Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Charles Dereeper

Charles Dereeper

Rédacteur, éditeur, entrepreneur, trader...

Je vis en fonction de l’intuition, du coeur et de la possibilité de mourir à chaque instant. Pas de vie sans création quotidienne !

Je vis en contraste extrême entre Bangkok la sauvage torride et la jungle encore préservée du sud pacifique du Costa Rica. 

Je mets à la poubelle la culture chrétienne et le reste des religions pour neuneus attardés qui veulent nous faire gober qu'il existe trois dieux uniques (car 3 = 1, ben oui quoi, c'est un truc religieux, nous les quiches, on peut pas comprendre, c'est que eux) dont en plus, nous serions séparés (ben oui, si dieu est déjà en nous, on n'a plus besoin de se soumettre à des religieux assoiffés de domination... leur seule solution consiste à nous raconter qu'on est tout seul et dieu est ailleurs. Bien sûr, on peut lui dire bonjour, mais à condition de prendre une carte de membre...).

En fait, en considérant que nous sommes tous connectés ensemble nous les humains basiques, la vie retrouve son sens perdu et on peut se passer sans souci de cette morale catholique bidon...

Sinon, j'ai tenté du mieux que j'ai pu, d'effacer ce que m’ont raconté les profs gochos de mon enfance (yavait du boulot), l'éducation plus qu'inefficace de mes parents et toutes les âneries que l’Etat français a tenté de m’imposer pour me tenir en laisse...

Je suis totalement contre le dogme du profit maximal, qui égare la majorité des humains et qui détruit tout !

J'ai besoin autour de moi de gens électrons libres, insoumis aux normes sociales vicieuses et visqueuses et insoumis à leurs propres peurs !

Un spécial remerciement éternel pour Alain qui en 2001 / 2003 m'a offert le plus précieux des cadeaux.



Inscription à ma newsletter BOURSE / INVESTIR / PRODUCTIVITE 
(2 emails par mois)

==> C'est ici

Charles-Dereeper

charlesjungle
NOUVEAUTE 2017


Suivez mes "conneries" et ma life sur INSTAGRAM
User  = wild_tropical_fruit

charleshongkong

MES AUTRES BLOGS DISPO

COSTA RICA, THAILANDE, SANTE...
CharlesDereeper.com


charlesdereeper

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

J'ai parfois peur du futur

Audience de l'article : 8433 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 17 réactions
Votez pour cet article
(10 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Deux mises en échec des humains par la nature dans la banane et les oranges / citrons devraient nous faire réfléchir...

Je suis assez souvent dérangé par la manière dont l'homme traite la terre.


La terre nous nourrit mine de rien.


J'ai vu récemment une formation faîte par un spécialiste français du sol reconnu internationalement. Il expliquait la chimie, les bactéries et les organismes vivants présents dans la terre qui oeuvraient en complément des arbres pour maintenir en place un système étonnant qui fait vivre tout le monde. Et il s'étonnait de cette obsession que je qualiferais de névrotique, des agriculteurs à laisser le sol nu sans aucune végétation dessus, ces derniers estimant qu'un sol nu et propre est le signe d'une bonne agriculture... alors que les bactéries, clef de la fertilité meurt à partir de 41 degrés et que le soleil qui tape un sol nu, fait monter la température facilement au delà de 50 degrés tuant toutes les bactéries, alliées incontournables de la fertilité et de l'agriculteur.

Face à ces absurdités, les hommes répondent qu'on peut s'affranchir du système naturel et augmenter la productivité grâce à la chimie, aux engrais, aux pesticides et herbicides, aux cultures maraîchères hors sol...

Et c'est là où je suis perplexe.


Peut on vraiment s'en affranchir ?

Peut on le faire à horizon 50 ans ? 100 ans ?

Car l'enjeu est juste notre survie... ce qui est loin d'être anodin.

Je trouve particulièrement téméraire que de jouer à ce jeu pour une poignée d'euros de plus à la fin du mois si on compare le poids de l'agriculture dans le PIB mondial...

