Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Cédric Froment

Cédric Froment

Sur ce blog je fais le suivi des actions sur le point d'exploser en bourse. Je vous apprends à les repérer et à les trader.

Les petites et moyennes capitalisations sont mon terrain de jeu favoris.

Grâce à mes stratégies, je passe moins de 30 minutes chaque soir pour gérer mon portefeuille de trading.

Si vous pensez devenir millionnaire en 3 clics, ce blog n'est pas fait pour vous.

Si vous souhaitez acquérir les outils pour devenir un spéculateur efficace, ce blog est une mine d'or pour vous.



  QUI SUIS JE ?

Je m’appelle Cédric Froment et cela fait plus de 10 ans que je spécule sur les actions.

Ma passion pour le surf et mon statut de trader m'ont amené à m'expatrier sur l'Ile Maurice en famille!

froment-cédricM2

Quand je ne suis pas à l'eau ou avec ma fille, je partage avec vous mes meilleures stratégies pour investir en bourse.

promospeciale

Qu'est ce qui gonfle la nouvelle bulle sur l'or et l'argent ?

Audience de l'article : 3226 lectures
A travers les siècles, les cycles actions / matières premières ont alterné sur des périodes d’environ 18-20 ans. Ainsi le dernier cycle action a été enregistré entre 1980 et 2000, tandis que celui des matières premières a actuellement lieu : 2000 – 2020(?).

Le silver est la 2eme matière première la plus utilisée dans l’industrie moderne (10 000 utilisations différentes contre 30 000 pour le pétrole). Mais si l’or et l’argent peuvent être considérés comme des commodities, l’histoire nous enseigne qu’il n’en est rien. Ces 2 métaux précieux ont toujours servi de monnaie d’échange.

Nous fonctionnons depuis 50ans avec un système monétaire basé sur du papier “fiat currency”. Jamais, dans toute l’histoire des monnaies, un tel système n’a tenu plus de 18ans!

En 2008, le peuple perdait confiance dans les banques.

 

En 2013, le peuple perd confiance dans la monnaie fiduciaire.

 

L’annonce de l’Allemagne concernant son rapatriement d’or constitue un très fort signal de cette perte de confiance.

Selon les rumeurs, la chine aurait en tête d’adosser le Yuan à l’or dans le but de devenir la nouvelle monnaie d’échange internationale. Les chinois se gavent d’or, ils produisent à domicile et achètent sur le marché physique.

 

Pourquoi l’or est entré dans un marché haussier…

…depuis le début des années 2000 alors que sa demande industrielle n’est pas impliquée?

Car la planche à billet a commencé à entrer en surchauffe exponentielle à ce moment là :

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

On remarque bien cette accélération de M3* à partir des années 2000. Et les QE en série boostent ce phénomeme.

*M3 est un agrégat qui permet de mesurer la masse monétaire la plus large, tous les types de dépôt bancaire ( sans le total des crédits). M3 était publié chaque mois et était l’un des indicateurs les plus suivi par les économistes. En 2006, la FED a stoppé (caché) cette publication en donnant l’excuse “c’est trop couteux de compiler toutes ces informations”. Vous pouvez suivre le M3 reconstitué par shadowstats, c’est ICI.

En plus d’être bancaire, la nouvelle crise qui nous attend est d’ordre monétaire. Elle concerne toutes les devises papier du monde.

D’un point de vue fondamental, le scénario déflationniste me semble être le plus cohérent avant une vague d’inflation réelle (c’est à dire avec une augmentation de la vitesse de circulation de la monnaie pour acheter son saucisson).

Cependant, d’un point de vue technique, le gold et le silver sont dans un puissant bull market par rapport à toutes les devises mondiales. Une bulle pourrait se former sur ces 2 actifs dans les prochaines années. Mes portefeuilles long terme seront gérés dans ce sens.

 

Les actions sont toujours trop chères !

Je radote mais l’or est l’une des rares monnaie au monde qui permet de correctement valoriser un actif : à savoir s’il est cher ou non.
Lorsque le Dow/Gold ratio sera autour de 1, cela voudra dire qu’il est temps de revenir en force sur les actions car elles seront peu chères :

Cliquez pour agrandir

Cliquez pour agrandir

A noter que ce ratio peut être atteint avec une forte déflation ou une hyperinflation. C’est justement tout l’intérêt d’exprimer des classes d’actifs par rapport à d’autres, plutôt qu’avec un dollar non représentatif car sans cesse dévalué.

Ainsi avec une hyperinflation , le Dow Jones pourrait prendre 1000% avec une once d’or qui progresse de 100 000%. En situation déflationniste, l’or baisserait bien moins que le Dow Jones.

Le graphique ci-dessus nous montre aussi qu’avant 1929, les actions étaient beaucoup trop chères et qu’il fallait guetter la fin du mouvement parabolique pour se retrouver 100% cash. Le cash possédant une vraie valeur puisque adossé à l’or à l’époque.

