Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

La transition énergétique peut-elle menacer le prix du baril ?

Audience de l'article : 3996 lectures

Voici ma réponse en vidéo à cette question que beaucoup d'entre vous se posent sans doute aujourd'hui au sujet de l'investissement dans le secteur pétrolier, qui serait un secteur du "passé" selon certains.

J'y explique pourquoi cette "transition" ne sera jamais en mesure de contrer (en tout cas pas dans les 10-15 ans à venir) l'évolution structurelle de la demande mondiale en pétrole (et en énergies fossiles de façon plus générale).


loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

1 Commentaire

  • Lien vers le commentaire Eric Bourgeot mardi, 14 janvier 2020 12:02 Posté par Eric.Net

    Bonjour Loïc,

    Je me permets 2 remarques :

    - les chiffres de JM Jancovici que vous utilisez datent, or le coût du renouvelable diminue, alors que celui du fossile augmente (hors fracturation). Une mise à jour est nécessaire, surtout s'il s'agit d'extrapolation pour les 5 prochaines années.

    - la courbe de l'évolution du nombre de puits aux USA que vous utilisez est trompeuse, car la technologie de fracturation a évolué en 10 ans :
       - le forage horizontal est passé de 1 à 2 km,
       - les fracturations sont passées de 3 à 5 par km,
       - pour un même puit vertical, il y a plusieurs ramification horizontales
    ce qui a pour conséquence qu'au cours du temps, les nouveaux puits ne sont plus comparables; la courbe de production des plus recents est environ du tripple des nouveaux d'il y a 10 ans, et leur taux de dépletion est lui-aussi plus faible.

    Merci d'avoir évoqué ce sujet crucial.