Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées par jour  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
davidrenan-smallcaps2

J’ai un conseil à vous donner avant la fin de l’année

Audience de l'article : 1307 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 2 réactions
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Par moments, j’ai vraiment l’impression de maîtriser mon trading, tout va bien, tous mes process sont en place.

Les plus values défilent, les moins-values sont contenues dans le périmètre de mon money management.

Le problème, c’est que pour en arriver là, j’ai mis du temps , beaucoup trop à mon gout.


Si j’avais réussis à synthétiser et concrétiser toutes les leçons que le marché m’a donné, j’aurais pu faire marcher le jeu des intérêts composés beaucoup plus tôt.

Tout ceux envers qui je tiens ce discours me mettent une tarte dans le nez : tu as vu où tu en es arrivé à ton âge , de quoi tu te plains.

Bah , je me plains pas , je constate que j’étais lent du haricot à concrétiser des principes simples.


J’ai toujours voulu ou dû me faire tout seul, apprendre seul , faire des erreurs , chuter , me relever.

Je n’ai jamais été très doué pour demander de l’aide ou même un simple service.


Je suis du genre à crever la bouche ouverte plutôt que de demander de l’aide.

Sans aucun doute , si au début cette attitude est noble , poussé à l’extrême, elle devient contre-productive.

Même au niveau personnel, je déteste emprunter des trucs à mes voisins ou ma famille.


Je veux juste ne rien devoir à personne sinon je dors mal.

Qui sais, peut-être est-ce encore mon égo qui me joue des tours.



Pour être honnête avec vous, je ne pense pas que ce soit l’égo qui fait son numéro de contorsionniste.

Parce que quand j’ai commencé à réfléchir profondément sur les domaines de ma vie où j’ai réussi vite et fort , ils avaient tous un point commun…


Dans tous ces domaines j’avais un ainé, un mentor qui m’a montré la voie, enseigner les conneries à ne pas faire, le genre de leçons qui se transmettent les yeux dans les yeux.



J’ai toujours pensé que les choses auraient pu être différentes si j’avais eu la chance de pouvoir revenir sur le passé.

Dès que j’en ai l’occasion, j’ai passé autant de temps qu’il m’était possible avec ces mentors, pour apprendre, toujours apprendre.


Gratuitement et bénévolement.



Je posais des questions, des tonnes de questions sur comment ils faisaient, leurs stratégies, leurs mindsets même sur des détails insignifiants en surface mais puissants en profondeur.

Malheureusement, je n’ai jamais eu la chance d’avoir aucun mentor en bourse.


Je me suis fait seul, dans le noir en tâtonnant comme un con.

J’espère que ça ne sera pas votre cas.

Pour 2017 je me suis fixé une mission, vous transmettre tout ce que j’ai appris, vous faire des synthèses, des processus, des résumés.


Il y aura une partie payante dans la rubrique « formations » et une partie gratuite dans des éditos pédagogiques comme je le fais ici depuis plus d’un an.

D’ici là, profitez des fêtes.

cc am 140011

Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Tim Sanchez mardi, 27 décembre 2016 17:19 Posté par Tim Sanchez

    Très bon commentaire !

    J'ai envie de vous dire que même en bénéficiant du conseil des autres , il y aura des erreurs car le recopiage bête et méchant n'a jamais fonctionné.

    C'est ce que l'expérience des tortues démontre et ma propre expérience aussi.

    On ne peut pas recopier un modèle ou une stratégie à 100% comme le fait son créateur , donc il faut s'approprié les bons outils , les bons reflexes.

    Si on part avec les bonnes bases , la moitié du chemin est fait , c'est tout ce qu'un formateur honnête peut promettre : de faire la moitié du chemin , l'autre moitié doit et devra être parcourus par le trader.

    Cette autre moitié comme vous le mentionner , ce sont les expériences émotionelles qui sont irremplaçable et qui doivent être vécus pour devenir vraiment accomplis dans son art.


  • Lien vers le commentaire Balthazar lundi, 26 décembre 2016 10:09 Posté par balthazar

    Je me demande si galérer à un moment donné, n'est pas une étape nécessaire de la formation.
    Si tout est facile, en bénéficiant du conseil des autres, n'y a t'il pas un risque "d'éclater en vol" ?

    Je veux dire par là que ceux qui ont connu des pertes, des moments difficiles, savent qu'il faut toujours rester  prudent, sinon à un moment donné on s'emballe et on coule. 
    Ne pas perdre, rester en vie, devient l'objectif premier. 
    C'est ce qui distingue le débutant, qui a toujours de la "chance", du trader confirmé qui performe moins (au moins à CT) mais qui sait très exactement le risque qu'il prend.
    Personnellement j'ai jamais connu de compte réduit à zéro. Mais j'ai pris des bonnes grosses baffes dans la figure. Et je suis certain que sans elles, on aurait pu m'expliquer 100 fois l'importance de mesurer le risque, me donner les meilleurs conseils du monde, je n'aurais toujours pas réellement conscience de l'importance du risque management. 
    C'est assurément le souvenir de la douleur qui me fait rester prudent. La douleur peut-elle s'enseigner sans l'expérimenter ?