Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Crise

Crise

La crise...

Un mot sur toutes les lèvres

La peur est dans la France qui prend doucement conscience qu'elle décline et que son avenir est plus proche de celui de la Grèce que celui de l'Inde...

Crise économique, financière, écologique, démographique, sociale...

Ce mot crise veut aussi dire ADAPTATION, SURVIE ou DISPARITION.

Beaucoup attendent un krach, une redistribution des cartes, la fin du capitalisme (version du peuple) la fin des oligarchies et du socialisme (version des entrepreneurs...)

Chacun voit le monde en fonction de sa situation.

Le système mondial est instable car hyper contrôlé et manipulé.

Avant, nous avions des cycles clairs de croissance et récession. Désormais, nous avons une stagnation avec des crises, des chocs de volatilité. Beaucoup sont perdus.

Cette thématique est majeure dans notre monde moderne. Nous allons produire toutes les infos, analyses et réflexions qu'on peut le faire afin de vous aider à réfléchir.

Nous voudrions juste vous rappeler une chose, une vérité trop souvent oubliée en France : crise ou pas, on peut gagner et réussir individuellement. Peu importe ce que font les autres. La crise ne doit pas devenir une excuse pour justifier un immobilisme destructeur !

Conquérir la bourse

L'indice boursier Indien est au plus bas depuis un an - correction ou crise ? Opportunité à saisir pour acheter ?

Audience de l'article : 1235 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Les actions indiennes ont récemment chutées lourdement et affichent leur plus bas depuis un an.

Un marché boursier qui dégringole

Nifty

NIFTY
Le S&P CNX Nifty est un indice boursier indien composé de 50 des principales capitalisations boursières du pays. Il a baissé sur 6 mois de 10.70% et sur un an de 4.10%.


Sensex

SENSEX
Le BSE Sensex (Bombay Stock Exchange Sensitive Index) est un indice boursier indien composé de 30 titres d'entreprises. C'est le second plus grand indice boursier national. Il a baissé sur 6 mois de 10.80% et sur un an de 5.70%.



La  Chine et le plongeon des devises

La conjoncture chinoise

Le ralentissement économique de la Chine a affecté en partie l'activité indienne. L'Inde est un des principaux partenaires commercial de la Chine.

Chute de la roupie

chute de la roupie indienne

La roupie s'est dépréciée de 4.27% par rapport au dollar en l'espace d'un mois. La dévaluation du yuan au mois d'août y est pour beaucoup. La probable hausse des taux d'intérêts des actifs libellés en dollars ne devraient pas arranger les choses. Dans une Asie déjà secouée et fragilisée par la guerre des devises, le gouvernement souhaitera t-il  encore effectuer un assouplissement monétaire afin d'être plus compétitif ?


Des problèmes internes

Tensions sociales

Le gouvernement veut mettre en place des réformes visant à fluidifier l'économie. Des mesures qu'il veut adopter afin  de pouvoir accroitre  et stimuler d'avantage l'activité économique.

Cette politique libérale se heurte souvent à l'hostilité de la population. Les dirigeants politiques ont du faire marche arrière sur une réforme de la propriété foncière qui était pourtant favorable aux investisseurs et aux entreprises. En Inde, 60% de la population est issue du milieu rural, une majorité d'agriculteurs se sont mobilisés pour repousser ce projet.

Il y a un peu plus d'une semaine des millions de travailleurs étaient en grève avec les syndicats. Au total ce sont 150 millions de personnes qui ont protesté contre les nouvelles lois du travail. Ces réformes portent sur la flexibilité du marché de l'emploi, et la simplification administrative et fiscale qui permettraient notamment aux investisseurs étrangers de créer des entreprises plus facilement.

Ces événements paralysent le pays. L'association des Chambres de commerce et d'industrie indiennes a évalué à 3,3 milliards d'euros le coût des arrêts de travail.

Mauvaise météo, récoltes en berne

Une vague de chaleur et de sécheresse frappe l'Inde ces dernières semaines. Les récoltes ont été très affectées par ces conditions climatiques. De plus, les prévisions font état d'une mousson très médiocre pour 2015

Ralentissement des IDE, les investisseurs perdent leur enthousiasme pour le marché indien

"La taxation rétroactive des fonds d'investissement étrangers" : Cette décision prise par le fisc indien de réclamer un « impôt minimum » de 20 % sur les résultats engrangés sur les années écoulées, (là où aucun impôt n'était dû jusqu'alors) a freiné la bonne dynamique des investissements étrangers.



Malgré tous les points négatifs, l'économie indienne peut s'appuyer sur des fondamentaux solides

indicateurs eco inde

Une croissance économique soutenue autour des 7% devrait se poursuivre au cours de l’année. L’économie indienne bénéficie en outre, de la baisse du prix du pétrole.

Même si la tâche est ardu, le gouvernement fait des efforts pour réformer le pays. L'échec de la réforme du foncier n'a aucunement entravé sa farouche volonté. Il prévoit d'ores et déjà la création d’un fond souverain pour le financement d’importants projets d’infrastructures routières, ferroviaires et électriques. En outre, le gouvernement a également annoncé la mise en place d’une sécurité sociale universelle qui permettra de soutenir la consommation privée, principale moteur de la croissance.

Le secteur des services, des hautes technologies, de l'informatique tournent à plein régime. Par ailleurs, l’inflation est désormais sous contrôle grâce, notamment, à la baisse des cours des matières premières.

La maîtrise de l’inflation a permis à la banque centrale d’abaisser ses taux directeurs en janvier et mars 2015 et de nouvelles baisses sont attendus en cours d’année. L’assouplissement de la politique monétaire est de nature à soutenir à la fois la consommation privée et l’investissement.

Pour beaucoup d'économistes et d'experts cette baisse des indices boursiers est une correction passagère mais qui risquent encore de durer 6 à 9 mois. Ils estiment que le potentiel de l'Inde est énorme. Les mesures prises par le gouvernement sont certes encore insuffisantes ou timides, mais les perspectives de développement sont bien là.

Un dernier point positif, l'Inde est le pays émergent qui a le mieux résisté au choc des devises et à la baisse généralisée des matières premières.

Poster un commentaire