Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
promospeciale

L'effet de levier des producteurs d'or par rapport aux variations du prix de l'once

Audience de l'article : 3476 lectures

Question d'un lecteur pour Leonard Sartoni, auteur du livre 2008-2015 : pourquoi l'or va battre la performance des actions et des obligations et comment vous pouvez en profiter un livre écrit quand l'once d'or valait 600 dollars, contre 1.200 aujourd'hui.

 

 

 

Bonjour Mr Sartoni,

 

 

 

J’ai lu et compris pas mal de vos publications et j’ai relévé cette phrase de vous : 

 

« lorsque le prix de l’or devient très élevé, l’effet de levier diminue fortement, et cela ne vaut plus la peine d’investir dans les producteurs d’or, puisque leurs bénéfices vont peu à peu croître de façon identique aux gains sur le métal ».

 

 

 

J’aurai donc 3 questions assez simples :

 

1 ) En Mai 2010 , sommes nous a votre avis proche d’un prix élevé de L’or qui donnerait un levier de 1 ?

 

Entre Nov 2008 et Mai 2010, l’or a gagné en $ à peu prêt + 65 %

 

Entre Nov 2008 et Mai 2010, mon fond preféré Dynamics Precious metal LU0357130854 a gagné en € à peu prêt +185%, ce qui fait aussi +185% en $ ( cours €/$ = 1.25 en nov 2008 et en Mai 2010 ).

 

Cela fait un levier de 185 / 65 = à peu prêt 3 sur cette periode .

 

 

 

Ce fond LU0357130854 Mines Or / Argent est le plus reactif de sa categorie avec le meilleur track record.

 

 

 

2) qu’en est il de l’argent qui avec un ratio de 65 avec l’or par rapport du 15/20 historique semble tres en retard ?

 

 

 

Tres Cordialement de vos avis .

 

Merci

 

 

 

Bonjour!

 

Vos questions sont pertinentes et je vais prendre la peine d'y répondre, comme je ne suis plus beaucoup actif sur le net.
 
Oui, j'ai écrit la phrase que vous citez en 2007 lors de la rédaction de mon livre, lorsque le ratio HUI/gold évoluait autour de 0,5 et le prix de l'or autour des $800. Je pensais que si l'or grimpait à $1'600 (+100% ou 2 fois), le HUI fournirait un levier de 3 fois sur le prix de l'or, c'est-à-dire +300%, et qu'ensuite, il ne fournirait plus de levier si l'or devait encore doubler jusqu'à $3'200. Je voyais le ratio HUI/gold atteindre un plafond vers 1,5 (3 fois le niveau de 2007).

 

 

 

 

 

Si vous observez le graphique du ratio HUI/gold en pièces jointes, vous pouvez voir que le ratio a développé un levier de "4,6 fois le prix de l'or" entre 2001 et 2004, au meilleur de l'impulsion haussière pour le HUI. Une telle performance était possible car les mines d'or partaient d'un niveau extrêmement dévalué, après un long marché baissier pour l'or. Les investisseurs se sont précipités dans le secteur des mines d'or, car ils s'attendaient à voir leurs profits grimper en flèche. Ils anticipaient aussi en 2004 un prix de l'or beaucoup plus élevé dans le futur, et des profits beaucoup plus élevés pour les mines d'or. Ce qu'ils n'anticipaient pas (et ce que je sous-estimais également en 2007) c'était la répercussion de la hausse du prix de toutes les matières premières sur les coûts de fonctionnement des mines! La hausse de ces coûts opérationnels a eu raison du levier attendu sur les mines d'or! Le pétrole atteignait un sommet en 2008, et le prix de l'or grimpait beaucoup moins vite. Et les investisseurs ont extrapolé ceci, dans un accès de pessimisme, en pensant que la hausse du prix de l'or ne pourrait que marginalement compenser la hausse des coûts opérationnels pour les mines. 
 
La réalité est que, depuis 2002, les mines d'or ne font pas mieux que le prix de l'or (le ratio est au même niveau que 2002). Et pourtant, leur profitabilité s'est grandement améliorée, malgré la hausse du prix du pétrole! Qu'est-ce qui déprime le secteur des mines d'or actuellement?
 
