Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Guillaume OLIVERES

Guillaume OLIVERES

Qui suis-je ?

Année de naissance : 1974
Situation maritale : marié
Lieu de résidence : France

Job actuel : 

  • Animateur, Formateur immobilier pour un groupe national

Job(s) précédent(s) :
  • Directeur Gérant d'une agence immobilière sous contrat de Franchise pendant presque 7 ans (4 à 6 salariés)
  • Commercial pendant 9 ans ( Multinationale en Bureautique et Pharmaceutique)

Passions :
  • Autrefois pratiquées : pêche à la mouche, arts martiaux
  • Pratiquées occasionnellement : golf, VTT, lecture, séjour sur l'île de la Réunion
  • Pratiquées régulièrement : trading, voyages en Italie

Ma présence sur Objectif Eco :

Faire profiter de mon expérience de changement de vie professionnelle tout en restant en France (nous sommes nombreux à vouloir le faire, mais le grand saut dans l'inconnu fera peur à beaucoup de monde). Je vous en dirai plus sur l'inconnu.

Comment je suis passé du statut de salarié à chef d'entreprise et de chef d'entreprise à salarié avec compléments de revenus significatifs. (c'est possible et je le prouve).

Vous parler de chef d'entreprise qui ont réussi (oui il y en a), ce que ça rapporte et ce que ça coûte (pas que sur le plan financier. Pourquoi ils réussissent, et pourquoi certains ont échoué (et comment ils ont rebondi). 

Mon regard sur la vie des Français  et l'immobilier(tous les jours je rencontre des acheteurs ou des vendeurs qui ont un projet immobilier ou une galère à gérer) .
En effet l'immo occupe une place centrale dans la vie des Français, et ce dernier conditionnera en grande partie leur bonheur futur ou une galère qu'il vont payer une grande partie de leur vie. De l'extérieur ça a l'air évident, mais pourtant...

DU TRADING comment sur plus de 200 tansactions annuelles, plus de 70 % de mes trades sont gagnants et que mon portefeuille progresse de minimum 20% par an depuis 3 ans.

Vous faire partager certaines expériences de vie, et comment je fais progresser mon patrimoine tous les mois. Objectif multiplier par 5 mon patrimoine en France en 12 ans. (eh oui ça prend plus de temps au pays de la fiscalité, mais tout quitter n'est pas toujours possible avec une famille).

DES IDEES DE TRADING 
avec une philosophie originale mais très pragmatique. Vous verrez que plus de 70 % des ces idées de trades seront gagnantes maximum dans les 6 mois. Et une bonne majorité en 1 mois







 

s.

promospeciale

POINT COMMUN ENTRE PILOTAGE AUTOMOBILE ET TRADING ? Le money management bien sûr

Audience de l'article : 845 lectures
Nombre de commentaires : 1 réaction


MONEY MANAGEMENT ET PILOTAGE AUTOMOBILE : même combat



Quel est le point commun entre le trading et le pilotage automobile : le Money Management bien sûr.

Quand le trading est une véritable passion, faire des parallèles avec tout ce qui nous entoure devient un automastisme.

Il y a de celà quelques mois, j’ai été invité sur un circuit automobile “Paul Ricard, le Castellet”, à ce que l’on appelle un trackday.






Une association ou une société, loue un circuit pour la journée, y ajoute un sponsor (en l’occurence c’était Alpha Romeo qui était là). Des passionnés de voitures et surtout de vitesse sont présents avec leur propre voiture, pour la pousser à ses limites.

Le but n’est pas d’arriver premier, c’est 4 courses de 30 minutes chacune, ou l’objectif est de faire un temps (en clair battre son précédent record), et pourquoi pas initier un ami ou ses enfants au sport auto.

Bien sûr il y aura quand même de la rivalité, et si on peut dépasser plus souvent les concurrents que le contraire c’est du piment supplémentaire. Mais l’idée de base, reste avant tout le plaisir tout en se comportant en gentleman.

L’ami qui m’a invité, m’a demandé si je savais piloter, si c’était ma première expérience, oui et non, en fait surtout non. Bien que j’ai eu une Porsche et un Z4, et une fois fait quelques tours sur un circuit avec une F430 Spyder, ça s’arrête là.

En fait j’ai rejoint une bande de 3 copains, qui sont de sacrès pilotes.  1 en lotus exige 430 (comprenez 430 chevaux) , un autre en Lotus 380, et le troisième en Alpine Renault (La nouvelle).

Et pour le reste des participants, des porsches GT RS, des Nissan, des Ferrari, quelques Audi, une KTM, et une Lotus 7.



Bref, voilà tableau pour la journée, chacun est venu avec son jouet. Messieurs Faites-vous plaisir ...

Un jour j’avais entendu Marc Fiorentino dire à la radio que le trading est une des rares activités où le marché peut être comparé, à un circuit automobile, à une différence près, sur les marchés le jeune conducteur avec le A cotoie Schumacher.

