Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées de temps en temps  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

Quel est le meilleur marché pour devenir trader indépendant ?

Audience de l'article : 1973 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(2 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Comme j’ai reçu un email d’un lecteur qui me demande qu’elle est le meilleur marché pour devenir indépendant, je vais y répondre.

Déjà, il n’y a pas une réponse mais des réponses.

La première chose à regarder c’est le capital de départ.


Si vous pensez que cela va de soi, c’est vrai, mais il y a toujours un point que l’on a tendance à oublier dans sa quête.

Quand on dépasse un certain capital comme par exemple 1 000 000 d’euros, son aversion au risque baisse et on arrive davantage dans une logique de rente.

C’est cette frontière entre la rente du capital et l’accumulation du capital qui est propre à chacun mais qui servira de pilier dans votre stratégie future.


Je vous invite à avoir une idée précise de la somme à partir de laquelle vous passez en mode, avec 10% à 15% par an, ça me va.

Car ce rendement des 10 ou 15%, c’est la barrière qui vous sépare entre la rente et l'accumulation.

Et je ne vais pas vous faire la morale car moi-même quand je retrace le fil de ma carrière, au début j’étais très spéculateur et je deviens de plus en plus investisseur.


J’ai personnellement mis en place un système de réallocation des gains de trading dans des investissements de rente « sûrs » pour que le cercle vertueux se mette en place.

Alors si vous êtes dans une logique de devenir trader et de gagner au minima 20 à 30% sur votre capital voici les marchés qui marchent le mieux (selon moi et mon expérience) :


1/ Les petites et moyennes capitalisations boursières en swing trading et/ou investissement actif.


L’horizon de temps est de quelques jours à quelques semaines.

Il vous faudra une stratégie basée sur une approche fondamentale mixant analyse technique.

C’est un secteur bien connu désormais mais il conserve son premium du simple fait de sa faible liquidité par rapport au mastodonte de la finance mondiale.


Acquérir les bases de l’analyse fondamentale n’est pas très compliqué même si j’ai rarement trouver des sources qui assemblent toutes les informations clés.

Les traders pros sur les small caps sont inexistants car ils n’ont pas assez de liquidités pour rentrer et sortir.

En revanche, il y a des gérants de portefeuille qui opèrent dessus et dont la majorité perdent.


Les probabilités de réussir sur ce secteur sont estimées à 60-70% , si vous prenez la peine d’apprendre le fondamental et que vous avez un horizon de temps assez grand pour permettre à votre thèse de trading de prendre vie.

Il ne faut pas non plus avoir trop la tête dans le guidon dans les small caps…


small-caps





2/ Le scalping


C’est une technique connue mais très mal comprise.

La frontière entre le day trading et le scalping est en général sombre.

Alors autant l’éclaircir, pour moi une opération de scalping c’est un trade inférieur à 10 minutes.


C’est cela la puissance du scalping, il repose sur les flux mécaniques de la formation des prix.

Un scalpeur est un chasseur d’une opportunité statistique, rien de plus , il se fout complet du sens de la tendance et de la dernière déclaration de la banque centrale.

En revanche ce qu’il prend en compte, c’est la vitesse du marché auquel il s’adaptera en prenant une marge de sécurité sur ses entrées en position.


Tout comme il n’ignorera pas la tranche horaire dans laquelle il intervient, car un setup valide durant l’heure d’ouverture n’est pas toujours valide pendant le ventre mou de la pause de midi.

Les contraintes du scalping sont l’attente, si les entrées et les sorties de positions sont courtes, le scalpeur doit énormément attendre que toutes les conditions sont requises pour rentrer en position.

La gestion de l’attention peut faire perdre tout l’attrait de cette pratique au trader qui manque de patience ou qui a besoin de faire quelque chose.


Même avec des alertes ce n’est jamais parfait.

C’est une pratique sécurisée et lucrative mais qui correspond seulement à un type de caractère particulier.

Et pour tout vous avouer, j’ai vu beaucoup de traders qui se revendiquaient faire du scalping alors qu’en fait je les retrouvais deux heures plus tard avec leurs positions toujours ouvertes suants, sang et eau…


Un scalpeur peu rigoureux devient vite un day-trader et là, ce n’est plus les mêmes règles du jeu ni le même setup.

Si vous êtes d’une patience légendaire, et d’une rigueur absolue alors pourquoi pas mais si vous aimez être constamment dans l’action ce n’est peut être pas la meilleure stratégie pour votre profil psychologique.

Les probabilités de réussir sur ce secteur sont estimées à 50%.


3/ Les options


Les options sont le secteur le moins bien compris de toutes les solutions pour devenir trader indépendant.

Il est vrai qu’elles demandent pas mal de calcul et de pratique avant d’être bien maitrisées.

Mais une fois les bases acquises, que de possibilités sont offertes.


Il est possible de gagner dans à peu près n’importe quelles conditions de marché.

De monter des stratégies à l’infini.

J’en ai beaucoup fait par le passé, j’en fais beaucoup moins maintenant parce qu'au final – par rapport à mes compétences– le rendement horaire dans l’optionnel n’est pas terrible.

Les probabilités de réussir sur ce secteur sont estimées à 40%, à part si vous avez un profil de matheux pur ou les chances augmentent.


option-trading-risk-exchange1




PS : les probabilités citées sont une opinion personnelle donc absolument subjective.




Poster un commentaire