Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

Banro (0,23$) : une belle opportunité de trading et d'investissement grâce au crash des mines d'or !

Audience de l'article : 5938 lectures

Les mines d'or se sont crashées hier à Wall street avec un indice HUI en baisse de plus de 12%. Je suis depuis longtemps à l'écart de ce secteur en raison des tensions déflationnistes persistantes sur l'économie mondiale, et des niveaux de valorisation que je trouvais trop élevés sur les mines (en termes de rendement sur dividende, de PER et d'autres ratios financiers) et vous savez que les mines (n'en déplaise aux puristes) sont pour moi des valeurs commes les autres : J'attends donc qu'elles me servent un niveau suffisant de rentabilité (présent ou futur).

Graphique du HUi index (mines d'or non hedgées)

hui0715

Graphiquement, nous serions dans la vague baissière 5.3 (qui est proche de la fin au vu de la séance d'hier), avec à venir un rebond technique 5.4, et une nouvelle baisse 5.5 clôturant la séquence avant un rebond majeur et durable.

L'ampleur de cette chute et le large excès de pessimisme ambiant actuel sur le secteur m'a forcément intéressé en tant que contrarien, et j'ai fait quelques recherches pour voir si la baisse n'avait pas produit une petite pépite attractive à acheter grâce à des cours massacrés.

Pour évaluer une mine, je fais particulièrement attention à deux ratios : 

- Le ratio capitalisation boursière / réserves en terre. C'est un ratio de stock, plus il est bas, mieux c'est, puisque c'est le signe que la mine dispose de réserves importantes et qu'elle pourra assurer et développer sa production sur le long terme.

- Le second ratio est un ratio de flux : le ratio capitalisation / onces de production annuelle. Ce ratio permet de s'assurer d'un niveau de chiffre d'affaires sufffisant au regard de la capitalisation de la mine. Plus il est bas, mieux c'est.

Un troisième critère dans le contexte actuel est d'avoir une mine à bas cash cost, donc capable de résister à une période déprimée sur le cours de l'or.

Enfin un dernier critère qui "booste" souvent le cours est d'avoir une mine qui est au stade de lancement opérationnel de sa production, c'est à dire que son chiffre d'affaires et sa production sont sur le point de progresser fortement grâce à la mise en service de nouvelles opérations.

Il y a aujourd'hui une petite valeur, cotée à l'AMEX qui présente justement toutes ces caractéristiques, et dont le cours vient d'être "massacré" de façon complètement irrationnelle par le crash en cours : Il s'agit de Banro corporation.

Cette société met en valeur des mines en Afrique (RD Congo), et dispose de deux projets phares, Twanziga (déjà en pleine production) et Nagoya (production opérationnelle lancée dès juin/juillet 2015).

- La production annuelle cumulée de ces deux projets devrait atteindre 175 000 à 195 000 onces en 2015, puis dépasser 200 000 onces en 2016. Elle n'était que de 98 000 onces en 2014, la société voit donc une hausse très rapide de sa production, grâce à la mise en service de ses nouveaux projets.

- Les cash costs sont très raisonnables et sous 600$ actuellement d'après les derniers chiffres présentés par la société.

- Le ratio capitalisation (58M$ à 0,23$ l'action) / production annuelle (200 000 onces) est extrêmement bas : 290$/once annuelle produite. Cela signifie que si la société réalise seulement 100$ de marge nette / once produite (niveau tout à fait envisageable, même avec une once à 1000 ou 1100$), son PER ne serait à terme que de 2,9 !
A titre de comparaison, voici le ratio pour les leaders du secteur  (malgré le crash) : 2000 pour Newmont Mining et 3400 pour Goldcorp !.
Banro est presque 10 fois moins chère, malgré des cash costs inférieurs !

- Le ratio capitalisation / réserves 2P est de seulement 19,9$ par once de réserve en terre, et le ratio capitalisation / (réserves + ressources M+I) est à 5,45$ par once. Des niveaux qui sont exceptionnellement bon marché pour le secteur !

Tous ces éléments font que Banro est aujourd'hui pour moi une valeur injustement massacrée par le marché et qui devrait être en mesure de profiter rapidement de tout rebond technique sur le secteur.

Banro est cotée sur le marché américain (AMEX) sous le code BAA, et bénéficie d'une bonne liquidité (pour une petite valeur). Cerise sur le gâteau, elle est graphiquement en phase 2 de Weinstein et vient de toucher sa moyenne mobile à 150 jours, grâce au crash du secteur qui a fait chuter son cours de plus de 40%.

baa


Voilà en résumé une petite valeur qui intéressera à la fois les traders, les investisseurs "value" et les spécialistes et passionnés du secteur des mines d'or.

N'oubliez pas quand même que ce secteur reste très spéculatif, qu'il faut être prêt à accepter de fortes variations de cours, et que l'investissement dans Banro comporte évidemment des risques importants (localisation en RD Congo, jeunesse de l'activité et du projet qui fait que la société est encore assez endettée par exemple). Mais le potentiel de revalorisation est largement à la hauteur de ces risques.

Bons trades et bons investissements, 
Loïc Abadie

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

3 commentaires