L'agriculture idiote a été mise en place dans les années 60. Cela fait donc grosso modo 50 ans qu'on détruit méthodiquement notre principal outil de survie.

ue pib agricole 2014

L'agriculture représente 4% du PIB mondial pour 42% des actifs... curieux paradoxe. Curieux choix de civilisation aussi. En France, l'agriculture ne représente plus que 1,5% du PIB ! Et le dédain que notre pays entier nourrit vis à vis des activités agricoles est notoire. D'ailleurs, je vous parie que cet article fera entre 30 à 50% d'audience en moins. Et encore, j'ai volontairement mis un titre qui n'annonce pas la couleur, car mes plus faibles audiences sont toujours liées à des sujets agricoles...



Difficile à ce stade d'affirmer si c'est dangereux ou non, le leitmotiv de tous !

J'ai juste noté deux évènements majeurs récemment, donc sans attendre ne serait que 20 ans, 30 ans, 50 ans de plus.


C'est là maintenant en 2016 que les soucis ont démarré pour nous, humains !


Le premier est que la Floride s'est écroulée dans la production d'oranges et d'agrumes depuis quelques années au profit du brésil.

Vous pensez que le Brésil est plus compétitif ?

Peine perdue !

Ce qui a mis en échec les américains tout puissants est la nature qui s'est rebellée en créant un insecte capable de résister à tous les traitements chimiques, ruinant les récoltes et tuant les arbres. Cette industrie représentait 10 milliards $ annuel. Elle est partie en fumée en quelques années, se propageant à tous les agrumes et commençant aussi à attaquer aussi les vignes.


La Floride en 2015 a connu sa plus faible production depuis 50 ans, en chute de 50% par rapport à il y a seulement 4 ans !

176M$ ont été dépensés en vain en recherches...


C'est pour moi une première expérience clef.

citrus floride


Le premier pays au monde, le plus puissant financièrement avec les cerveaux les plus brillants, vient d'être mis en échec depuis plusieurs années par Dame nature.

La conséquence directe est qu'ils ont perdu de nombreux marchés au profit d'autres pays. Bof bof, l'homme s'est donc adapaté moyennant quelques pertes financières pour certains et quelques gains pour d'autres ?...

Oui peut être, mais philosophiquement, il y a de quoi flipper.


Que se passe t il quand dans 10, 20 ou 30 ans, les maladies se propageront à l'échelle mondiale tuant la production alimentaire dans certains secteurs ?

Pour l'instant, la réponse de l'homme a été de déplacer la production, donc en rationalisant l'espace sur terre... sans attaquer les causes profondes qui ont généré cette situation.

Une deuxième expérience a été enregistrées récemment qui n'augure rien de bon pour le futur...


Le bananier fait face à une maladie tueuse qui a démarré en Indonésie et qui touche aujourd'hui les trois cinquième du monde : la maladie du Panama.

Les experts s'attendent à ce que le champignon attaque 40% de la production mondiale de bananes.

maladie banane

panama maladie banane


En tant qu'européens, nous connaissons la banane comme un fruit tropical agréable à manger. Il est non vital.

Le fait est que la banane dans les pays tropicaux pousse comme de l'herbe et nourrit tous les locaux ainsi que les animaux. Je suis bien placé pour le savoir car quand je suis dans ma maison au Costa Rica, je mets chaque semaine un régime entier de bananes à 15mètres de mes fenêtres de manière à attirer tous les animaux du coin du matin au soir et à pouvoir les regarder.

Mettre en danger la banane, c'est attaquer beaucoup plus qu'un fruit distrayant pour les occidentaux. Cela met en danger beaucoup de vies. Seulement 18% des bananes sont exportées dans le monde. 82% sont consommées localement ! Nous parlons de 120 millions de tonnes par an.

bananes consommees exportees


Là également, les humains sont mis en échec malgré toutes leurs pseudos techniques chimiques et leurs cultures hors sol.

Voici la liste des pays touchés par la maladie de Panama

pays touches par maladie bananes


Mes questions sont les suivantes


Je me demande combien d'expériences de ce genre, on va devoir affronter avant d'arrêter nos conneries en matière d'agriculture et notre prétention avec le savoir agro chimique.

Combien de temps il faut attendre avant de voir le Brésil touché par un insecte comme en Floride ?


Je me demande aussi combien de morts dans quelques décennies il faudra pour piger que les OGM ne sentent pas la rose et qu'on joue avec le feu comme des gamins.

Faut il prendre autant de risques de survie pour que chacun puisse se payer son Iphone ?


Je me demande enfin si un jour le respect de la terre reviendra dans le coeur des hommes.

