Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Thierry Seguin

Thierry Seguin

Passionné de trading et d’analyse technique depuis une vingtaine d’années, ma quête a été de développer et utiliser des outils qui me permettent à la fois de réaliser des gains convenables quelles que soient les conditions de marché, en privilégiant avant tout l’absence de pertes et la préservation du capital, tout en ne rendant pas cette activité trop chronophage ou incompatible avec un emploi salarié.

Essentiellement autodidacte, c’est par maintes erreurs et rencontres diverses (allant d’un escroc révélé sur le tard à des traders de talent qui vivaient à 100% de leur activité depuis au moins dix ans comme Dan Norcini, Benoist Rousseau, Gilles Leclerc, Eric Lefort ou Gwénaël Année), et surtout par une prise directe avec les marchés que j’ai pu peaufiner un système, ou plutôt une philosophie permettant de survivre au pire ennemi du trader, à savoir lui-même, avec pour premier objectif de ne plus faire partie de la grosse majorité des « traders » actifs particuliers qui perdent de l’argent.

Ma conviction est que le premier pas pour un apprenti trader souhaitant gagner de l’argent est d’apprendre à ne plus en perdre. Cela parait évident, et pourtant… pour y parvenir, avoir un plan de trade et un bon money management, connaitre ses forces et ses faiblesses personnelles face au marché pour trouver son propre style de trading, sont pour moi des éléments tout aussi vitaux que d’être capable de s’affranchir des conseils des autres et de réaliser ses propres analyses, seul face au marché et à soi-même.

Au delà du trading, un second centre d’intérêt pour moi est certainement la Communication Non Violente, de Marshall Rosenberg : un outil essentiel permettant de vivre des relations humaines fort différentes, après avoir pris conscience du conditionnement dans lequel nous enferment nos sociétés.

Conquérir la bourse

Faut-il vendre ses euros pour acheter des dollars dès à présent?

Audience de l'article : 3914 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Bonjour,

Cette semaine, je vous propose de porter notre attention sur l’évolution de la paire EUR USD. Alors que nombreux sont ceux qui pensaient l’an dernier que l’Euro allait enfoncer le seuil de la parité et continuer à plonger vers les abysses, nous entendons aujourd’hui de plus en plus de voix pour annoncer la poursuite de la hausse de l’Euro sur fond de non maîtrise de la dette US, entre autres. Faut-il écouter ces voix aujourd’hui, ou sont-elles le signe annonciateur d’un prochain renversement de tendance, tel celui du Bitcoin annoncé si précisément par l’appel à l’achat de Nabilla ? 
En l’absence d’une position officielle de cette dernière sur ses positions actuelles en USD, nous n’avons plus d’autre choix que de nous rabattre vers le second meilleur outil en la matière : l’analyse technique.

Commençons par un balayage de long-terme avec l’unité de temps trimestrielle. Première constatation : nous y voyons un support haussier de très long-terme, qui passait dans la zone des 1,03 au moment du rebond. Les 1,03 correspondaient également au dernier retracement de Fibonacci du mouvement de hausse précédent (0,85-1,60). L’AT permettait donc à l’époque d’identifier cette zone support et d’éviter de se faire prendre au piège lors du retournement haussier. On voit également que les cours s’inscrivent dans un couloir baissier dont le haut passe par la zone des 1,27. Donc, tant que cette zone n’est pas franchie, la tendance baissière de ce couloir demeure active. Il est probable que cette zone des 1,27 soit difficile à franchir pour l’EUR USD, à cause d’un autre signal donné sur cette UT : une divergence baissière inverse apparait en effet sur la MACD en histogrammes par rapport aux prix. Il faudrait que les cours dépassent les 1,37 pour que cette divergence soit invalidée… alors qu'un retournement de la MACD et des cours confirmeraient cette divergence. Moralité : nous approchons d’une résistance baissière, avec une divergence baissière potentielle sur la MACD et nous nous trouvons toujours dans un couloir baissier. Tant que la résistance des 1,27 n’est pas passée, il y a peu d’intérêt à jouer une poursuite de la hausse de l’Eur Usd sur cette unité de temps, avec des cours qui flirteront bientôt avec ce niveau. Le ratio gain / risque me semble trop faible pour cela. Dans l’autre sens, y a-t-il des signaux sur les UTs inférieures qui permettraient de prendre position en faveur du USD?
EURUSD T 15042018


L’UT mensuelle fait en tout cas apparaître une zone de résistance avant les 1,27 de l’UT trimestrielle. C’est la zone des 1,25 que les cours travaillent actuellement. En cas de franchissement à la hausse de celle-ci, il faudra bien se rappeler que le plafond des 1,27 attend les acheteurs trop enthousiastes juste au dessus ! Mais nous n’en sommes pas là : nous pouvons voir sur cette UT que les 1,25 représentent une fois encore la confluence de plusieurs résistances graphiques. D’abord, il s’agit de la médiane d’une fourchette d’Andrews. Il s’est également agi lors du T1 de la bande de Bollinger supérieure sur cette UT. Enfin, il s’agit d’un niveau par lequel nous pouvons faire passer deux retracements de Fibonacci issus de deux vagues d’amplitude différentes. Ces ratios se rejoignent sur les 1,168 et 1,252, qui sont effectivement les zones qui ont fait marquer un temps d’arrêt aux cours. Enfin, 1,25 représente également l’objectif d’une sortie du range 1,05-1,15. Avec les 1,27 en complément sur l’UT trimestrielle, nous avons donc une belle poutre juste au-dessus de nos têtes, et le marché hésite. Pour autant, la MACD sur cette UT ne s’est pas encore retournée à la baisse, tandis qu’elle a déjà dépassé le niveau où elle s’était retournée lors des trois derniers renversements de tendance. L’UT mensuelle ne nous donne pas actuellement de signal de retournement baissier.

