Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Laurent Horvath

Laurent Horvath

Les enjeux de la production des Energies sont si importants, qu'ils sont en train de modifier nos vies et l'équilibre du Monde. Mieux les Comprendre aujourd'hui, nous permet d'envisager l'avenir et agir concrètement aujourd'hui.

J'ai créé en 2008 le blog http://2000watts.org/ pour suivre cet univers.

Conquérir la bourse

Pétrole: L'Espagnol Repsol achète le Canadien Talisman

Audience de l'article : 849 lectures
Le crash pétrolier va pousser les majors pétrolières à se cannibaliser. Ainsi l'espagnol Repsol vient de manger le canadien Talisman Energy (T.TLM) qui est en difficulté financière. Ce n'est pas la première compagnie pétrolière canadienne qui se fait dévorer par une major étrangère.

Repsol a commencé à s'intéresser à Talisman Energy durant l'été alors que son cours était à 12 $ par action. Avec la chute des cours, l'action de Talisman est redescendu aux environs de 4 $. Coupant la poire en deux, Repsol a proposé 8$. La valeur totale de la transaction est de 13 milliards $ US, dont 8,3 milliards $ pour les actions de Talisman et le solde pour payer la dette.

Repsol va maintenant demander le OK de Ottawa en vertu de la Loi sur Investissement Canada - la même qui a permis les prises de contrôle de pétrolières canadiennes par des sociétés d'État malaysiennes et chinoises en 2012.  Stratégiquement, Talisman n'a pas de présence dans le secteur des sables bitumineux - une des inquiétudes soulevées par la prise de contrôle de Nexen par CNOOC.

En 2012, Ottawa avait approuvé la prise de contrôle de Nexen par la société chinoise CNOOC, tandis que la malaysienne Petronas avait aussi obtenu le feu vert pour acquérir Progress Energy Resources. Le gouvernement canadien avait cependant resserré les règles entourant les grandes prises de contrôle par des sociétés d'État étrangères.  

La production canadienne de Talisman ne représente que 15 pour cent de sa production totale. Le reste provient des États-Unis, de l'Asie du sud-est, de la Colombie et de la mer du Nord.

L'entreprise née de la transaction comptera parmi les 15 plus grandes pétrolières privées au monde, avec des activités dans plus de 50 pays et un effectif de plus de 27'000 employés.

Avec: LaPresse.ca
Poster un commentaire