Charles Dereeper

lead-enrichir-25000
Poster un commentaire

17 commentaires

  • Lien vers le commentaire Jean-Claude Damant mercredi, 06 janvier 2016 03:58 Posté par IndySantista

    Bonjour Charles,
    Mon mutisme á ton égard ne signifie pas désinterêt. Depuis 3 á 4 ans je laissais tomber Bahia. Des impossibilités locales mais pas le Brésil qui est vaste.
    Des problèmes de matériel inhérents au Brésil, m´empêchent d´écrire facilement. Clavier virtuel.
    L´écologie donc les nuisances humaines m´inspirent encore.
    Cet article intéresse par la mise en garde. Il a le tord d´être statistique donc de notions dépassées. Fort peu de personnes y sont encore sensibles et le maximum des humains s´en fichent depuis leur naissance !
    Sans Nostradamus ni Paco Rabanne ni les Aztèaues-Mayas, nous entrons dans le cycle de 2000 ans du Verseau.  Jésus les poissons, aant le taureau. 
    Hors des chamailleries, la couleur générale donne á réfléchir.
    Plein de blogs comme Chaos, Agora.. Delamarche dans son dernier résumé bien pédagogique, montrent des tendances de fond.
    Sputnick dont les sources sont variées et citées.

    On joue sur les peurs comme depuis l´Australopithèque. Néanderthal, cerveau plus gros? par le nombre nous avons organisé (surtout gadgets devenus primordiaux). L´homme n´a rien gagné individuellement.
    J´espère proposer un article. Il n´y aura pas de guerre atomique, pas de manque énergétique (histoires pétrole pipeau á l´échelle des temps). e qui se trame, l´a été de tous les temps. Le fond ne change pas. Seul l´orgueil du présent tente de le montrer. Marquis de lampeduza: Tout change afin que rien ne change.
    Les ravages, les blessures faits á Dame Nature vont tout balayer et avant les sornettes de tous bords actuelles. 

  • Lien vers le commentaire pepitools lundi, 04 janvier 2016 17:39 Posté par pepitools

    Bonjour Charles,


    D’abord bonne année 2016 et merci pour cet article qui souligne l’importance des enjeux alimentaires et agricoles que beaucoup sous-estiment.

    Quelques petites remarques;




    1-les monocultures intensives et destructrices dépendantes d’intrants (pétrole engrais pesticides) ont étés encouragées puis imposées d’abord aux US puis dans le monde entier par les Rockefeller au siècle dernier qui y ont vu un bon moyen de lier leur empire pétrolier(Standard Oil)  à l’alimentation de l’humanité. Comme dans le domaine monétaire, l’humanité a été dirigée dans la direction opposée à ses intérêts, à sa résilience et sa survie.




    2-Les solutions pour restaurer les sols ne manquent pas; c’est long mais ça marche parfaitement; La Permaculture est le système le plus complet et le plus élaboré (à condition de ne pas la réduire à quelques techniques ou « recettes de cuisine)

    Dans la littérature francophone , si le sujet vous intéresse, voici deux très bonnes références

    Claude Bourgignon; Spécialiste de la microbiologie des sols (une spécialité universitaire … disparue)


    Conférence C. Bourguignon : "Garder le lien avec la terre"




    https://www.youtube.com/watch?v=LmF06t-V13U

    et 


    Permaculture: Guérir la terre, nourrir les hommes


    de Charles Herve-Gruyer


    http://www.amazon.fr/Permaculture-Charles-Herve-Gruyer/dp/2330034342?tag=duc-21

    Personnellement j’ai découvert la permaculture un peu par hasard en 2013; le concept m’a semblé tellement génial que je me suis inscrit au cours de « Permaculture Design Course » de Geoff Lawton , l’un des disciples d’un père fondateur de la permaculture, Bill Mollison (Australie). Entre temps plusieurs sont apparues dans le mode francophone; entre autres « Permaculture Design » en France.




