Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'or - Fiche 16 : Le cycle des valorisations pour les actions

Audience de l'article : 1804 lectures

La valorisation d’une action se mesure par la capitalisation boursière de la société, divisée par son bénéfice annuel.

 

Valorisation = Capitalisation/bénéfice = ratio P/E

 

Et la capitalisation se calcule en multipliant le cours de l’action par le nombre d’actions en circulation. A bénéfice constant, la valorisation grimpe ou baisse avec le prix de l’action. A valorisation constante, le prix de l’action grimpe ou baisse avec le bénéfice de la société.

 

Un des meilleurs moyens pour voir ce qui se passe dans le marché des actions est de regarder la tendance à long terme des valorisations.

 

 

Un marché haussier de long terme (15-20 ans) sur les actions correspond à une tendance de long terme haussière pour leurs valorisations. Et nous pouvons observer qu’un marché baissier de long terme sur les actions correspond à une tendance de long terme baissière pour leurs valorisations.

 

 

 

 

Source: Adam Hamilton, http://www.zealllc.com

 

Les valorisations tombent à une valeur plancher lorsque les investisseurs perçoivent une grande partie de la croissance des profits des entreprises comme le résultat de l’inflation. Par exemple en 1921, après l’inflation de la Première Guerre mondiale, en 1949, après l’inflation de la Seconde Guerre mondiale, et en 1982, après l’inflation des années 70. Tous ces creux ont marqué les débuts de formidables marchés haussiers sur les actions, le dernier en date ayant duré de 1982 à 2000, soit près de 19 ans. Si on peut se baser sur les grands cycles du passé, les ratios P/E des actions sont actuellement engagés dans une tendance baissière qui a de fortes chances de se prolonger jusqu’à atteindre une valeur extrême, inférieure à 10 d’ici 2015-2020, probablement suite à une nouvelle période de forte inflation. Ce jour-là, plus personne ne voudra entendre parler de la Bourse, comme en 1982 lorsque les journaux annonçaient la mort des actions.

 

Léonard SARTONI

Poster un commentaire