D’où la dangerosité pour le novice.

J’ai compris tout le sens de cette phrase pendant ce track day.

Quand on est dans les tribunes, on ne se rend pas compte de ce qui se passe à l’intérieur du véhicule, et même le gap entre :  être passager et pilote est encore plus énorme.

J’étais autant térrifié que fasciné.

Je vais vous raconter les différentes phases par lesquelles je suis passé, et pourquoi j’en suis arrivé à la conclusion qu’un pilote utilise une sorte money mangagement et que sans celà ce ne serait pas possible.

Arrivée sur le Circuit vers 7 h 30, le soleil se lève, l’accès au circuit se fait via une sorte de péage








Alignement des voitures, petit-déjeuner et briefing












Les voitures s’apprêtent à entrer sur le circuit




Et c’est parti, Messieurs faites votre meilleur temps





La première partie, j’ai observé, on va dire que c’est la partie confortable, une tasse de café à la main, un croissant, on passe des abords sur circuit, par les paddocks, et la partie supérieure










Impossible de se rendre compte de la haut de se qui se passe dans la voiture.






Voilà ça c’est la partie confortable.

Ensuite, on m’a proposé de participer au second tour comme passager. Dans une Lotus.

Le Pilote m’a fixé les ceintures, expliqué comment me tenir, et surtout, que si j’allais avoir envie de vomir, il fallait que je le prévienne avant. Ca commence bien...

Et c’est parti, en fait tout est millimétré, le pilote connait parfaitement son véhicule, son circuit, il se connaît aussi très bien lui même.
En fait on est toujours sur les limites. Le freinage est comparable à quand on pile pour éviter d’écraser un pieton, sauf que là c’est comme ça qu’on freine (tout le temps) . Soit on freine à fond, soit on accélère à fond. Les pneus crissent dans les virages, la lotus atteint presque les 250 km dans la grande ligne droite se fait distancer par les Porsches et les Nissans qui font dans 500 à 700 ch, mais la Lotus parvient à freiner plus tard, et oui car beaucoup plus légère.


En fait il nous explique au briefing qu’il y a des panneaux en bout de ligne droite 200, 150, 100, 50 (chaque numéro sur les panneaux correspond au nombre de mètres avant le virage à 90°) afin de savoir quand freiner.

Les voitures les plus puissantes donc les plus lourdes (porsche, Nissan) amorcent leur freinage vers les 200 m avant le virage, et les plus légères (cayman R, Alpine, Lotus, Alpha 4 C) vers les 150 m.

En discutant avec les pilotes pendant le déjeuner, certains m’expliquaient qu’un de leurs amis (pilote pro), freinait à 142 m. Oui vous entendez bien, pas 140 m, pas 150 m, mais 142 m, sur ce circuit là, avec telle voiture (je crois que c’était une audi R8 v10).

Vous voyez à présent où je veux en venir.



Comme en Money Management, la décision est prise avant le top départ. Comme pour un trade, on sait à combien on rentre et à combien on sort.

Je suis littéralemnet admiratif devant autant de professionnalisme et d’exigence.

Ensuite j’ai osé prendre le volant, je dis bien oser, car 10 minutes avant j’en été pas encore vraiment sur.

J’ai conduit (pas piloté), essayais de comprendre les 50 consignes que l’on me donnait à la minute, mais impossible deréaliser quoique se soit de correct.

Conduire une voiture de sport sur l’autoroute et piloter sont deux choses totalement différentes.

Etre ou posséder sont deux choses qui n’ont rien à voir.
(acquérir une méthode de trading et la maîtriser sont aussi deux choses très différentes, l'oublier vous coûtera cher)

(
J’ai vraiment pris une leçon ce jour là, les pilotes sont exceptionnels, l’ami qui m’a fait piloter, a ensuite repris le volant pour la dernière course. Et devinez quoi, avec sa Lotus, il les a tous plié. Même les voitures faisant 300 CH de plus. Le rapport poids/puissance de sa voiture, sa concentration, et la parfaite connaissance du circuit on fait que en dehors des lignes droites, (où il ne faisait pas le poids face à des 911 GT3 RS) il les a toutes dépassées, car il parvenait à freiner plus tard et réaccélérer plus tôt.



Le sport automobile tout comme le trading sont des activités extrêmement exigeantes. Il n’y a pas de place pour le hasard, l’espoir, la moindre erreur est sanctionnée immédiatement.

Celui qui ne respecte pas son Money Management peut importe son véhicule, il finira dans le mur tôt ou tard (en général assez tôt).

Le message que je veux faire passer à ceux qui sont passionnés de trading, il est impératif de prendre en compte un certain nombre de critères avant de se lancer.

