Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

La transition énergétique peut-elle menacer le prix du baril ?

Audience de l'article : 5107 lectures

Voici ma réponse en vidéo à cette question que beaucoup d'entre vous se posent sans doute aujourd'hui au sujet de l'investissement dans le secteur pétrolier, qui serait un secteur du "passé" selon certains.

J'y explique pourquoi cette "transition" ne sera jamais en mesure de contrer (en tout cas pas dans les 10-15 ans à venir) l'évolution structurelle de la demande mondiale en pétrole (et en énergies fossiles de façon plus générale).


loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Nicolas mercredi, 05 février 2020 15:11 Posté par peperu

    Je reagis a ta video car je pense que tu n’as pas la bonne grille de lecture, il faut oublier le debat philosophique/societal/mediatique (particulierement en France ou les prix sont fausses) et se concentrer sur les fondamentaux avec les bons chiffres valides par la realite.

    Le driver c’est les couts le reste c’est du bonus.


    J’abonde fortement dans le sens de ton gerant, le petrole a CT/MT ainsi que le secteur petrolier sera bearish car il est en train de se faire disrupter technologiquement. Dans 10/15ans tout aura déjà bascule.





    1.       Transition energetique que dans les pays developpes, non exemple de taille la Chine a un plan car elle a compris que le tout charbon était desatreux. Elle a installee 55GW de solaire en 2019. L’Inde emboite le pas.



    Il n’y a pas d’alternative credibles



    Si ta source de data c’est Jancovici autant continuer a ecouter Macron et ses successeurs qui promettent le plein emploi, un excedent budgetaire, la baisse du deficit, le payement des retraites sans augmenter les impots ….

    Le discours de Jancovici est biase, qlq soit le probleme la solution c’est le nucleaire. On a vu la perf d’Areva et d’EDF et ca c’est de la realite economique et pas de l’ideologie. Pour info le contribuable anglais va payer 120Eur le MWh d’Hinkley Point pour 35 ans alors que le prix moyen est actuellement autour des 45Eur.



    Je te conseille fortement Tony Seba qui est quelques crans au dessus en terme d’analyse, voici un des ses talks;

    https://www.youtube.com/watch?v=duWFnukFJhQ



    Et celui sur l’energie et le solaire ;

    https://www.youtube.com/watch?v=0L0JAnACdyc

    Cela date de 2016, pour info on esty maintenant a moins de 2cts/kwh.



    Il ne faut pas regarder le cout installe mais le cout de production

    Une source serieuse c’est l’etude annuelle de Lazard depuis 10ans du LCOE Levelized Cost Of Energy des differentes energies.

    Ou les dossiers de BNEF (Bloomberg New Energies Finance).



    Les cost curves des ER sont exponenentielles a la baisse (y compris les batteries), a contrario les cost curves des FF sont en plateau et ascendante pour le nucleaire. Ca donne le trend.



    Total a signe dernierement un contrat pour 800MW photovoltaique au Qatar a moins de 2 c/kW installe soit 20$/MW.



    Intermittance. Le reseau peut difficilement absorber l’intermittance, avec quelques % d’ER il absorbe un pic de prod mais au dela non.

    Tu parles d’une hypothese avec un mix de 40% d’ER.

    Tout d’abord ce n’est pas un hypothese mais une realite et la rupture techno existe déjà et est implementee ;

    Avec hypothese Rupture techno pour faire baisser les couts

    South Australia depuis qu’ils ont eu des blackout a repetition ils ont bascule dans les ER et sont a 58% avec la plus grosse batterie du monde (100MW en cours d’extension a 150MW) pour entre autre stabiliser le reseau et plus de blackout. Target net 100% en 2030.

    Alors tu vas me dire oui l’Australie c’est pas pareil c’est une exception ils ont du soleil etc, le Danemark c’est 50% de leur conso elec 2019 a partir des ER principalement de l’eolien.

    L’Ecosse va passer 100% en …. 2020 ils etaient a 76% en 2018.

