Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Sannat

Charles Sannat

Charles Sannat est diplômé de l’École Supérieure du Commerce Extérieur et du Centre d’Études Diplomatiques et Stratégiques. Il commence sa carrière en 1997 dans le secteur des nouvelles technologies comme consultant puis Manager au sein du Groupe Altran - Pôle Technologies de l’Information (secteur banque/assurance). Il rejoint en 2006 BNP Paribas comme chargé d'affaires et intègre la Direction de la Recherche Économique d'AuCoffre.com en 2011. Il enseigne l'économie dans plusieurs écoles de commerce parisiennes et écrit régulièrement des articles sur l'actualité économique.

Charles-Sannat

promospeciale

La raison de la chute des prix du pétrole dévoilée

Audience de l'article : 2145 lectures
Ce n’est pas n’importe quelle source qui dévoile cette information mais la référence mondiale en la matière, puisqu’il s’agit du Wall Street Journal, rien que ça !

Et que dit-il ? En gros que la chute du baril de pétrole est liée à des estimations de “surproduction” mondiale, et que ces estimations seraient tout simplement fausses… Sans blague !

Sachez qu’il n’y a rien de plus sensible et de plus manipulé que les statistiques du pétrole et de l’énergie au sens large.

La guerre des prix semble donc toucher à sa fin, et les États-Unis manifestent l’envie de siffler la fin de la partie.

Les prix devraient donc repartir progressivement à la hausse.

Charles SANNAT


Des journalistes ont annoncé la cause de l’effondrement massif des prix pétroliers.

Les informations concernant l’offre excédentaire de pétrole sur les marchés mondiaux de produits de base pourrait résulter d’une erreur statistique de l’Agence internationale de l’énergie, rapporte leWall Street Journal. D’après les calculs de l’Agence internationale de l’énergie, en 2015, le marché a connu chaque jour une offre pétrolière qui excédait de 1,9 million la demande de barils de pétrole. 770 00 barils d’or noir ont été placés dans des entrepôts tandis que 300 000 barils ont été également transportés via des oléoducs ou des bateaux-citernes.

Il en découle que chaque jour, environ 800 000 barils de pétrole n’ont pas été comptabilisés. La plupart des experts interrogés par le Wall Street Journal supposent que ces barils non-déclarés n’ont tout simplement jamais existé. Dans le cas où leur hypothèse se confirmerait, l’offre excédentaire de pétrole, responsable du plus important effondrement des prix en 10 ans, pourrait s’avérer moindre que l’on ne l’avait pensé.

“Les prix peuvent se rétablir vite car les rapports de l’Agence internationale de l’énergie sur l’excédent de pétrole influencent la formation des prix du pétrole”, résume le journal.

Source Sputnik







Poster un commentaire