EURUSD M 15042018

Or, l’UT hebdo nous invite à la plus grande prudence quant à tenter un short pour le moment : les mouvements des prix par rapport à l’indicateur cyclique CDur nous montrent en effet que les prix montent lorsque le CDur monte, et qu’ils consolident à l’horizontale lorsque celui-ci redescend, ce qui correspond à une tendance haussière. La MACD s’approche également d’un axe support haussier qui pourrait la faire se retourner à la hausse. Les dernières semaines ressemblent donc plus à une pause devant un obstacle important en vue de son franchissement qu’à une faiblesse des cours, prélude à un renversement baissier. Ce scénario serait invalidé en cas de rupture du couloir haussier rouge, dont le support passe par la zone de la mm20. On voit qu’un autre support rouge a aussi soutenu les cours lors des dernière semaines, preuve que les cours travaillent la résistance des 1,25 sans s’en éloigner. Nous assistons donc à un match entre des haussiers utilisant les supports haussiers de l’UT hebdo dans la zone 1,22-1,23, et les baissiers qui prennent leurs bénéfices ou  shortent à l’arrivée au contact de la résistance en mensuel dans la zone des 1,25. Pour shorter, il faudrait au moins attendre un retour sur les 1,25 et observer le comportement de l’UT jour, ou bien attendre la rupture de la mm20 et probablement de la flèche basse des 1,217 de fin février, en surveillant bien la MACD par rapport à son support haussier. A l’inverse, passer long alors qu’on a une résistance à quelques encablures sera réservé à du trading court-terme, une prise de position étant possible si la MACD et le CDur se retournent à la hausse et que les cours demeurent proches du support du couloir haussier. Pour du plus long-terme, nous devons attendre le résultat du match actuel, dans un triangle qui se resserre de plus en plus.

EURUSD S 15042018


L’UT jour nous montre bien cette absence de tendance court-terme : des Bollinger en range, des indicateurs neutres, pas de signal pour le moment. En revanche, une absence de volatilité avec des Bollinger en range est souvent le prélude à une accélération, donc il va falloir se tenir prêt. La convergence en milieu de semaine prochaine des deux supports rouges à 1,23 pourrait-être l’occasion d’une prise de position haussière si cette zone devient infranchissable à la baisse en intraday, avec un stop loss sous 1,216. A l’inverse, un enfoncement de la Bollinger inférieure ou des 1,22 pourrait être mis à profit pour passer à la baisse, mais attention, la chute devra être rapidement confirmée par un nouveau plus bas sous 1,216, et en guettant bien l’évolution des MACD sur l’UT jour et hebdo. Un stop loss au dessus des supports rouges à 1,23 servirait alors de filet de sécurité. Dans les deux cas, nous tenterions d’anticiper très tôt un possible mouvement d’accélération hors du range actuel sur l’UT jour.

EURUSD J 15042018

Conclusion : à horizon long-terme, un signal de faiblesse apparaît sous la forme d’une potentielle divergence inverse baissière sur la MACD qui peut se manifester tant que les cours demeurent sous 1,37, tandis que la zone des 1,25-1,27 marque une zone de résistance qui pourrait donner l’occasion d’un retournement de tendance. Tant que l’EurUsd ne s’affranchit pas des 1,27 en clôture mensuelle, la tendance long-terme s’inscrit dans un couloir baissier. Mais le timing demeure incertain, et nous n’avons pas encore de signal clair permettant de penser que la première zone de résistance actuelle des 1,25 ne sera pas franchie à la hausse dans un premier temps : à court-terme, nous nous trouvons en effet dans une zone de statu quo, coincés entre des supports haussiers hebdo à 1,22-1,23, et des résistances horizontales mensuelles et baissières trimestrielles à 1,25 et 1,27. Tant que nous faisons du ping-pong au sein de ce triangle, on ne peut anticiper le sens de la sortie, même si l’UT hebdo semble indiquer plutôt un travail de la résistance des 1,25 avant son franchissement. Les plus audacieux pourront tenter d’anticiper le prochain mouvement en observant les UTs jour et semaine afin de prendre une position permettant la mise en place d’un stop loss proche des cours d’entrée. Soit par exemple en achetant sur 1,23 si les supports hebdo deviennent infranchissables en intraday. Soit en vendant l’Euro juste sous 1,25 ou sur rupture des 1,216-1,22, en n’hésitant pas à baisser son niveau de stop loss très rapidement sur son point d’entrée. Tant que les cours demeurent prisonniers de leur range en Bollinger sur l’UT jour, il demeure hasardeux d’anticiper le sens de la sortie, et la priorité de l’investisseur devrait être de minimiser le risque de ses entrées en position.

Cette analyse ne représente que ma vision du marché et ne saurait être considérée comme un conseil d’achat ou de vente.










d



Poster un commentaire