Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'or - Fiche 19 : L'Economie US et la Dette

Audience de l'article : 2183 lectures

Le revers de l’augmentation de la masse monétaire, c’est la dette. Et cette dette atteint des records aux Etats-Unis. Nous n’allons pas faire l’erreur de la mesurer avec des dollars car nous avons vu que seuls les ratios peuvent nous donner le sens des valeurs lorsque les planches à billets s’emballent. Mesurons par exemple la dette, relativement à ce que produit le pays dans son ensemble (PIB). Au dernier trimestre 2007, la dette totale des Etats-Unis se montait à 48'000 milliards de dollars, soit 3,4 fois le PIB. Cela représente aussi une dette de $161'000 par américain. Relativement au PIB, Un tel niveau de dette n’a jamais été atteint auparavant et mettrait en faillite n’importe quel gouvernement d’Amérique du Sud. Mais comme pour l’indice des prix à la consommation, le calcul du PIB américain reste sujet à caution. L’économiste John Williams calcule, pour 2007, jusqu’à 4% d’écart entre son indice SGS du PIB et le calcul officiel. Nous voici prévenus, la situation pourrait être encore pire que ce que l’on imagine !

 

 

 

 

La dette des ménages a fortement grimpé ces dernières années suite à la baisse des taux d’intérêts, comme on peut le voir dans les deux graphiques ci-contre.

 

 

 

Dans la dette des ménages, se trouvent les crédits immobiliers ainsi que les crédits à la consommation. Cette dette se montait à plus de 90% du PIB en 2007.

 

 

 

La consommation, aux Etats-Unis, représente 70% du PIB. L’économie américaine est donc dépendante d’un consommateur surendetté, dont la confiance repose principalement sur la forte progression du marché immobilier et du marché des actions. La bonne tenue de ces marchés lui a donné l’illusion qu’il était devenu plus riche, et qu’il allait le devenir toujours plus… Cette mentalité se remarque sur le graphique du taux d’épargne. Alors que l’Américain moyen épargnait encore plus de 10% de son revenu dans les années 70, celui-ci, non seulement n’épargne plus, mais n’arrive plus à boucler ses fins de mois.

 

 

 

 

 

Léonard SARTONI

Poster un commentaire