    3- La monoculture est déjà un danger en soi (en sélectionnant des nuisibles, des maladies). La disparition des variétés et de la diversité génétique est encore plus catastrophique; alors que des centaines de variétés de bananes existaient initialement , seule une ou deux !!!! sont cultivées industriellement au niveau mondial sur les 5 continents, une véritable folie en terme de risque génétique (perte du potentiel d’adaptation notamment vis à vis de changements climatiques ou de nouveaux ravageurs)

    c’est parfaitement expliqué sur le site de Marjory Wildcraft


    The Banana-pocalypse… It’s Coming







    http://growyourowngroceries.org/the-banana-pocalypse-its-coming/







    Philippe

  • Lien vers le commentaire stephane lundi, 04 janvier 2016 11:26 Posté par stephane

    Bonjour,oui perso je suis trader amateur et maraiché,je ne vous dis pas l'adaptation!!!
    @+

  • Lien vers le commentaire karlusson dimanche, 03 janvier 2016 12:25 Posté par karlusson

    la prétention du trader s'efface avec humilité. Bravo, ce sujet est capital, sans mauvais jeu de mots. Merci.

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper samedi, 02 janvier 2016 22:37 Posté par Charles DEREEPER

    https://www.youtube.com/watch?v=K-AzpydtlGs

    vidéo pour le fameux mec qui fait pousser des papayes en hiver dans une serre dans les montagnes américaines.

    au moins, il a pas les emmerdes des moustiques des climats tropicaux, mais il continue de se peler les miches hahahahahahaaha

  • Lien vers le commentaire Pierre samedi, 02 janvier 2016 22:00 Posté par 8ball

    Pour Gressent (dont parle backlash), une bonne partie de ses ouvrages ont été numérisés (http://gallica.bnf.fr/services/engine/search/sru?operation=searchRetrieve&version=1.2&query=%28gallica%20all%20%22gressent%22%29%20and%20%28subgallica%20all%20%22culture%20des%20arbres%22%29) pour les curieux.

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper samedi, 02 janvier 2016 19:57 Posté par Charles DEREEPER

    Mes chers lecteurs, j'ai plaisir à lire vos commentaires aujourd'hui.

    C'est de la bombe. je ne connaissais pas la moitié de toutes vos références

    merci

  • Lien vers le commentaire david samedi, 02 janvier 2016 19:17 Posté par backlash

    J'ai un traité de Gressent de 1863 sur l'arboriculture fruitière ("culture des arbres conprenant la culture intensive et extensive des fruits de table (jardins fruitiers et vergers) celle de la pépinière et du vignoble; plantations urbaines et d'alignement; les soins à donner aux arbres des villes, des avenues, des routes et des forêts - par Gressent, professeur d'arboriculture et d'horticulture - ouvrage approuvé par l'Université. Encouragé par le ministère de l'agriculture. Et recommandé par le ministère de l'instruction publique pour les bibliothèques scolaires.")

    Ce qui est marrant dans ce bouquin (entres autres) c'est les conseils (chapitre amendements) qu'il donne pour ne pas perdre de l'argent en achetant des engrais auprès des paysans (notamment fumier). Destiné en effet à l'urbain, c'est surprenant de voir aujourd'hui que les rôles ont évolués, pour ne pas dire qu'ils se sont inversés : le monde paysan est devenu dépendant de l'urbain (produits à faibles coûts) et de l'industrie.

    "chaque fois qu'on se donnera la peine de tout utiliser pour la fabrication du fumier, on aura toujours en abondance des engrais et des paillis; les sols médiocres deviendront bons, et souvent on obtiendra en quelques années d'exellents et d'abondants produits, sur les sols les plus ingrats, quand on les aura enrichis d'humus" (page 84 - huitième édition).

    C'est le principe de la lasagne (qui m'a permis de fertiliser un sol de remblai)...

    Il insiste sur les engrais liquide.

    C'est le principe des extraits fermentés (appelés purin) qui sont arrosés ou pulvérisés (pratique peu répandue en France déjà au XIXè).

    L'agriclture bio-dynamique ou biologique n'a rien inventé en fait, à part s'opposer à l'emprise des industriels; mais c'est de moins en moins vrai. Par exemple, la nouvelle réglementation européenne sur le bio entrée en vigueur le 1er janvier 2009 permet entre autres, 0.9% d'OGM dans les produits bio, et des dérogations pour les traitements chimiques. Qui produit des OGM ?  par exemple Maîsadour semences qui appartient à la société suisse Syngenta, héritière des activités agro-chimiques de Novartis. Pour la petite histoire, le Parlement européen s'était opposé à ces 0.9 % ... La réglementation européenne définit des standards et ne se soucie pas des pratiques agricoles !

    Attention au biobusiness.

