Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

J'aide les humains 

1 - à se libérer du système socialiste

2 - à financer leur liberté via les marchés financiers et le business online

3 - à vivre mieux et à se comprendre mieux 

J'ai créé en 2010 Objectif Eco et je l'ai entretenu depuis en réunissant des auteurs animés par les mêmes convictions que les miennes et des lecteurs à la recherche de solutions pour ces mêmes problématiques.



GRATUIT ! Téléchargez le livre JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE (10.000 ventes à 40€). Le lien est ici

.

Logo Crise 6

BUSINESS 2

LOgo Final 3
.
Logo Business essai 2

charlesjungle
charleshongkong

promospeciale

Cela fait 2 mois que je suis sorti de mes positions actions et que je suis cash. Le point sur VNQ, l'immobilier haut rendement et le taux à 10 ans US !

Audience de l'article : 2604 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Le 13 juillet, profitant d'un pic en séance à 83.10 sur le VNQ, je sortais tout mon portefeuille actions à haut rendement que je traînais depuis 2 ans et demi et qui crachait plus de 1% net fiscal par mois à l'aide de dividendes et de vente d'options. Ces positions avec quelques variations mineures étaient exposées et partagées dans cette offre http://formation.objectifeco.com/3-portefeuilles-pour-tre-rentier-grce-aux-dividendes/

vnq

Depuis, il ne se passe rien et je suis très hésitant. En fait, depuis 1 an, le VNQ, index du high yield immobilier américain, est stable en très légère baisse. Il valait 84.4 il y a 12 mois.

Seulement, il a pris une tannée à partir de novembre 2017 avant de faire une excellente recovery en mars / juin 2018.

La tannée est venue de la hausse du 10 ans américain qui a fait paniquer tout le monde.

10year ustv2

Comme je l'ai entouré sur le graphique, le 10 ans est passé de 2 à 3% !!! Une chevauchée sauvage qui a de quoi tué la confiance. Quand le 10 ans a touché le seuil de 3%, revenant au plus haut des 5 dernières années comme le montre le graphique ci dessus, les choses se sont calmées et les investisseurs se sont dits que encaisser du 10% de dividendes par an, il y avait pire à vivre... Donc ils se sont rués sur les titres du VNQ et nous sommes revenus à la case départ...

Sauf que moi, une fois à la case départ, j'ai paniqué. Quid de la prochaine hausse des taux ? De la prochaine tension obligataire presque inévitable au cours des 2 prochaines années ?

Donc j'ai pris mes gains et je me suis cassé.

Quoi faire ?

Je me suis offert 2 mois de réflexions pour poser les bonnes questions et étudier l'histoire des marchés.

J'y vois plus clair. Je vais recommencer à acheter des titres.

Le facteur clef que j'ai identifié, c'est que la prochaine crise est étatique et non privée. L'économie des multinationales sera moins touchée que les Etats qui sont gérés n'importe comment. De nombreuses multinationales ont sécurisé de l'emprunt fixe long terme et ne seront pas si impactées que cela par la crise de la dette souverraine, la fameuse crise du siècle qui est dans les tuyaux.

Charles Dereeper
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Balthazar dimanche, 16 septembre 2018 22:05 Posté par balthazar

    La dette est une bulle.
    Si elle éclate, je ne suis pas sur qu'il y aura tant de report que cela.
    Evidemment les obligations d'Etat vont s'effondrer
    Mais le reste baissera aussi.
    Moins, mais il baissera, car comme dans toute baisse, c'est le besoin de cash qui gouverne tout.
    Il n'y aura pas de safe haven .. sauf etre cash
    L'urgence ne sera pas de trouver le nouveau bon support (or, bitcoin, ??) mais juste de partir en courant de tout investissement quel qu'il soit.
    Il faut s'assurer de pouvoir etre liquide .. dans la bonne monnaie ... et c'est tout.
    La bonne monnaie c'est celle dont l'Etat ne sera pas trop endetté (Russie, ...)
    Pour l'Euro c'est complexe car les Etats sont vraiment independants entre eux

  • Lien vers le commentaire alex6 jeudi, 13 septembre 2018 04:52 Posté par alex6

    "Le facteur clef que j'ai identifié, c'est que la prochaine crise est étatique et non privée. L'économie des multinationales sera moins touchée que les Etats qui sont gérés n'importe comment. De nombreuses multinationales ont sécurisé de l'emprunt fixe long terme et ne seront pas si impactées que cela par la crise de la dette souverraine, la fameuse crise du siècle qui est dans les tuyaux".

    J'en suis aussi la de ma reflexion. Comme tout le monde parle de crash et de crise imminente, crise et crash il n'y aura pas (tout du moins pas tout de suite).
    Mais comme la situation est inedite, le type de crise le sera aussi. Beaucoup parle de crise de confiance envers les banques centrales mais si cette confiance se perd, ou peut-elle se reporter?
    Pendant les subprime, c'est sur le cash et la dette que le capital est parti donc en cas de crise sur les dettes des etats, retour inverse avec faillite des etats les moins prudents et reallocation sur les actifs reposant le moins sur la dette?

    Periode interessante, il va y avoir des opportunites mais aussi, on peut l'esperer, un peu de nettoyage dans la distribution d'argent social qui n'existe pas.

    Alex