Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'or - Fiche 9 : A Qui Profite ce Nouveau Système Monétaire dit Libre?

Audience de l'article : 2120 lectures

Eberhard Hamer, professeur à l’institut des classes moyennes de Hannovre, nous livre son explication dans un article paru dans « Horizons et débats » en juin 2005.

 

Selon lui, le système qu’il qualifie d’escroquerie monétaire, profite en premier lieu à la haute finance des Etats-Unis et à l’Etat américain. En augmentant sans scrupules la masse monétaire, ceux-ci peuvent pratiquement acheter le monde entier en payant avec des dollars dont la valeur se réduit à vue d’œil. C’est la forme moderne du tribut par lequel l’Amérique commande de plus en plus de biens à l’étranger tout en forçant économiquement et politiquement les principales Banques centrales du monde (Banque centrale européenne, Banque du Japon, Banque de Chine, etc.) à garder ces dollars « pourris » comme réserves de devises. Toutes les autres monnaies se retrouvent ainsi couvertes par des dollars sans valeur et seraient mises en danger en cas de krach sur le dollar.

 

L’endettement ne pose ainsi aucun problème aux Etats-Unis, qui décideront eux-mêmes dans quelle mesure ils plumeront finalement tous leurs créditeurs étrangers par une dévaluation officielle du dollar (qui réduirait considérablement le poids de la dette américaine).

 

Si les détenteurs de monnaies savaient qu’ils n’ont, au fond, que du papier entre les mains mais que tout dépend des manipulations, des abus, de la puissance et des objectifs de la haute finance des Etats-Unis, la vitesse de circulation de la monnaie augmenterait davantage en raison du refus d’accepter la monnaie, et une fuite dans les valeurs réelles aurait lieu. Il s’ensuivrait une inflation s’accélérant dramatiquement.

 

¹ Ferdinand Lips, 1931-2005, était une personnalité reconnue et respectée dans le domaine de l’or et du commerce de l’or. Il a été le co-fondateur de la Banque Rothschild à Zürich, et l’administrateur de la  « Foundation for the Advancement of Monetary Education » (FAME) à New York. C’est là qu’a été édité son livre Gold Wars, dans lequel il s’engage avec force en faveur de la réintroduction de l’étalon-or.

 

 Léonard SARTONI

Poster un commentaire