je vais partager avec vous un exemple personnel : Il y a encore quelques années, j’étais extrêmement gênée par l’avarice. Je n’avais pas le droit d’être radine, et les personnes avares me gênaient profondément. Lorsque j’ai débuté en trading, cette liberté perdue a été assassine, car j’acceptais de risquer bien plus que ce que j’étais en mesure de gagner. Je jouais « grand seigneur » et finalement, je perdais beaucoup d’argent.

Pourquoi je partage cet exemple avec vous ? Outre la liberté que je me donne de parler de moi sur internet, c’est pour illustrer le fait que certaines libertés perdues qui, a priori, n’ont rien à voir avec le trading peuvent vraiment nous pourrir la vie. Alors, des idées pour vous émanciper de vos chaînes ?
Poster un commentaire