Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Marc Dagher

Marc Dagher

Titulaire d'un Masters à Paris Dauphine, je travaille depuis près de 20 ans sur les marchés. Analyste technique de formation, diplômé du CFTe, MFTA et membre de la SFAF, je me suis nourri de diverses méthodes, et c’est à travers la riche théorie des vagues d’Elliott que j'ai fait mes premières armes et avec laquelle je continue de travailler et d’obtenir de brillants résultats. J'ai développé un système de gestion basé sur l’optimisation du Risk/Reward afin d’obtenir un money-management pertinent et gère entre autres un service de conseils clés-en-main sur produits dérivés à fort effet de levier : DT Turbo, qui réalise d'excellentes performances avec plus de 75% de conseils gagnants et une moyenne de 25% de gain par conseil ainsi qu'un nouveau service de conseils clés-en-main sur le marché des changes : DT Forex.


Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
conquerirlabourse

ObjectifEco : Interview de Marc DAGHER

Audience de l'article : 3675 lectures
Nature de contenu : Article perso
Nombre de commentaires : 2 réactions
Votez pour cet article
(59 Votes) - Note : 4.51
Partagez cet article avec vos connaissances

 

ObjectifEco : Marc, quelle est votre histoire "boursière" ?

 

Je travaille depuis plus de 10 ans sur les marchés. Analyste technique de formation et de conviction, j’ai grandi et me suis spécialisé principalement sur les marchés Actions. Nourri par diverses méthodes, c’est à travers la riche et pourtant controversée théorie « des vagues d’Elliott » que j’ai fait mes premières armes… et avec laquelle je continue de travailler.



ObjectifEco : quel est votre parcours ?


Après une expérience significative au sein de la société Global Equities, où je me trouvais au cœur d’une salle de marché, en pleine interaction avec les divers intervenants (brokers, analystes, etc.), j’ai ensuite rejoint un acteur majeur du monde de l’analyse technique : Trading Central.

 

Là, j’ai dirigé le pôle Indices/Actions en assistant les traders des plus grandes salles de marchés européennes : BNP Paribas, Société Générale, Morgan Stanley, Citi, Commerzbank, Merrill Lynch à Paris, Deutsche Bank à Londres… Puis, certains d’entre vous le savent peut-être déjà, je me suis spécialisé notamment sur les produits dérivés (warrants, turbos, certificats…) en prenant en charge 100% Warrants jusqu’à la fin 2007.

 

J’ai par la suite rejoint les Publications Agora, grand groupe de presse spécialisé dans les publications financières, où j’ai été le premier analyste. Cette expérience m’aura beaucoup enrichi à travers les différents rôles que je devais jouer dans l’entreprise ; j’ai en effet non seulement repris la responsabilité du service @Turbos Trader mais j’ai également contribué à de nombreuses éditions, notamment le magazine hebdomadaire MoneyWeek, dans lequel je gérais une rubrique dédiée à l’analyse technique, mais j’intervenais aussi pour l’IOM (l’Investisseur Or et Matières), le Billet du Trader, la Quotidienne, etc.

 

Cette qualité d’homme-orchestre a été une très bonne expérience, mais le revers de la médaille se faisant sentir (la quantité nuisant toujours à la qualité), j’ai décidé aujourd’hui de me mettre à mon propre compte afin de pouvoir consacrer le temps que je souhaite à ce que je fais le mieux.



ObjectifEco : quelle est votre méthodologie ?

 

Je vous l’ai dit en deux mots, je travaille principalement à partir des vagues d’Elliott.

 

Cette méthodologie s’appuie en grande partie sur la fameuse théorie de Dow. Elle part d’un principe de base à la fois simple et évident : les marchés évoluent selon des tendances (haussière ou baissière) au sein desquelles viennent s’insérer des phases de consolidation (plus ou moins longues, et plus ou moins importantes). Ces tendances et consolidations vont s’inscrire graphiquement selon le schéma suivant : la tendance en 5 vagues et la consolidation en 3.

Autour de ce principe de base, viennent se greffer des règles précises qui régissent la longueur et les configurations que prennent ces vagues.

 

Sans entrer plus dans le détail, cette méthodologie nous indique clairement où l’on se situe dans une tendance, elle permet d’anticiper les retournements (indispensable quand vous êtes sur des produits dérivés !) et surtout, elle tient compte des figures chartistes.



ObjectifEco : quelle est votre vision des marchés ?

 

Longtemps, je me suis demandé comment faisaient mes confrères et autres collègues pour avoir un avis si déterminé sur une valeur, un indice, une devise, ou une matière première. Longtemps, j’ai voulu me plonger, quasi aveuglément, dans l’appréhension de les milliers de sources différentes que j’avais à ma portée : journaux spécialisés, sites Internet spécialisés, newsletters spécialisées, dépêches spécialisées, spécialistes spécialisés…

 

Mais il existe tellement de sources différentes, d’opinions différentes, de méthodologies différentes, de croyances différentes, et parfois même de consensus différents (!). Entre la théorie des marchés efficients, la multitude d’ouvrages écrits dans le monde de la finance, chacun mettant en avant ses arguments propres, comment trouver une panacée ? Evidemment, tout le monde sait qu’il n’y en a pas.

Alors… chacun sa route ? Un peu hasardeux dans le monde aussi tabou et particulier que celui de l’Argent. C’est pour cela que chacun se retranche derrière l’avis de son voisin. Mieux vaut avoir tort avec les autres que raison tout seul. Et j’ai, naturellement et consciencieusement, essayé d’abonder dans ce sens. Celui de la politique largement répandue dans ce vaste monde de la bourse et qui tend à faire de ceux qui la pratiquent des « suiveurs » résolus. J’ai acquiescé, même, quant à l’efficacité relative d’une telle méthode.

Et puis, un jour, j’ai souri. J’ai souri parce que c’est en relisant Cyrano de Bergerac, loin des marchés, que tout m’a semblé évident : le Panache ! La finance manque de Panache !

Depuis, ceux qui viennent me voir en disant : « Mais pourquoi ne pas simplement suivre le consensus, assurer ses arrières et investir sur ce dont tout le monde parle ? Quitte à gagner doucement… mais sûrement ? » me font entendre, en second rideau, forcément : « Au diable le Panache ! ».

Et mon expérience me l’a prouvé : c’est en cultivant mes propres croyances et convictions que m’ont apporté ma pratique des marchés, et en conservant, contre vents et marées, mon Panache que je vous offrirai les meilleurs fruits de mon expérience, et ma meilleure valeur ajoutée à votre portefeuille !

 

 

Interview exclusive réalisée pour ObjectifEco le 16 juillet 2010

Poster un commentaire

2 Commentaires