Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne ! 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.


MON COMPTE FACEBOOK est ici

MON COMPTE TWITTER est ici



Le livre JOUER A LA BOURSE QUAND ON TRAVAILLE (10.000 ventes à 40€) est téléchargeable 

==> ici

Charles-Dereeper

charlesjungle

Mes 2 comptes INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit
User 2  = charlesbkkcr

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

promospeciale

Le business de la peur - les CFD / Trackers

Audience de l'article : 8395 lectures
Nombre de commentaires : 10 réactions

Suite à de nombreux contacts avec des clients, il me semble opportun de faire quelques rappels sur la palette des produits disponibles pour intervenir en Bourse sur les indices boursiers.

 

Beaucoup d'intervenants choisissent actuellement par peur d'utiliser les trackers. Pour acheter et vendre le CAC 40 comme une simple action, avec un effet de levier de 2, la Société Générale dispose de deux produits vedettes, le BX4 et le LVC.

 

En face, dans la compétition, existe les CFD CAC 40. Attention, si vous dîtes CFD CAC 40, ah, c'est interdit, à moins de payer une redevance à la SBF, car le nom de l'indice phare de la Bourse de Paris, est privé et protégé. Les courtiers CFD parlent donc de FRA40 pour contourner le racket.

 

Qu'est-ce qu'un CFD ? Ni plus, ni moins qu'une vulgaire action que vous pouvez acheter comme sur le SRD avec un appel de marge. La différence réside dans le fait qu'il s'agit d'un marché de gré à gré et non centralisé. Une différence de taille sur le papier, un peu moins dans la réalité.

 

Rentrons maintenant dans le fond du débat. Les CFD font peur aux épargnants.

 

1 - Ils ne sont pas éligibles au PEA. Il faut donc payer des impôts sur la plus value, un gros mot dans la bouche des français matraqués. L'argument de la fiscalité est un énorme atout des trackers de la Soc Gen. A moins de devenir anti communiste et de partir ouvrir un compte à l'étranger, affranchi des impôts, le PEA reste une superbe alternative.

 

2 - Les CFD offre un effet de levier libre et bien supérieur à celui offert par les trackers. Le mot effet de levier est là aussi un gros mot, symbole des techniques de traders qui, rappelons le une énième fois, sont totalement coupables de la crise économique et financière que traverse l'Occident. En effet, à cause du trading et des vilains traders, de nombreux Etats se sont endettés jusqu'au cou, jusqu'à la faillite en fait. De très nombreux politiciens ont mis en place un système d'Etat providence qui a rendu les économies non compétitives, parce que les traders les ont obligé à faire comme cela et pas autrement. Enfin, toujours à cause des traders, l'Europe est né et la loi de pareto s'est mise naturellement en route, offrant à 17 pays le soin de financer le développement de l'Allemagne, grand vainqueur du jeu. Forcément, face à une rhétorique pareil, qui aurait envie d'utiliser les outils des traders sans culpabiliser une chouille, hein ? Bon de vous à moi, je n'ai toujours pas pigé le lien entre le trading et la crise, mais il paraît que c'est à cause de ma déformation professionnelle. Je suis aveugle.

 

3 - Les CFD ne sont pas bornés, c'est à dire qu'ils offrent un support neutre quand au fait de jouer à la hausse ou à la baisse. Rappelons que l'AMF, à la solde des banques françaises, a interdit les positions vendeuses sur le secteur financier à capitaux pourtant privés. Jouer à la baisse est immoral et provoque des désordres. Non, non, ce ne sont pas les gestions hasardeuses des banques qui provoquent les problèmes, mais uniquement la faute des traders qui misent dans un sens qui n'est pas sain. En réalité, les marchés financiers de matières premières, de devises ou de taux d'intérêt, ne connaissent pas cette sensibilité morale à la hausse ou à la baisse. Ils sont naturellement bornés par un plancher et un plafond, type, les taux ne cotent pas 80% de taux d'intérêt par an. Ou le pétrole ne cote pas 2 dollars le baril. Sur longues périodes, selon les cycles économiques, les prix fluctuent. Mais pour les indices boursiers, surgit de nulle part une morale. La baisse est sale. La hausse est saine.