Actuellement, les seules solutions proposées par les banques centrales et les politiques consistent en une dévaluation illimitée des monnaies papier. Meme la Suisse s’y colle avec son plancher à 1.20. Tous ces éléments devraient assurer le puissant marché haussier sur l’or et l’argent métal.
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Cédric Froment vendredi, 08 février 2013 09:54 Posté par cedric froment

    Salut Patlr,

    merci pour le partage de ces infos !

  • Lien vers le commentaire patlr vendredi, 08 février 2013 07:47 Posté par patlr


    Bonjour Cedric,
    Point de vue/source Bilan


    L’or


    Un anxiolitique pour les inquiets


    L’or attire toujours des investisseurs, même s’il doit se battre davantage pour leur plaire, au vu du contexte de reprise de l’activité économique en Chine et aux Etats-Unis. L’optimisme de ce début d’année a en effet diminué l’appétit pour le métal jaune.

    Malgré tout, sa demande, soit physique ou sous forme d’instruments de placement, reste forte. Car on en achète quand on doute du contexte économique, quand on craint une nouvelle crise financière, un affaiblissement du dollar ou encore une forte inflation pouvant entraîner un bond en avant de l’or, traditionnellement utilisé comme protection. Parmi les scénarios macroéconomiques possibles: une faible croissance mondiale, des politiques de quantitative easing qui perdurent, la crise de la dette, la dévaluation des monnaies, voire même un conflit au Moyen-Orient. La demande d’or ne devrait donc pas fléchir.

    Si l’on observe le marché des investissements, deux éléments attestent de l’attrait pour le métal jaune. La demande d’ETF sur l’or a fortement augmenté, car ces produits servent à se couvrir contre la dévaluation. Ensuite, le fort endettement des Etats entraîne aussi les institutionnels à acquérir des actifs comme l’or qui devrait prendre de la valeur si les devises se déprécient. Par exemple, les banques centrales, notamment celles des pays en développement (Corée du Sud, Russie, Ukraine, Mexique, Bolivie, Thaïlande…), achètent plus d’or pour diversifier leurs réserves de change. D’ailleurs, la demande des instituts d’émissions des pays émergents constitue 80% environ de la demande mondiale.

    2012 a été une bonne année pour investir dans l’or, le métal ayant affiché une hausse de 10%. Les prix ont baissé une nouvelle fois à la fin novembre pour atteindre les 1680 dollars l’once au début de décembre 2012, car le marché attendait plus de cette valeur refuge. Ainsi, l’or, qui a vu son cours moyen grimper tous les ans depuis 2001, n’a pas profité des inquiétudes liées au mur budgétaire aux Etats-Unis, ni des éléments de soutien que sont les taux d’intérêt très bas.

    «Les prix ayant un peu baissé, il est intéressant aujourd’hui d’acheter de l’or physique, plutôt que des produits de
    type ETF, explique André Montandon, analyste financier indépendant. Comme le prix du papier est très voisin de celui de l’or réel, autant acheter de l’or directement et utiliser pleinement son potentiel de valeur protectrice. A trois ou quatre ans, son cours devrait excéder les 2000 dollars l’once.»

    En revanche, pour 2013, si les prix de l’or restent à un niveau élevé, il ne devrait pas y avoir de nouveau pic. Sauf bien sûr en cas de crise majeure comme un nouveau plan de sauvetage de la Grèce ou de l’Espagne. L’or garde ainsi tout son potentiel de hausse, surtout en période d’expansion monétaire. Mais même avec le pire des scénarios, les analystes ne le voient pas arriver en dessus de 2000 dollars par once.


    L’argent


    Dans l’ombre du métal jaune


    En 2012, les prix de l’argent ont augmenté de 20% et font du métal gris la matière première qui réalise la meilleure performance l’an dernier. Même si les prix de l’argent suivent souvent l’évolution de ceux de l’or, ils affichent néanmoins de meilleurs résultats que ceux du métal jaune à la fin 2012. L’argent, qui a la particularité d’être aussi bien une valeur refuge qu’une valeur industrielle, a connu un rally au début novembre 2012 (+12% contre +5% pour l’or), avant de s’arrêter autour d’un prix de 30,75 dollars l’once au début 2013.

    Il est fort probable que l’amélioration des prévisions économiques en Chine et aux Etats-Unis, les politiques de quantitative easing et des prix de l’or qui restent élevés ont encouragé la demande des investisseurs sur l’argent. «Le rapport historique entre l’or et l’argent est de 1 à 15. Aujourd’hui, il est 93 fois moins cher que l’or. Le cours de l’argent devrait atteindre très rapidement les 100 dollars par once en 2013. N’oublions pas qu’il constitue le métal précieux le plus rare de la planète si l’on prend en considération son niveau de consommation», observe André Montandon. L’argent est aussi le métal le plus indispensable. La médecine, qui l’utilise comme désinfectant, et l’industrie de l’électronique ne peuvent s’en passer.

    En 2013, les analystes de Credit Suisse estiment que l’argent a un bon potentiel de hausse, néanmoins moindre qu’en 2012. Ils prévoient une hausse des prix à court terme (trois mois), puis un ralentissement à un horizon d’une année.