Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

2015...le monde de la finance au beau fixe ?

Audience de l'article : 5845 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

Je commencerai par vous souhaiter une année 2015 heureuse et surtout prospère pour vos investissements, et espère pouvoir modestement vous accompagner dans cette voie !

Si vous voulez qu'elle le soit vraiment, jetez quand même un coup d'oeil à la série de graphiques que je vais vous présenter, ils sont plus parlants qu'un long discours et montrent que la fin de l'année 2014 présente des similitudes frappantes avec les années 2000 et 2007, années où comme chacun le sait tout le monde était persuadé que le grand beau temps allait durer très longtemps...et où de grandes désillusions ont suivi !

a) le ratio capitalisation boursière (wilshire 5000) / PIB US (source : dshort.com)

marketcapgdp


b) le ratio VFICX/VWEHX

J'ai déjà parlé ici de cet outil de mesure d'aversion au risque du marché obligataire. Il confirme largement en ce début 2015 son retournement à la hausse, comme en 2000 et 2007 : 

vficxratio


c) le taux de marge des sociétés du SP500 (source : yardeni.com)

sp500margin

Le niveau de la dette de marge sur les compte du NYSE (source : dshort.com)

Les niveaux de 2000 et 2007 sont dépassés, même après ajustement de l'inflation !

nysemargin

e) le ratio entre le montant des fonds investis en actions et ceux investis en cash (source : sentimentrader.com)

Il a pulvérisé en 2014 tous ses précédents records historiques, et dépassé les pics de 2000 et 2007.

equitymoneyratio


Derrière la construction de chaque bulle, il faut une histoire capable de rassembler la foule et de l'inciter à acheter bien au delà du raisonnable, avec la croyance dans une nouvelle ère.

En 2000 c'était internet et les nouvelles technologies.

En 2007 c'était l'immobilier et le crédit facile.

La bulle de 2013-2014 est un peu différente, elle ne porte pas sur un actif "miracle". Cette fois le support de la bulle est une foi absolue dans les banques centrales et leurs outils (Q.E et autres). Les marchés sont convaincus de leur toute-puissance, de leur capacité à piloter les économies et à créér de la richesse en fabricant de la monnaie électronique et en faisant des opérations sur les taux d'intérêt.
Cette croyance est évidemment illusoire, et la bulle s'effondrera comme les précédentes dès que le marché constatera une faille dans la capacité des banques centrales à relancer la croissance.
Cet effondrement sera même bien plus grave que ceux de 2000 et 2007, parce qu'une fois que la confiance dans les banques centrales aura disparu, il n'y aura plus rien qui pourra limiter la chute (contrairement à 2002 et 2009 où ces banques disposaient encore d'un bon capital confiance).

Sur les marchés, les premiers craquements sont déjà bien perceptibles : 

Les indices "périphériques" ne progressent quasiment plus depuis un an : Le global dow index qui regroupe les plus grosses entreprises du monde entier est déjà en situation de retournement.

gdow

Il en est de même pour le Russel 2000 (small caps US) qui stagne depuis un an, ou l'indice européen eurostoxx, qui construit une grande figure de sommet depuis un an : 

eurostoxx

Et le crash du pétrole est là pour rappeler que les pressions déflationnistes sont toujours là, plus que jamais, et que l'inflation et le crédit privé sont incapables de rebondir, malgré les actions répétées des banques centrales.

Si vous voulez profiter d'une année 2015 prospère, vous ne pourrez pas vous contenter de suivre le mouvement des indices (ils risquent de se retourner à tout moment à la baisse).
Il faudra sortir des sentiers battus, en cherchant des petites valeurs décotées et peu sensibles à la conjoncture économique, il faudra aussi savoir engager des positions baissières par intermittence, à chaque pic d'optimisme sur les marchés.
Et quelques positions spéculatives contrariennes prises au bon moment sur des actifs autres que les actions pourront encore améliorer votre performance.
J'avais signalé l'or et les mines d'or il y a quelques temps, le rebond a commencé et pourra se poursuivre encore (même si sur le long terme le point bas n'a pas été atteint encore).
Actuellement le pétrole et les valeurs parapétrolières sont aussi candidats à un rebond technique vu le pessimisme extrême qui est en cours sur le secteur.

Voilà pour ce point général de début d'année, que je complèterai prochainement par un point marchés à plus court terme...


loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire Vekol dimanche, 18 janvier 2015 16:33 Posté par Martin.Vekol

    Bonjour !


    Comme d'habitude l'article pourrait être daté du début de l'année 2014... il y a des fondements certains, mais il y a aussi des contre-vérités.


    - Il est HARCHI FAUX de laisser penser que les petites valeurs décotées vont tranquillement prendre le chemin de la hausse dans un contexte de marché en forte chute. Les gestionnaires de portefeuilles venderont les petites capitalistations en premier ! Elles vont se ramasser, car elles sont souvent en plus illiquides !


    Bien sûr, il y aura des exceptions ! mais rares...


    Prendre des positions à la baisse (ou à la hausse) le moment opportun ? OUI, évidemment, mais à la seule condition d'avoir les outils informatiques (et les nerfs solides) pour être réactif, et ne pas prendre de positions baissières lorsque la purge (ou l'envolée) est déjà largement entammée...


    Je l'ai toujours dit : ce qui va sauver les Américains : LE GAZ et PETROLE DE SCHISTE, le crash du cours du baril est sans doute à trouver de ce côté-là...


    Bref, soyez tous prudents, "les conseilleurs ne seront jamais les payeurs"...


    ATTENTION aux pensées uniques... Les Quantitatives Easing sont par nature inflationnistes, mais c'est de la dette qui faudra rembourser ! Ah oui ? si tous les pays se mettent à créer des billets, un RESET mondial peut très bien intervenir ! Personne n'y pense ?


     


     


     


     

  • Lien vers le commentaire Oliver dimanche, 11 janvier 2015 08:31 Posté par obotrade

    Bonjour Loïc,


    "Derrière la construction de chaque bulle, il faut une histoire capable de rassembler la foule et de l'inciter à acheter bien au delà du raisonnable, avec la croyance dans une nouvelle ère." (jolie phrase à garder en mémoire)


    2000 ...  2007...  2014 l'action des Banques Centrales


    l'actif miracle en 2014 qui fait rêver les gens qui leur fait croire qu'ils vont vivre des siècles ? Alors que les bio-technologies brulent du cash et que leur cours s'envolent, ce n'est pas l'actif miracle qui déplace les foules ? L'actif pour lequel il y a eu plein d'introductions en bourse ? L'actif qui a fait venir en bourse plein de débutants, attiré par la success story de Carmat par exemple ?