- le souvenir du krach de 2008. A cette époque, beaucoup de hedge funds ont été forcés de liquider leurs positions sur les mines d'or pour des besoins de liquidité. Cela a causé une baisse injustifiée du HUI (la preuve, c'est que le HUI est rapidement revenu à ses niveaux d'avant le krach) et beaucoup de dégâts techniques sur l'indice, qui prennent beaucoup de temps à réparer. Les investisseurs ont très peur de revivre un tel plongeon si les Bourses mondiales devaient rechuter. La peur empêche actuellement le HUI de suivre le prix de l'or avec un effet de levier.
 
-le souvenir que le prix de l'or ne parvenait pas à faire mieux que le prix du pétrole en 2008. Regardez le graphique en pièces jointes. Le ratio donnait effectivement le pétrole vainqueur en 2008, avec un ratio de 6,5, mais le ratio donne l'avantage à l'or depuis la crise, avec un ratio de 16,8 actuellement. Et je m'attends à voir ce ratio évoluer vers les 30 dans les années à venir (pétrole à $100 et or à $3000 par exemple). La hausse du prix du pétrole ne doit donc plus être un soucis pour les profits des mines d'or, mais actuellement, les investisseurs ne tiennent pas compte de ce retournement.
 
- Le peak gold ou l'épuisement des filons d'or les plus riches au niveau mondial. Les bonnes réserves s'épuisent ou se trouvent dans des pays instables politiquement. Les immenses capitaux dédiés à l'exploration n'ont pas produit les résultats escomptés. Les espoirs des investisseurs ont été douchés. La meilleure façon pour une grosse compagnie de gonfler ses réserves se fera donc à travers l'acquisition de petites compagnies riches en ressources. La seconde partie de ce marché haussier sera donc meilleure pour les petites compagnies et moins bonne pour les grosses compagnies (HUI), raison pour laquelle je préfère toujours investir dans les juniors.
 
Ces facteurs négatifs priment pour le moment et dépriment le secteur, mais comme d'habitude, le cycle de déprime fera place à un cycle d'euphorie, tôt ou tard! Nous avons connu l'euphorie avec des anticipations trop optimistes en 2001-2004, et nous connaissons actuellement une déprime avec des anticipations trop pessimistes en 2005-2010, avec la crainte que le marché de l'or se trouve déjà en situation de bulle (comme ne manquent pas de le rappeler beaucoup d'analystes ultra médiatisés). Pour que le sentiment se retourne sur le HUI, il faudra attendre que l'or démente tous ces propos en établissant nouveaux sommets sur nouveaux sommets (on parle de bulle sur l'or depuis qu'il a dépassé les $500!!!). Doug Casey parle d'un retournement possible vers les $1'300.
 
2008 a causé une anomalie baissière pour le HUI et le rebond qui a suivi est un simple retour à des niveaux plus normaux, quoique toujours déprimés. Le levier que vous avez connu avec votre fonds n'épuise en rien le potentiel futur des mines, puisqu'elles restent déprimées vis-à-vis du prix de l'or. Ce qui ne veut pas dire qu'elles ne peuvent pas encore baisser depuis ces niveaux et offrir une nouvelle opportunité d'achat! La volatilité est légendaire dans ce secteur (et c'est ce qui offre de belles opportunités d'achat si on attend toujours une phase de panique pour acheter).
 
Lorsque l'euphorie reviendra sur ce secteur, et que les investisseurs anticiperont $2000 pour l'or, les mines d'or vont, à mon avis, connaître un nouvel épisode d'euphorie, et je pense que nous pouvons encore connaître un levier de 3 fois sur le prix de l'or, avec un ratio HUI/or grimpant jusqu'aux environs de 1. Cette prévision reste raisonnable, car un prix de l'or de $2000 et 1250 points pour le HUI signifierait que les mines d'or n'ont fourni aucun effet de levier depuis le sommet du ratio HUI/or en 2004, à 0,625. Un prix de l'or de $2000 et 1250 points pour le HUI signifierait que le prix de l'or est passé de $450 en 2004 à $2000 d'ici quelques années, sans aucun effet de levier supplémentaire pour les mines d'or, comme si $1550 de hausse pour le prix de l'or depuis 2004 n'aurait produit aucune explosion de profit pour les mines d'or, ce qui est tout simplement impensable! Vu sous cet angle, il est raisonnable de penser que le ratio HUI/or peut atteindre la valeur de 1, et que le HUI peut atteindre 2000 points si l'or grimpe à $2000. Un levier de 3 fois est donc encore attendu, et ensuite seulement il faudra réviser ses prétentions sur le HUI.
 
