Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Laurent Horvath

Laurent Horvath

Les enjeux de la production des Energies sont si importants, qu'ils sont en train de modifier nos vies et l'équilibre du Monde. Mieux les Comprendre aujourd'hui, nous permet d'envisager l'avenir et agir concrètement aujourd'hui.

J'ai créé en 2008 le blog http://2000watts.org/ pour suivre cet univers.

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

Le peak oil s'éloigne selon l'AIE. Hum hum, info ou intox ?

Audience de l'article : 1701 lectures
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
L'optimisme de l'AIE (Agence internationale de l’énergie) fait plaisir à voir. Nous n'avions pas vu autant d'enthousiasme depuis des années! Ainsi selon le dernier rapport du lobby mondial du pétrole, le Peak Oil s'éloigne.

Contrairement aux craintes annoncées par l'Agence, elle-même, durant les années passées, nous n'allons pas manquer de pétrole. Ouf! L'AIE projette qu'en 2015 la demande de brut devrait dépasser les 95 millions de barils par jour, contre 90 actuellement. Ainsi la croissance économique mondiale devrait progresser de 3,9% par an en moyenne jusqu'en 2015 et la demande pétrolière progressera de 1,2% par an. Cette hausse proviendra essentiellement des pays émergents (+2,9% par an). A l'inverse, les pays riches devraient diminuer leur soif de 0,4% par an. Ainsi dès 2016, la consommation des pays émergents dépassera la consommation des pays de l’OCDE.

2017: Les Pays émergents dépassent les pays riches

Dès 2017, les pays émergents deviendront définitivement les plus gros consommateurs et la Chine deviendra la première économie du monde, devant les Etats-Unis! 

Autant la Chine va accroître ses importations de gaz et de pétrole, autant les USA vont diminuer les siennes. Disposant des meilleures technologies d’extraction et d’importantes infrastructures de transport, de raffinage et de distribution, sans oublier l’accès aux fabuleux gisements d’hydrocarbures non conventionnels américains et canadiens, le Nouveau Continent va réduire ses importations de brut.

Toujours selon l'AIE, l’Irak et la Lybie devraient retrouver d’importantes capacités de production et compenser la forte baisse annoncée de l'Iran. 

Au total, la capacité de production pourrait atteindre les 102 millions de barils par jour (md/j) : +9,1% par rapport à 2011. Les experts de l’AIE estiment que l’Amérique du nord et l’Irak fourniront 60% de cette croissance. La capacité de production dépassant largement les besoins estimés (102 mb/j contre 95 mb/j en 2017), les prix devraient logiquement s’en ressentir.

Hausse du CO2

L’AIE estime à 89 dollars le prix du barils, en 2017, contre plus de 110 dollars, en 2011. Sur le plan environnemental, les conclusions du MTOMR 2012 ont de quoi inquiéter. La consommation de produits pétroliers va progresser de plus de 5%, ce qui augmente mécaniquement les émissions de CO2. Seule consolation : la croissance économique augmentant bien plus vite que la demande de pétrole, on assistera à une diminution de 2,5% par an de l’intensité pétrolière de l’économie mondiale.

Des Prévisions pas toujours avérées

Un bémol. En 2000, l'AIE prévoyait un baril de pétrole à 22$ le baril pour 2010 et une consommation de 115 millions de barils pour 2020. Toutes ces prévisions se sont révélées assez loin de la réalité. Elles ne représentent que des estimations du lobby pétrolier et des USA.

De notre côté, 2015 devrait marquer un tournant dans la production pétrolière. Vous remarquez que l'AIE parle de demande et de consommation et évite soigneusement de parler de la production qui à ce jour montre déjà des signes de faiblesses.
Poster un commentaire