  • Lien vers le commentaire graphitos samedi, 02 janvier 2016 19:09 Posté par graphitos

    Bonsoir
    et que dire des chemtrails ??????? réalité ou élucubration
    http://conspiration.ca/chemtrails/chemtrails_fr_pages_1-8.pdf
    A vous de vous faire votre avis
    Portez-vous bien

  • Lien vers le commentaire feder samedi, 02 janvier 2016 18:38 Posté par feder

    Inquietudes legitimes .., mais attention mr bourguignon (et mme) se veulent un peu les victimes de la science  "officielle" qui les aurait banni...

    Les nouvelles maladies et parasites sont en effet une grande source de "souçi a se faire "  dont la cause est:
                                           une certaine mondialisation ( rapidité des echanges et diffusion incontrolée des produits transportant ainsi maladies et parasites  ( la nouvelle  zelande est hyper stricte sur ce sujet , interdit d'y apporter toute nourriture fraiche quelle qu'elle soit ( mais plus facile quand on est une ile )
                                            et l'autre cause etant  la presence de zones  importante de monoculture , là des bananiers , là des orangers , etc  ...une certaine diversités serait judicieuse 

    enfin  la couverture permanente des sols est un  crédo en vogue mais aller dire a un agriculteur cerealier d'implanter une culture intermediaire par an ( avec le travail , le carburant , les semences   qui vont avec)  le laissera perplexe ...surtout dans les zones seches  du midi et mediterraneennes  ou l'eau est rare ...( mme bourguignon est aussi militante  anti irrigation ...)


  • Lien vers le commentaire Pierre samedi, 02 janvier 2016 16:42 Posté par 8ball

    Salut Charles,

    Perso, l'agriculture est le sujet qui me préoccupe le plus. Depuis le milieu des années 90 où j'ai rencontré Bourguignon par hazard à un colloque, l'ai entendu nous dire que les 30 cm d'humus représentaient 70% de la biomasse terrestre, et que 70% de ces 30% avaient été détruits en 40 ans. A l'époque, cela m'a bien réveillé.

    Depuis 20 ans (pile poil) je regarde ce que font les gens, en agriculture alternative (bio ou pas, permaculture ou pas, etc). Depuis 7 ans je m'y suis mis à mon échelle.

    Gagner sa vie avec de la production/vente est limite impossible en France tant qu'on mettra 10 calories de fossile pour une calorie de nouriture dans 90% des champs (outre le fait que les calories sont la mesure la plus conne possible). Impossible de lutter sur le marché, sinon à acepter la vie rustique (hyper rustique) du maraicher biodynamique en vente directe, ce que font pas mal de mes copains.

    Sinon, côté inspiration, Y'a des gus qui font des choses incroyables. Pascal Poot qui a réussi à selectionner à l'ancienne ses plans de tomates et les cultive sans arrosage aucun, sans labour, sans rien, pas loin d'Olmet-et-Villecun, n'a pas de mildiou, obtient des légumes contenant entre 10 et 20 fois plus d'antioxydants que les tomates bio (ou bio) équivalentes.

    Y'a Nicolas Pezeril dans le Morvan qui fait pousser des manguiers (mais pas que, disons que c'est ce qui l'a fait connaître dans "le milieu").
    En france ce sont les deux qui m'impressionnent le plus.

    Aux US il y a mon maître à penser (ou maitre à planter), Jerome Osentowski qui lui parvient carrément à faire tenir des écosystèmes type Costa Rica (ok, pas tout, il selectionne) à 2000m d'altitude dans les montagnes du colorado près de Basalt (google CRMPI), avec 250mm de précipitations annuelles, -20 l'hiver, le tout en quasi passif via l'utilisation de ses "batteries climatiques" (puits canadien généralisé) : il récolte des bananes en Janvier, et des papayes toute l'année, tout cela 100% en permaculture. Son dernier bouquin vaut vraiment d'être lu.

    Un truc que dit souvent Poot, c'est que le vivant est fort, il s'en branle de nous, il s'adapte. Plutôt que d'utiliser et faire bosser pour nous ces travailleurs antifragiles (au sens propre pour les fans de Taleb) que sont les champignons, bactéries, lombrics, plantes,...on s'entête à balancer NPK + 10cal pétrole / cal produite, sur les champs. On est cons, c'est pas nouveau. Mais je ne m'en fais pas trop sur la possibilité de dégager ça et de créer des ilots résilients - assez vite - en cas de besoin.