 

Les CFD s'affranchissent de cette notion en offrant la possibilité d'acheter à la hausse ou de shorter à la baisse à chaque instant. Cela tombe bien. Les indices boursiers sont à considérer comme un marché financier normal, sans différence avec les autres marchés. En outre, ayant personnellement une sensibilité assez forte "aux deux poids deux mesures" que les fonctionnaires français affectionnent (ah ça, nos chers fonctionnaires adorent créer des règles que pour une catégorie au détriment d'une autre, il n'y a pas mieux pour bien instaurer le chaos social, surtout qu'ensuite, ils peuvent claironner, LIBERTE, INEGALITE euh EGALITE, FRATERNITE....), je ne peux que vous recommander les CFD qui offrent un accès stable et équitable à tous aux deux sens de marché. Ce qu'il faut retenir, c'est que ne pas pouvoir accéder à un tracker BX4 en toute liberté pendant le plus grand marché baissier du siècle, cela a un coût et il est fort probable qu'il dépasse largement l'économie fiscale !

 

4 - La terminologie anglaise des CFD fait peur. Par exemple quand vous achetez une action, vous avez une fourchette composée d'un cours d'achat avec la meilleure offre disponible et un cours de vente avec la meilleure demande proposée. Sur les CFD, cet écart entre l'achat et la vente s'appelle le SPREAD. Et ça, ce mot là, il fait peur. Le SPREAD, c'est stressant. On ne sait pas ce que c'est. C'est normal, les CFD, c'est dangereux. En réalité, il existe un SPREAD variable sur les actions qui dépend des envies des autres d'acheter ou de vendre et un SPREAD fixe sur le CFD. Pas de quoi se faire pipi dessus...

 

Avec ces quatre peurs (il y en a d'autres), les banques type Soc Gen ont créé un business juteux qu'ils ont facturé assez lourdement.

 

1 - Les trackers subissent des frais de courtage. J'ai deux clients qui ont fait le décompte de leur frais de courtages dépensés en 2011 sur les trackers. Le premier a dépensé 15.000 euros dans l'année. Le deuxième a constaté un coût de 22.000 euros, soit presque 2000 euros par mois, le salaire d'un français sur deux !!! En face, les CFD sont libres de courtages. Vous ne payez rien. Pourquoi ? Par quelle miracle ? Principalement, car les positions de l'ensemble des clients chez les brokers CFD s'annulent en grande partie, ce qui exige que des couvertures peu onéreuses sur des soldes globaux (très rares sont les grands brokers à jouer contre les clients sans couverture et c'est un mythe de penser que ces mêmes brokers jouent contre chaque client. Ce sont les clients qui jouent les uns contre les autres). L'équation devient donc de savoir combien vous payez d'impôts sur la plus value à sortir du cadre de votre PEA pour économiser les frais de courtages.

 

2 - Les trackers subissent ce qu'on appelle un beta slippage. C'est à dire que le ressac des hausses et baisses successivement créé un trou de 0,5 à 1% par mois de détention. Si vous êtes en position de 50.000 euros, nous parlons d'une dépense mensuelle de 500 euros supplémentaire. Le CFD en face est exempt de ce genre de coût caché.

 

3 - Les trackers cotent pendant la séance officielle de 9h00 à 17h30. Les CFD ont une plage horaire de 8 à 22h00. Et là, le coût caché peut se révéler énorme, les clients de ma lettre pouvant longuement témoignés de mes sorties en dehors des horaires officiels de marché. Combien de fois, les points extrêmes de marché se font après 17h30 ? Ou le matin à l'ouverture à 8h00 ? Rater une seule opportunité de ce genre dans une année, peut dépasser de très loin les économies fiscales.

 

La question pour chaque épargnant consiste à chiffrer le coût de sa peur en fonction de son style de trading. Combien gagnez vous en plus value ? Quelle est l'économie d'impôt ? Combien avez vous payé pour accéder à cette économie d'impôt ? Certains des clients de ma lettre grâce à ces questions, ont rapidement compris qu'ils dépensaient leur argent un peu trop légèrement dans les poches du système rôdé officiel et institutionnel que sont...

 

Charles Dereeper

 

www.charlesdereeper.com

crisedusiecle
Poster un commentaire

10 commentaires

  • Lien vers le commentaire antoinevelo_y mercredi, 11 janvier 2012 20:43 Posté par antoinecr

    merci Charles , j ai enfin compris ce qu'étaient les CFD, et c est vrai que le spreaaaaaaaaaaaddddddddddd fait peur ;)

  • Lien vers le commentaire Charles DEREEPER mardi, 10 janvier 2012 17:56 Posté par Charles DEREEPER

    non j'ai pas d'avis. le seul lieu où j'obtiens des résultats exceptionnels, c'est le CAC 40. le reste, qq trades de temps à autre sur les actions, mais sinon, je préfère me taire, car je suis horrifié par les résultats désastreux de mes anticipations...

