Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Actions

Actions

Acheter... VENDRE

VENDRE A LA BAISSE... Racheter

Actions américaines... Actions européennes et françaises

Investir ou trading ?

promospeciale

3 actions à acheter si vous croyez à une reprise de la tendance haussière

Audience de l'article : 1565 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

Netflix (Nasdaq : NFLX)


NFLX

La firme qui diffuse des films et séries télévisées en flux continu sur Internet vient de signer un deal avec la holding japonaise Softbank. Cet accord va donner à Netflix un accès à la troisième économie mondiale. Sa population vieillissante est demandeuse de programmes de divertissement abordables à la maison.

Si la société parvient à fournir un contenu qui rencontre l’adhésion de ce public, cela pourrait conduire à un marché en plein essor.

Netflix enrôle de nouveaux clients à une vitesse impressionnante et compte - à l’heure actuelle - 65,5 millions d’utilisateurs. Avec cette volonté de recruter des nouveaux clients à l’international, en plus de l’Amérique du Nord et de l’Europe, la compagnie pourrait franchir le cap de 100 millions d’utilisateurs d’ici à la fin de l’année.

Par ailleurs, Netflix demeure un fournisseur de contenu low-cost sur son marché, ce qui laisse de la marge à l’entreprise en vue d’une hausse de ses tarifs.

Netflix (Nasdaq : NFLX) est une valeur à acheter.



Amazon (Nasdaq : AMZN)


AMZN

Le géant du commerce électronique a fait état de deux importantes nouvelles ; l’une concerne les services, l’autre le hardware.

La société a récemment annoncé qu’Amazon Web Services (AWS) a réalisé 57 % des profits de l’ensemble du groupe. Cela représente un taux de croissance de 81 % pour l’année écoulée. Les services liés au cloud sont, grosso modo, en croissance de 23 % par an. En d’autres termes, Amazon tire très bien son épingle du jeu, en continuant à gagner des parts de marché sur un marché en croissance.

Du côté du hardware, Amazon a arrêté son projet de smartphone Fire et a licencié une bonne partie des équipes en charge du développement de ce produit. On ne peut certes se réjouir de ces licenciements, cependant, l’abandon du projet Fire ne pouvait intervenir à un meilleur moment. L’appareil n’était autre que l’incarnation d’une application Amazon, pouvant passer des coups de fils et recevoir des textos. Il est difficile de savoir comment Amazon a pu commettre pareille erreur de jugement vis-à-vis des attentes des consommateurs. Ces derniers veulent avant tout avoir un large choix sur une plate-forme ouverte, et non un système et un fournisseur à guichet unique. Ce n’est pas pour rien qu’il y a beaucoup plus de smartphones Android que d’appareils Apple en circulation dans le monde.

La plus capitale des récentes informations provenant de chez Amazon, demeure l'amélioration imprévue de ses profits annoncés en juillet. L’intérêt porté à cette manne pourrait, dans les mois à venir, conduire le cours de l’action vers des niveaux bien plus élevés.

Amazon (Nasdaq : AMZN) est une valeur à acheter.



Google (Nasdaq : GOOG)


GOOG

Comme Amazon et Netflix, le géant de Mountain View a déclaré un bénéfice astronomique en juillet. Il existe au moins de bonnes raisons de croire que Google va grimper dans les semaines et les mois à venir.

A côté des publicités sur le ordinateurs maisons, les smartphones et tablettes, il existe un autre canal publicitaire qui a performé. L’année dernière, YouTube a fait rentrer pour plus de 5 milliards de $ de revenu dans l’escarcelle du groupe, et pourrait même rapporter plus de 6,5 milliards de $ cette année. Le site de partage vidéo est en croissance de 60 % par an. Pas si mal quand on sait que Google ne paie pas un centime pour le contenu de sa plate-forme vidéo.

En outre, le surplus de profits inattendus provient du dernier trimestre et a pu être réalisé grâce à sérieux contrôle des dépenses. Soulignons que Google dépense 414 000 $ par salariés, bien au-delà de ce qui se fait chez Microsoft ou Apple. La société a donc une grande marge de manœuvre pour évincer les inefficacités. Autant d’éléments qui pourraient tirer les profits vers des niveaux bien plus élevés dans les mois à venir.

Google (Nasdaq : GOOG) est une valeur à acheter.
Poster un commentaire