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper samedi, 02 janvier 2016 13:40 Posté par Charles DEREEPER

    Stephane, si vous êtes maraicher, la seule solution en France consiste à suivre la voie de la distribution directe aux clients finaux. Sinon, c'est de l'esclavagisme

  • Lien vers le commentaire Ouap1 samedi, 02 janvier 2016 13:03 Posté par Ouap1

    Faut voir avec le tafta qui entrera en vigueur sous peu et ce qui se passera avec des multinationales comme monsanto.
    Apparemment des multinationales pourront attaquer un Etat et se faire dédommager. Est-ce qu'une société comme monsanto pourra imposer ses méthodes et techniques sous je ne sais quel prétexte à notre agriculture ?.... je pense également au gaz de schiste, car les lobbyes sont puissants et si un jour c'est mis en place en France toute vie sous la surface sera détruite.
    Vu comment ça se passe avec nos banques françaises qui payent des amendes à tout va à " nos chers amis américains qui ne nous veulent que du bien ", sans que nos politiques ou gouvernements européens ne bronchent je suis très pessimiste...

  • Lien vers le commentaire stephane vendredi, 01 janvier 2016 20:27 Posté par stephane

    Bonjour,effectivement je peux vous dire que je suis maraiché depuis 20ans et que mes cultures souffrent de plus en plus de ces anomalies,c'est vraiment devenu un métier de misère tout cela à cause de ces satanées banques centrales qui réinjectent des liquidités pour engraisser ce systeme,mais grace  à ton site et ta vision des choses je lutte,encore merci pour votre travail.
    Cordialement stephane.

  • Lien vers le commentaire david vendredi, 01 janvier 2016 19:14 Posté par backlash

    Cela fait 50/60 ans que l'on pratique le taylorisme et le fordisme dans l'agriculture (tel pays spécialisé dans le cacao, telle région dans le café ...); on retrouve cette spécialisation intensive dans la production en France : le blé dans la Beauce, le porc en Bretagne ...

    Mais cela fait un siècle que l'on détruit les terres avec deux technologies issues de la première guerre mondiale : le char d'assault reconverti en tracteur, destructeur des sols par des labours de 40 cm, et le procédé habber-bosch permettant d'insdustrialiser la fabrication de nitrate (=explosifs) reconverti comme engrais dans les champs.

    En fait, cela fait 4/5 siècles que l'Homme veut dominer la nature sans la comprendre, avec le siècle des Lumières et le développement de la science cartésienne. Derniere née du délire du cerveau humain : l'ingénierie climatique, dans laquelle pour lutter contre l'effet de serre, on imagine balancer des produits souffrés dans la haute atmosphère par exemple.

    Le problème est que l'homme s'est urbanisé à l'excès depuis quelques décennies; il s'est coupé de la nature. Son contact avec les fruits et les légumes, ce sont les étales d'auchan ou casino. On ne sait plus distinguer les plantes, les insectes ... Pire, l'homme vit HORS-SOL agglutiné dans des immeubles comme les poulets en batteries.

    C'est ce qu'on appelle le progrès.

    Derrière tout ça, le pire c'est que 5 grosses multinationales contrôlent déjà 50 % des semences, et ça, ça me fait peur. Le but est de rendre le producteur addict aux intrants, aux traitements et aux semences (semence F1, réglementation sur semences ...). Peu importe les dommages collatéraux. Seuls, des problèmes insolubles l'arrêteront; le problème, c'est que face à ces problèmes, il veut encore aller plus loin dans la destruction de son environnement. Et le contrôle de sa population.

    Du pain et des jeux. Voilà ce que veut l'homme.


    Excellent Bourguignon même s'il a ses détracteurs.
     


  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper vendredi, 01 janvier 2016 13:31 Posté par Charles DEREEPER

    yes Claude Bourguignon m'impressionne par moment

  • Lien vers le commentaire Fabrice vendredi, 01 janvier 2016 13:22 Posté par fabulousfab


    Le spécialiste français du sol, je suppose que tu parles de Claude Bourguignon ?

    La encore, je partage ton inquiétude, d'autant que je connais la réponse... tant qu'on ne privilégiera pas la qualité à la quantité, la rémunération des producteurs qui créent des richesses au détriment des spéculateurs, on ne s'en sortira pas.