Ceci dit, je recommande toujours au moins 50% d'or physique dans un investissement sur l'or (tracker sur l'or (ETF) ou stockage personnel de lingots ou de pièces dans un coffre à la banque).
 
2) Quant à l'argent métal, je vise un ratio de 30 dans les années à venir (j'ai révisé ma cible suite au comportement décevant de l'argent en 2008), mais la sur-performance de l'argent vis-à-vis de l'or ne pourrait être effective que vers la fin de ce marché haussier, lorsque, dépité par la hausse du métal jaune, les investisseurs se rabattront sur son petit frère (qui ne s'appelle pas pour rien "l'or du pauvre") et créeront une bulle sur l'argent. Je dirais que l'argent ne doit pas dépasser un quart (voire un tiers) d'un investissement en or et métaux précieux, car le métal monétaire par excellence reste l'or. Le rôle monétaire de l'argent est beaucoup moins garanti. En cas de forte dévaluation monétaire de l'euro et du dollar, l'argent fournira de toute façon une valeur refuge en tant qu'actif tangible, mais je ne jouerais pas forcément la carte d'une sur-performance vis-à-vis de l'or, car il existe une difficulté au niveau du timing. N'oubliez pas que l'argent métal ne figure plus du tout dans les actifs des banques centrales, et que si l'or était re-monétisé, l'argent ne le serait pas officiellement. Donc son ratio monétaire de 15 pourrait faire partie du passé, lorsque les banques centrales en détenaient. La présence de l'argent dans un portefeuille peut aussi être défendue pour des raisons de confiscation d'or par les Etats, mais personnellement je n'y crois pas. 
 
En conclusion, l'argent OUI, mais avec prudence et grande modération, surtout pour des raisons de timing! Ne prenez surtout pas comme exemple les $50 de 1980, c'était une anomalie due à une distorsion du marché par les frère Hunt, qui ont tenté de faire un "corner". Le ratio ne serait jamais descendu jusqu'à 17 en janvier 1980 si le marché n'avait pas subi la manipulation des frères Hunt. Le grand gagnant des années 70, c'était bien l'or! Car sur le pic de 1980 pour l'argent métal, il était impossible de vendre à $50, tout au plus pouviez-vous revendre votre argent physique à $30 l'once sur le marché. Je ne comprends pas pourquoi autant d'investisseurs se basent sur ce pic à $50 en 1980. Le prix moyen sur l'année 1980 était de $612 pour l'or et de $16 pour l'argent, soit un ratio de 38!!! En 1979, le prix moyen était de $306 pour l'or et de $22 pour l'argent, soit un ratio de 14. En 1978, le prix moyen de l'or était de $193 et celui de l'argent était de $5,93 pour un ratio moyen de 32!!! C'était donc en 1979 qu'il fallait vendre l'argent, lorsque les frères Hunt intervenaient massivement dans le marché, mais le ratio une année avant ou après dépassait les 30! Le timing est donc délicat comme je vous le disais. De plus, dans les années 70, les monnaies venaient tout juste de se débarrasser de leur teneur métallique en argent, donc les investisseurs raisonnaient encore en terme d'argent monétaire (au cas où une re-monétisation de l'argent devait se faire dans la monnaie en circulation). Aujourd'hui, il n'est pas du tout sûr que l'argent soit re-monétisé (pourquoi pas le platine ou le palladium alors?). Viser un ratio de 30 pour le ratio or/argent me semble donc beaucoup plus raisonnable que viser un ratio de 15.
 
Bonne chance pour vos investissements futurs!
 
Cordialement,
 
Léonard Sartoni

 

Poster un commentaire