Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées par jour  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
william-22 placements pour investir

Anticipations boursières pour 2017

Audience de l'article : 1365 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(2 Votes) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Rien de plus amusant que la bourse.

C’est difficile de ne pas être surpris quand on investit sur les marchés financiers.

Là où les autres domaines de la vie sont prévisibles et connues, en bourse il y aura toujours quelque chose pour me surprendre.


C’est pour ça qu’elle me passionne comme elle doit vous passionnez encore davantage.

On arrive à la fin de l’année, traditionnellement c’est le moment oû il y a des mouvements erratiques, car les gérants font des arbitrages, ils soldent leurs positions pour encaisser les bonus (quand il y en a) et repartir de bon pied pour la nouvelle année.

Je me questionne sur 2017 , quel visage ce dessinera sur cette année pleine de surprise.

Mais avant, faisons une petite rétrospective sur 2016 car pour savoir oû l’on va , il faut savoir d’où l’on vient.


Observation 1 : l’action des banques centrales


Une redondance, c’est que les banquiers centraux essayent désespérément de booster l’inflation et se prennent branlées sur branlées.

15% du PIB japonais est sous QE, une partie non négligeable de la bourse de Tokyo est détenu par la banque centrale nippone, ce qui s’appelle une dictature bancaire.

Résultat : déflation et rebond boursier

nikkei


ci-dessous le taux d'inflation sur les 5 dernières années : 

japon inflation1


La FED et la BCE observent des situations similaires mais différentes par rapport à leurs structures économiques.

Ce qui pousse plusieurs économistes renommés à parler du fameux hélicoptère de monnaie à la Milton Friedman, certains vont même jusqu’à proposer une allocation universelle.

Une telle allocation universelle qui est déjà un fait maquillé… mais qui portent le nom de la ribambelle d’aides « sociales » disponibles.


L’effet Trump est désormais assez vieux pour pouvoir analyser qu’elles anticipations le marché price à moyen terme.

Première chose, le marché anticipe de l’inflation, les actions montent, les obligations descendent (en anticipation des taux qui remontent).

Deuxième chose, le dollar se renforce et cela ne va pas faire les affaires des pays émergents qui historiquement bénéficient d’un dollar faible.


Les émergents capitalisent sur un flux de capitaux important en provenance des USA, via leurs armées de fonds d’investissements qui emprunte à 2% chez eux pour le placer à 15% à l’international.

Mais ce mécanisme va prendre un coup de l’aile avec les mesures protectionnistes de Trump et un renchérissement des taux US.

Va-t-on assister à un krach sur les émergents ?


Jusqu’ici, ils sont drivés par ces trois forces qui ne vont pas s’arrêter du jour au lendemain.

Un dollar fort, des taux US qui montent , une croissance chinoise qui se tasse.

Trump a modifié la donne et il faut penser profond pour comprendre toutes les implications.


En promouvant une politique de relâchement fiscal à la maison ( corporate tax à 15%) , il veut dynamiser les PME-PMI américaines qui ont le plus souffert du goulag fiscal des années démocrates.

Ce qui va créer une anticipation (j’ai dit anticipation pas concrétisation… car le rôle de la bourse est d’anticiper) de croissance et faire affluer les capitaux.

Ce qui forcera les taux intérêts plus haut pour accompagner tranquillement l’inflation et attirer encore plus de capitaux, mais cette fois-ci de la part des institutionnels toujours aussi glouton pour les bons du trésor US qui payeront plus de rendement.

1977TreasuryBond



Aussi longtemps que la bourse sera une somme de flux de capitaux dans diverses directions, que peux attendre (pour éviter le pire) les marchés émergents quand le plus gros exportateur de capitaux du monde se retire ?


Réponse : une croissance chinoise solide et stable…


 Le problème, c’est que l’on est proche du pic de stimulation du dernier Q1 chinois.

C'est-à-dire que les chiffres que l’on a aujourd’hui sont les meilleures et qu’il faudrait une autre injection de cash au bazooka made in china pour que cela ne se ratatine pas la face.


A peu de chose près, parier sur une croissance chinoise sans turbulence dans un contexte de mondialisation, c’est parier sur la plus grande expansion du crédit en Asie de toute l’histoire économique moderne.

Les investisseurs les plus chevronnés comprennent cela, particulièrement en Chine, où les flux de capitaux sortant atteignent un nouveau plus haut, affaiblissant le Yuan au passage.

Alors the « new normal » pour 2017 c’est quoi : de la croissance au niveau mondial et des émergents qui se plantent pendant que les US rebondissent (temporairement) et l’Europe pédale tranquillos.


En résumé il y a deux choix :

  1. Poussez les actifs en dollars encore plus haut pour une explosion définitive d’ici 2 ans

  2. Achetez des actions des pays émergents qui se prennent une marée de décapitalisation


Moi pour tout vous dire, j’y crois pas une seconde à un retour de la croissance saine aux USA et encore moins en France, tout comme à l’effondrement de la Chine.

La bourse anticipe du vent et pètera sur le premier test de liquidité un peu sévère.

Mais à court terme. il faut suivre le son des flux de capitaux ou boire la tasse.

Tout dépend de son horizon de temps.



Poster un commentaire