    UK, les pionniers de la premiere revolution industrielle, en 90 c’est 75% de charbon et aujourdhui 2.5%.

    Le Danemark ont genere plus de 50% de leur electricite avec des ER (eolien essentiellement) en 2019.

    Il y plusieurs technos matures pour gerer l’intermittance, le stockage decentralise (avec de plus en plus les voitures electriques) les Virtual Power Plants et en dernier recours les centrale d’appoint au gaz.



    Alors oui en journee en Australie sur le marche spot les prix de l’elec sont de plus en plus en territoire negatifs avec le solaire, c’est ce qu’on appelle la duck curve.



    Memes les mines en Australie investissent dans des parc solaires pour leur production, ca leur coute moins cher que le diesel et le gas.



    Pas mal pour un truc qui n’est pas possible.



    2.       Voiture electrique

    Etudes bilan carbone EV pas mieux que ICE, oui il se sont vite fait debunked sur leur hypotheses. L’Allemagne vient d’enteriner un plan de sortie du nucleaire et charbon donc le bilan va rapidement s’inverser. Au dela de ca le CO2 on s’en tape ce qui est important c’est le cout. Le reste c’est des externalites positives dans le cas des ER ou negatives pour les energies fossiles.

    Ca me rappelle les gogos qui racontaient il y pas encore si longtemps que les panneaux solaires necessitaient plus d’energie pour leur fabrication qu’ils pouvaient en produire.



    Il y a la notion de cercle vertueux, Vestas le leader mondial des eoliennes a un objectif de 100% ER d’ici 2 ans.

    Le pourcentage d’ER dans le reseau va augmenter de manière exponentielle (pas en France c’est sur)

    Il y a toute une serie de multinationnales qui se sont engages a travers le RE100 a devenir carbon neutral dans les prochaines annees.

    Thyssen Krupp a lance un plan pour phase out le charbon et utiliser de l’hydrogene pour ses haut fourneaux d’ici 2025.

    Gutpa le milliardaire anglais est en train d’ouvrir des fermes solaires pour alimenter ses haut fourneaux en South Australia, et sans subvention car le gouvernement est a fond sur le charbon et petrole.

    Un ensemble de fonds dont Blackrock totalisant 11 trilliards (oui 11000 milliards sous gestion) ont annonce se desengager du charbon et des energies fossiles.

    J’arrete la liste mais ca ne passe pas dans les media mainstream.



    Regarde la perf de Tesla …. ca disrupte.



    Californie (equivalent a la 5e puissance economique mondiale) 30% RE en 2018 avec target a 50% en 2030.

    Inde 450 GW ER 2030.

    Chine a aussi des target pour baisser drastiquement le charbon et faire le switch sur le ER, et il y a pas beaucoup de bobos la bas !!

    La plusparts des pays de l’OCDE on des targets de 50% voire plus d’ER dans leur mix a horizon 2025-2040 a un moment ca va avoir un impact et bien avant 10/15ans.



    Apres les paris sont ouverts et que le meilleur gagne.

  • Lien vers le commentaire Eric Bourgeot mardi, 14 janvier 2020 12:02 Posté par Eric.Net

    Bonjour Loïc,

    Je me permets 2 remarques :

    - les chiffres de JM Jancovici que vous utilisez datent, or le coût du renouvelable diminue, alors que celui du fossile augmente (hors fracturation). Une mise à jour est nécessaire, surtout s'il s'agit d'extrapolation pour les 5 prochaines années.

    - la courbe de l'évolution du nombre de puits aux USA que vous utilisez est trompeuse, car la technologie de fracturation a évolué en 10 ans :
       - le forage horizontal est passé de 1 à 2 km,
       - les fracturations sont passées de 3 à 5 par km,
       - pour un même puit vertical, il y a plusieurs ramification horizontales
    ce qui a pour conséquence qu'au cours du temps, les nouveaux puits ne sont plus comparables; la courbe de production des plus recents est environ du tripple des nouveaux d'il y a 10 ans, et leur taux de dépletion est lui-aussi plus faible.

    Merci d'avoir évoqué ce sujet crucial.