Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

Le stop : une arme de destruction massive.

Audience de l'article : 945 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions
Allons plus loin sur ce sujet avec des compléments d’informations sur l’expérience que j’ai voulu partager avec vous dans « 90% des traders sont perdants. Je conserve toutes mes positions depuis huit ans et je suis gagnant ! ».

La majorité de mes trades concernait l'indice CAC 40 avec des CFD et futures. La taille de mes positions étaient dimensionnées en tenant compte de mes performances habituelles et des fonds disponibles sur mon compte pour pouvoir être gelés, en cas de perte, le temps d'être débouclés tout en continuant à trader.

Conserver ses positions négatives a un coût mais les gains engrangés sur les autres permettent d'être au final largement gagnant cependant il est évident qu'un trader dont le taux de réussite est faible devra immobiliser plus de fonds propres dans cette approche.

L’utilisation du stop est religieusement enseignée au nom de la protection de son argent et nécessaire pour avoir l’étiquette du trader averti, pourtant il est étrange qu’avec leurs utilisations autant de traders explosent leurs comptes. Ils ne savent pas les utiliser ? ce sont de mauvais trader ? ou a-t-on juste mis entre leur main une arme de destruction massive pour leur sécurité bien entendu ?

Ceux qui ne coupent pas leurs positions sont-ils dans les 90 % des perdants ? Quelle est la proportion des traders qui utilisent les stops ? 90% ?

Les stops ne seraient-ils pas la garantie pour les brokers de maximiser le nombre d’ordres exécutés par leur client avant qu’ils ne succombent ?

Autant de questions que je me suis posées ! Plutôt que de continuer à faire de grandes affirmations j’invite les traders à reprendre leurs trades perdant stoppés automatiquement ou volontairement depuis plusieurs années et de faire le bilan en considérant qu’ils ne l’auraient pas été avant d’être débouclés aux points d’entrées ou très proches. Vous allez être surpris de vos résultats ! En revanche vous ne pourrez pas mesurer l’impact négatif qu’aura eu toutes vos pertes sur vos comportements.

Je comprends qu’il soit difficile de sortir de cette « religion du stop » mais avez-vous déjà élaboré une stratégie en considérant qu’une position ne pouvait-être clôturée en perte ? Si cela n’est pas le cas, vous n’avez pas pu ressentir l'impact positif que cela pouvait avoir sur vos émotions et donc vos performances.

Exemple : en décembre 2019, auriez-vous considéré qu’une position short sur le CAC à 6000 points sans stop présentait un grand risque de ne pas pouvoir sortir sur cette base en cas d’envolé à la hausse de l’indice ? Pour ma part je trouvais cela vraiment très peu risqué tout en contrôlant mon enthousiasme pour ne pas y aller trop fort sur la taille de ma position. Lorsque j’évoque le mot risque c’est le mot temps qu’il faut voir derrière. Le temps qu’il faudra pour déboucler le cas échéant au point d’entrée.

A noter que cette approche s’applique plus difficilement aux actions car une Société peut toujours faire faillite.

Pour conclure, pour moi c’est : pas de stop, je ne coupe pas et je gère mes sorties sur points d'entrées ou proches pour mes trades invalidés. 
Poster un commentaire

3 Commentaires

  • Lien vers le commentaire alex6 mardi, 23 juin 2020 09:38 Posté par alex6

    Impossible d'appliquer un tel conseil, tout depend du support, horizon de temps etc... dans certains cas effectivement, mieux vaut ne pas mettre de stop (ou au pire un stop mental) mais la plupart du temps, il faut un stop imperatif pour simplement limiter la perte en % du compte et degager des liquidites. Il n'y a jamais aucun certitude de pouvoir ressortir une position en gain meme apres plusieurs annees et ce pour plein de raisons. Ce conseil est donc tres dangereux, par defaut il FAUT utiliser des stops mais il y a des exceptions pour ceux qui connaissent parfaitement le support trade et maitrisent strictement leur strategie.

  • Lien vers le commentaire Thierry Seguin lundi, 22 juin 2020 14:00 Posté par Thierry Seguin

    Je vais être rapide, car pressé là tout de suite mais ok pour échanger plus loin.
    Si l'initiative de réfléchir de quand, comment et où utiliser un stop est louable, je ne peux pas laisser dire qu'il ne faut jamais les utiliser : c'est courir au désastre encore plus vite qu'avec une foule de stops mal placés.
    Certes, il vaut mieux parfois se prendre une grosse baffe qui réveille que de mourir lentement sans se réveiller des petites pertes cumulées chaque fois qu'on se fait stopper. Mais la baffe est là pour vous réveiller et vous inciter à mesurer dès le départ votre ratio risk / reward et vous protéger correctement.

    Je vais prendre les choses dans l'autre sens : si vous gérer un capital de 100.000 € mais que vous n'investissez pas plus de 15.000 € en même temps, alors à la limite, vous pouvez ne pas vous soucier du stop loss, mais votre rendement risque d'être faible! 
    Pour un trader qui veut quand même optimiser son temps et son argent, il va trader près de son capital en permanence, voire bien entendu avec un peu de levier lorsqu'il sera devenu confirmé. C'est là que le stop loss devient indispensable.
    Encore faut-il savoir mettre son stop loss au bon endroit, et pour cela, en amont, encore faut-il savoir entrer au bon moment! La plupart des traders amateurs entrent absolument n'importe où avant même de placer un stop loss. Impatients, ils voient une "tendance haussière", n'ont aucune notion du ratio risk reward et se font dégager en plaçant un stop loss trop proche. Aucune notion des multiples unités de temps, bref aucune notion de rien, trading d'amateurs, et ensuite la solution miracle est de ne plus mettre de stop loss. Oui c'est sûr, sur le court terme, ça peut marcher, exactement comme le fait de faire ALL IN Preflop avec n'importe quelle main à une table de poker! Et puis un jour un gars va vous suivre avec une paire d'as, ce sera le 11 Septembre 2001 et vous serez rincé, dévasté, détruit.

    Une stratégie intermédiaire intéressante : considérer le terrain de jeu sur un range assez large sur une unité longue. Là oui. Mais sans limite, comme ça, en parlant de "religion du stop"? Franchement, je ne peux pas laisser dire ça.

  • Lien vers le commentaire dams lundi, 22 juin 2020 13:28 Posté par dams

    Ca empeche tout de même d'utliser des outils à effet de levier. Reporter  la prise de décision sur ces trades ouverts bloque la marge disponible. Dans cette configuration, l'idée du stop est de repartir avec certe une perte, mas la liberté de pouvoir relancer du trading.