  • Lien vers le commentaire pecehel mardi, 10 janvier 2012 17:36 Posté par pecehel

    Merci pour votre réponse, je suis quelqu'un de très libre dans sa vie et ses choix mais question finances cette liberté des CFD est en fait un danger pour moi.
    C'est ce qui m'a conduit à la seule règle qui me convienne pour éviter les problèmes, le COMPTANT et rien que le COMPTANT. Ca limite les gains et les choix mais aussi les pertes car je me dois de gérer le patrimoine familial le moins mal possible.

    C'est ce concept de comptant que je mets au-dessus de tout pour me protéger. Ma santé difficile (je suis dialysé) m'oblige aussi à me préserver intellectuellement.

    Avez-vous un avis sur les Proshares ?
    Avez-vous des idées intéressantes mais "au comptant" ?
    Merci

  • Lien vers le commentaire Charles DEREEPER mardi, 10 janvier 2012 17:15 Posté par Charles DEREEPER

    Attention, vous définissez la situation sous un angle orienté. Le CFD n'est pas un produit à effet de levier. Le CFD est un produit qui offre la liberté de fixer SOI MEME son levier. Si vous ne voulez pas de levier, vous mettez le cash en conséquence. A vous lire, je conclues que cette liberté de choix est dangereuse et que vous en avez fait mauvaises usage.

    Cette réaction est intéressante, car elle symbolise la France qui ne veut pas de sa liberté de choix et qui préfère être encadrée dans des limites fortes pour éviter de faire des erreurs et de devoir les assumer. Il est plus facile de faire porter le chapeau à l'Etat qui a organisé et choisi.

    Votre commentaire est vraiment situé au coeur du débat Tracker contre CFD. car au delà du trading et des coûts, en arrière plan, vous avez raison, il faut déterminer sa tolérance à la liberté.

    Et en même temps, je trouve cela inquiétant pour l'avenir. Si nous en arrivons à avoir peur de notre liberté de choix, à ne plus parvenir à être responsable quand on nous offre une tentation inadaptée, alors c'est flippant !

  • Lien vers le commentaire pecehel mardi, 10 janvier 2012 17:09 Posté par pecehel

    Bonjour Charles,
    Lecture très intéressante sur le coût important d'une position dans la durée d'un BX4 par exemple.
    Les CFD sont effectivement une solution moins onéreuse en coûts divers
    Mais, et il y a un GROS MAIS à mon avis, et pour l'avoir essayé, je puis vous assurer que les CFD, ce n'est pas bon mais pas bon du tout pour tout le monde.
    Il y a moins de frais mais, on n'est plus dans un achat comptant mais dans un achat à FORT voire TRES
    FORT effet de levier. Ce style de levier ne convient pas à tout le monde car très peu de personnes sont capables de mettre un "money management" raisonnable.
    Mal utilisés, les CFD sont un piège fatal.

    Je vous en parle en connaissance de cause, moi qui me suis pris les pieds dans le tapis sur le SRD, j'ai été assez bête pour perdre 40 K€ en moins de 3 mois sur les CFD.
    J'ai pourtant 30 ans d'expérience derrière moi. J'ai donc décidé d'arrêter CFD et SRD pour ne faire que du comptant.
    Les gains sont moins gros mais les risques à la fois plus légers et bordés.
    Depuis, je dors bien mieux;
    Ah au fait, Charles, auriez-vous un avis sur les trackers de chez Proshares (Ultra et Ultrashort en 2x sur Gold,Silver, Oil, Gas, EurUsd et YenUsd ?
    Merci pour vos articles franchement intéressants et vos positions "hors moutonnage" qui m'intéressent bien.
    Malheureusement je suis gravement malade et quitter la France m'est quasi-impossible.

  • Lien vers le commentaire jymesnil mardi, 10 janvier 2012 15:05 Posté par jymesnil

    ajoutons également que les CFD permettent de couvrir momentanément des positions en actions ou autres...ça le truc de couvrir ou shorter c'est le super gros mot :-) les trackers sur commodities sont obligés de rouler les positions et là les performances sont différentes à l'arrivée :-)

  • Lien vers le commentaire Charles DEREEPER lundi, 09 janvier 2012 20:39 Posté par Charles DEREEPER

    Les options, la valeur temps et la notion de volatilité qui cote indépendamment, rend la comparaison plus exotique. Dans un lointain, j'ai déjà gagné avec des options en ayant tort sur le sens du marché, uniquement grâce à la hausse de la vol. Et il m'est arrivé de perdre régulièrement alors que j'avais raison sur le sens du marché...

  • Lien vers le commentaire london511 lundi, 09 janvier 2012 20:34 Posté par london511

    D'autres produits peuvent aussi êtres intéressants comme les options qui peuvent exploser en cas de crash ce qui compense la fiscalité désavantageuse.

    http://www.boursorama.com/cours.phtml?symbole=1bPPXAMAR12P1200