Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'or - Fiche 20 : L'Economie US et le Déficit Commercial et Budgétaire

Audience de l'article : 2273 lectures

A l’échelle du pays, nous avons la figure d’une nation qui achète davantage de produits à l’étranger qu’elle n’en vend, ce qui se traduit par une balance commerciale fortement déficitaire. Les compagnies étrangères sont payées en dollars qu’elles vont s’empresser d’échanger contre de la monnaie locale auprès de leur banque. Les banques centrales étrangères échangent ces dollars contre des obligations du gouvernement américain pour obtenir un rendement sur ces devises. Ainsi, des pays, comme le Japon ou la Chine, croulent sous des montagnes de réserves de dollars. Et pas question pour elles de vendre ces devises car elles provoqueraient un effondrement du billet vert sur le marché des changes ! Une chute du dollar serait, en effet, mauvaise pour ces pays exportateurs vers les Etats-Unis, car un dollar en baisse rendrait les produits asiatiques plus chers aux yeux des Américains, et rendrait les produits « made in USA » plus compétitifs sur le marché mondial. Ces pays achètent donc de la dette américaine avec leurs dollars.

 

De cette manière, les Américains s’endettent sur le dos des étrangers, et ces étrangers le font uniquement pour pouvoir écouler leur camelote à bon prix vers les Etats-Unis. Donnant-donnant, mais le problème est que l’indice du dollar a déjà perdu 38% de sa valeur depuis 2002 et que cette perte s’est directement répercutée sur tous les détenteurs de la dette en dollars, dont 80% sont des étrangers. Et le déficit de la balance commerciale suggère que le dollar est encore largement sur-évalué, tout particulièrement vis-à-vis du yuan chinois.

 

Les Etats-Unis possèdent, en plus du déficit commercial, un déficit budgétaire. Il y a déficit budgétaire parce que le gouvernement dépense plus qu’il ne perçoit des taxes et impôts. Le déficit budgétaire est encore plus grand que le déficit commercial, et il s’aggrave chaque année, pour laisser une ardoise totale de plus de $9’200 milliards au gouvernement. www.usdeficit.com ou www.brillig.com/debt_clock vous donnent l’état de la dette du gouvernement américain tous les jours. A chaque jour, s’ajoute près de 1,5 milliard supplémentaire de dette. Le déficit budgétaire signifie que le gouvernement doit continuellement émettre de plus en plus de dette pour financer ses dépenses, par l’intermédiaire d’obligations. Pour trouver preneurs, ces obligations (en l’occurrence des Bons du Trésor américain) doivent offrir un rendement acceptable. Le recyclage des dollars dans les Bons du Trésor américain a empêché la vente de dollars sur le marché des changes, ce qui a gardé à flot le dollar et a permis au gouvernement des Etats-Unis d’émettre toujours plus de dette sans avoir à augmenter les taux d’intérêts puisque les Asiatiques achetaient avec les deux mains. Si les banques centrales de Chine et du Japon décidaient de réduire leurs achats de Bons du Trésor US avec leurs dollars excédentaires, le taux de change du dollar chuterait, et la seule façon de sauver la valeur du dollar pour les Etats-Unis, serait de faire monter les taux d’intérêts. Mais le pourront-ils ?

 

Si l’économie américaine faiblit, le soutien du dollar par les Asiatiques pourrait bien faiblir, car la vente de leurs produits aux Etats-Unis reste la seule condition de ce soutien. De plus, la Chine semble se montrer plus frileuse à l’égard du dollar, car à quoi bon détenir des dollars qui rapportent 5% d’intérêt par an si le dollar perd 10% sur le marché des changes durant la même période ? Si la Chine abandonne le dollar, le Japon suivra, car ni la Chine ni le Japon ne sont capables de soutenir, seuls, le dollar.

 

 

Réserves de change = devises étrangères détenues sous la forme d’obligations ou de Bons du Trésor d’Etats étrangers. Ci-dessus 50% du total mondial des réserves de change. Environ 66% des ces réserves sont des dollars et 25% des euros.

 

 

 Léonard SARTONI

Poster un commentaire