Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Point marchés, avril 2012

Audience de l'article : 5770 lectures
Nombre de commentaires : 9 réactions

C'est une situation inhabituelle que nous observons aujourd'hui sur les marchés, avec une accentuation de la décorrélation entre le CAC et les indices US.

Sur le CAC, la dernière vague correction est déjà conséquente, notre indice national a en effet déjà perdu plus de 12% sur ses plus hauts, alors que pour le SP500 elle se limite à un modeste repli de 3%, et que pour le dow elle est de seulement 2%.

Nous allons voir comment cette divergence peut être gérée.

 

1) Indicateurs de sentiment :

 

L'EPCR5j a donné un excellent signal baissier lors de son dernier pic d'optimisme, qui suit un mauvais signal précédent. J'ai donc de nouveau shorté le CAC sans me décourager, avec cette fois plus de réussite et suis encore en position.

L'EPCR5j est actuellement revenu en zone neutre. Il dispose donc encore d'une marge de progression importante si la correction aux USA venait à se développer, ce qui m'a décidé à conserver mes positions baissières pour l'instant (la réalisation d'une vraie correction aux USA impliquerait sans doute la poursuite de la baisse sur le CAC avec des objectifs situés autour de 2870-2900 points).

Le VIX est actuellement en zone neutre après un net excès de pessimisme (franchissement de la bollinger supérieure) le 10 avril. Si on suit son comportement de ces 6 derniers mois, qui ont été haussiers, cet excès de pessimisme devrait être suivi par un rebond important des marchés, conduisant à de nouveaux plus hauts aux USA.

Cependant, en cas de correction plus prononcée, le VIX testera sa bollinger supérieure à de nombreuses reprises, avant que la baisse ne prenne fin.

J'ai choisi de privilégier cette hypothèse, mais ceux qui sont haussiers voudront sans doute acheter ce dernier pic de pessimisme du VIX...ce n'est pas mon cas.

Le nova/ursa ratio enfin est lui aussi dans la zone d'excès de pessimisme à -4/-5 et donne en théorie un signal de rebond. Cependant, là aussi, en cas de correction plus marquée, il ira tester des valeurs beaucoup plus basses (entre -10 et -20).

Terminons cette revue par le consensus bullish de Barron's, suivi par le site www.sentimentrader.com auquel je suis abonné :

Nous voyons qu'un excès d'optimisme majeur vient d'être réalisé, et que cela a souvent donné lieu à des corrections importantes dans le passé, ce qui est un élément nettement en faveur de mon scénario de correction plus forte que celles de ces derniers mois aux US, donc d'une poursuite de la baisse sur le CAC. Vous pouvez aussi suivre ce consensus bullish sur le site de Barron's ici.

 

2) Décompte Elliott :

Selon l'hypothèse la plus baissière, l'ensemble du rebond en cours depuis la fin septembre 2011 serait déjà terminé, et nous serions au début de la grande vague baissière III.3, plus précisément dans la dernière partie de la III.3.1.

L'alternative plus haussière serait que la correction en cours sur le CAC soit une simple vague Y, qui serait suivie d'un nouveau zig-zag haussier de plusieurs mois.

Je privilégie pour le moment l'hypothèse la plus baissière, tant que le niveau de 3380 points n'est pas franchi à la hausse sur le CAC, ou que les US ne marquent pas de nouveaux plus hauts.

 

3) Conclusion :

 

  • Ceux qui ont des positions baissières en cours peuvent les maintenir dans l'espoir que la correction gagne en dynamisme aux USA et entraîne l'Europe. Ils feront attention cependant à ne pas trop insister si le CAC venait à dépasser les 3380. Il est par contre trop tard pour entrer maintenant en position avec un niveau de sécurité suffisant.

  • On attendra un vrai excès de pessimisme pour envisager des achats sur les indices.

  • Enfin, sur le plan fondamental, on surveillera attentivement la situation sur les demandes initiales d'allocation chômage aux USA, tout maintien au dessus de la barre des 380 000 sur les deux semaines à venir serait un premier signe de craquement sérieux sur l'économie US, les nouvelles publiées ayant été jusqu'ici globalement positives (avec un PIB US attendu aux environs de +2,5% en rythme annualisé au T1 2012). On n'oubliera pas aussi l'échéance de juin 2012, qui marquera la fin de l'opération twist de la FED, avec un possible effet baissier sur les marchés (lire cet article du business insider).

    Bons trades et bons investissements,

    Loïc Abadie

 

Vous pouvez suivre mes anticipations économiques, la composition de mon PEA et mes opérations avec ma lettre Boostez votre PEA ! .
loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

9 commentaires

  • Lien vers le commentaire Loic ABADIE lundi, 23 avril 2012 10:13 Posté par Loic ABADIE

    A Pascal, il n'y a aucune règle de ce type dans les règles d'elliott. La 1 de 3 peut parfaitement ne pas dépasser la 5 de 1, l'ensemble de la vague 3 doit par contre effectivement dépasser la 1.

  • Lien vers le commentaire yves dimanche, 22 avril 2012 22:33 Posté par yves

    Merci Loic de noter cette divergence entre le CAC et le SP/DJIA. En fait, il y a 2 causes importantes : la dégradation rapide de l'Espagne (les taux) et les anticipations sur les élections et un impact négatif sur le secteur finance (BNP, GLE, ACA) et l'énergie (EDF, GSZ). Bref, peu importe, ce qui compte, c'est bien ton analyse. Bonne continuation.