Je pense que le trading est le sport Auto offre des terrains de jeux très variés

En sport auto, on a le rallye, la course sur piste (type Paris Dakar), le circuit en GT, en Radical, la F1 etc...

En trading, vous avez également un large choix, les blue chips, les small caps, les CFD, les options, les turbos, les penny stocks etc...

De la même manière que : avant de se lancer en sport Auto, il est nécessaire de bien choisir le type de véhicule et de circuit avec lequel vous vous sentirez le plus à l’aise.

Une fois ce premier choix réalisé, il faudra apprendre à vous connaître vous même.

On peut tout à fait mettre en place un money management ultra secure ou avoir une conduite ultra prudente.

Ce n’est pas le plus difficile. Le risque c’est que à court moyen terme, l’ennui va apparaître et vous serez tenté de prendre plus de risques.

La véritable difficulté sera de rester raisonnable et de maîtriser les risques.


- Le pilote, prendra son virage trop vite, ou freinera trop tard.

- Le trader prendra des positions trop grosses.

En tant que trader amateur, je suis passé par ces différentes étapes.

Mon terrain de jeu c’est les pennys stocks via la vente à découvert.

J’y suis vraiment à l’aise je sais parfaitement filtrer les stocks que je dois shorter.

Je sais que je vais traiter entre 70 et 100 titres différents à l’année.

J’ai déjà pris des risques trop importants qui ont impacté mon portefeuille de 10% en 1 mois. (J’ai souffert, mais analyser et compris la leçon)

Depuis je suis ultra secure, j’ai fait quelques réglages sur mon money management et chaque position engage mon portefeuille au maximum sur 1 % du capital.

Si j’ai 2 positions simultanément qui déconnent : au maximum, mon capital ne sera amputé que de 2 %.

Le problème avec un money management ultra sécure c’est que l’on est avec le régulateur de vitesse à 110 sur l’autoroute, avec esp, abs, etc...

Même si le marché des pennys stocks est ultra volatile est que je vois tous les mois une valeur bouger de 60% ( dans le mauvais sens), mon portefeuille est resté insensible.

Je vous communique en toute transparence mes performances depuis avril 2018, sachant que je conserve mes positions environ 6 mois, vous verrez par vous même que la volatilité du portefeuille est presque inexistente.

Perfomance de mon compte de trading (où la seule stratégie utilisée fut le short de penny stock)
La performance est nette de frais de courtage (commissions et intérêts)

Avril 2018 : + 2.23%
Mai 2018 : +1%
Juin 2018 : +1.26 %
Juillet 2018 : +1.5 %
Août 2018 : -0.24 %
Septembre 2018 : + 0.81 %
Octobre 2018 : + 1.31 %
Novembre 2018 : + 1.67 %
Décembre 2018 : +0.19 %
Janvier 2019 : -0.44 %
Février 2019 : -0.22 %
Mars 2019 : +0.5 %
Avril 2019 : +0.52 %
Mai 2019 : +1.85 %
Juin 2019 : +0.10 %

et continue ça donne ça

Avril à mai 2018 :  +2.23 %
Avril à juin 2018 : +3.26 %
Avril à juillet 2018 : +4.56 %
Avril à Août 2018 :  + 6.23 %
Avril à Septembre 2018 : + 5.75 %
Avril à Octobre 2018 : + 6.08 %
Avril à Novembre 2018 : + 7.46 %
Avril à Décembre 2018 : + 9.37%
Avril 2018 à Janvier 2019 : + 9.5 %
Avril 2018 à Février 2019 : + 9.02 %
Avril 2018 à Mars 2019 : + 8.91 %
Avril 2018 à Avril 2019 : + 8.83 %
Avril 2018 à Mai 2019 : + 9.02 %
Avril 2018 à Juin 2019 : + 11.34 %
Avril 2018 à Juillet 2019 : +11.42 %

Bien sur comme en sport Auto, on  doit normalement diposer d'un véhicule pour le circuit et un pour la semaine, j'ai donc d'autres portefeuilles où cette fois je suis long

Le but à présent est de monter progressivement en puissance, avec discipline et rigueur.

Je vais donc passer à 2 % de risque du portefeuille par position.


Message pour les plus jeunes et les plus fougueux, soyez prudent sur la route et sur les marchés, prenez le temps de bien vous connaître

A très bientôt



Guillaume




Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire alex6 mercredi, 10 juillet 2019 07:48 Posté par alex6

    Avec 300ch de plus sur une voiture sportive type GT3 RS, c'est normalement impossible de pas aligner une Lotus sur circuit type rapide. C'est que les pilotes n'etaient pas au meme niveau parceque la difference de poids est normalement prise en compte dans le design chassis et position moteur pour ne pas trop penaliser en virage. La RS c'est tout de meme le must en sportive-race donc bien plus optimisee qu'une Lotus pour la piste. Ca serait sur petite route de montagne ok mais pas sur circuit.