Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
cryptopassion

Merry crisis and happy new bear 2012 !

Audience de l'article : 12604 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 70 réactions
Votez pour cet article
(121 Votes) - Note : 4.45
Partagez cet article avec vos connaissances

Malgré mon titre, je souhaite d'abord et avant tout à tous les lecteurs d'objectif éco une année 2012 heureuse et prospère, dans un contexte qui devrait être assez turbulent !

 

Vous l'aurez compris, je garde évidemment une orientation franchement baissière pour cette nouvelle année, faisant comme Charles Dereeper entièrement confiance à nos dirigeants actuels ou à venir pour entretenir et développer la crise, et nous détaillerons ci-dessous les implications associées, et quelques propositions pour que vous évitiez de subir des conséquences néfastes pour votre portefeuille.

 

Mais commençons par regarder ce qui pourrait mettre en défaut mon scénario baissier. Je ne vois en fait qu'un élément capable de renverser la tendance baissière qui a dominé en 2011, mais il est important : Le comportement des USA.

 

Ce pays connaît une certaine reprise économique depuis le 3ème trimestre 2011, comme le montrent la bonne tenue des ventes de détail (en monnaie constante) et la reprise observée sur les ventes de véhicules neufs.

 

 

Autre élément positif aux USA : le crédit bancaire, moteur d'une économie artificielle basée sur la consommation à crédit semble redémarrer (et cette fois, contrairement à ce qui s'était produit au début 2010, il s'agit d'une vraie tendance, et non d'un changement de mode de calcul).

 

 

Est-ce que cette reprise résistera à la crise financière en Europe, au ralentissement des économies émergentes, à l'effondrement des indices de confiance des consommateurs US, et à un début de réduction des déficits US sous l'effet des pressions républicaines dans un contexte d'année électorale ?

 


Je ne le crois évidemment pas et la logique la plus élémentaire voudrait que l'économie américaine retourne  en récession. Mais dans cette économie-Ponzi basée sur la fuite en avant, rien n'est rationnel, et si les investisseurs décident que la dette américaine n'est pas un problème et continuent de prêter à volonté aux USA, rien n'empêchera la reprise de se poursuivre un peu !

 

On surveillera donc attentivement les indices US dans les semaines à venir : J'ai l'intention de continuer à prendre le risque d'engager des positions baissières sur chaque excès d'optimisme, quitte à y laisser quelques plumes en stop loss successifs dans les semaines à venir, mais évidemment sans m'entêter au delà du raisonnable.

 

 Le retracement de 78% de la séquence baissière de 2011 (1373 à 1075) placerait le SP500 vers 1310. En dessous de ce seuil, le scénario baissier (lancement d'une grande séquence baissière III, correspondant au coeur de tendance de la crise) reste pour moi totalement valide. Il deviendra un peu moins probable au dessus de 1310, et sera invalidé au dessus de 1370.

 

Comme Claude Mathy l'a signalé à juste titre dans plusieurs articles qu'il a écrits récemment, les US sont en théorie dans une configuration haussière à court terme : le triangle de consolidation a été cassé par le haut, le SP500 forme une tête-épaules inversée, et je pourrais y ajouter une figure en tasse avec anse, sans compter un croisement des moyennes mobiles à 50 et 150 jours.
Bref, tout semble réuni pour un grand feu d'artifice haussier des indices US en janvier vers les sommets de mai 2011, entraînant leurs homologues européens !

 

 

Mais je me méfierai quand même de cette accumulation d'évidences haussières :

 

- Les cassures à la hausse se sont faites sans volumes, dans un contexte peu significatif de fin d'année, et le chaikin money flow est dans le rouge, alors qu'il était largement positif au cours du rebond de l'automne 2010.

- L'EPCR5j et le nova/ursa ratio sont proches de la zone d'excès d'optimisme, qui sera sans doute franchie d'ici 2 à 4 séances si la hausse se maintient. Les autres indicateurs de sentiment disposent malgré tout d'une petite marge de progression pour une hausse éventuelle.

 



- L'euro et l'or n'ont pas accompagné ce début de rebond de fin d'année, et les indices des pays émergents végètent toujours dans un triangle de consolidation.

 

Alors quelle stratégie générale dans ce contexte ?

 

Je me place ici dans une optique de moyen terme, avec  un horizon de quelques mois à un an.
Une idée d'abord, celle qui a pour moi la meilleure probabilité de réalisation, et qui devrait fonctionner dans de nombreux cas :

 

misez sur la poursuite de la baisse de l'euro.

 

En plaçant une partie importante de vos liquidités en dollars US. La raison fondamentale est simple (je l'ai détaillée à de nombreuses reprises) : le dollar US, malgré ses fondamentaux douteux est la monnaie dans laquelle le deleveraging en cours s'opère, et l'euro est affaibli par la crise sur les dettes souveraines en Europe.

 

L'euro est en train de valider une figure en tête-épaules, d'objectif 1,08-1,10 (il faudra quand même casser un gros support à 1,20 avant cela): De quoi réaliser une plus value de 18% environ (exprimée en euros) en troquant ses euros pour des dollars US, et en les laissant dormir tranquillement (dans une optique de moyen terme, pas plus !) dans un compte à terme ou un fonds monétaire quelconque en dollars US.
Vous pouvez aussi en version plus spéculative opter pour une petite mise sur un turbo-put sur l'euro, comme le J463Z à levier 19 et barrière désactivante autour de 1,39, si vous maîtrisez l'utilisation de ce type de produits (attention, contrairement au compte à terme il y a cette fois risque de perte totale de l'investissement), de préférence à l'occasion d'un rebond de l'euro autour de 1,32-1,33.

 

 

Pour le reste, je conseillerai de rester avec une large dominante en cash, en tout cas tant que le SP500 n'aura pas franchi les 1310 points, voire même les 1370.

 

- Si il le fait, alors il sera temps de revenir sur certaines small caps décotées (Plastivaloire, Precia, VET, CBo Territoria, Stradim, par exemple, il y en a de nombreuses autres), ces small caps, bien que peu liquides, offrent l'avantage de réagir avec un peu de retard sur les indices, donc de laisser le temps de se placer si la tendance devait s'inverser.

 

- Si il ne le fait pas (hypothèse pour moi la plus probable), on prendra une position baissière sur chaque excès marqué d'optimisme sur les indicateurs de sentiment, qui sera coupée ensuite.

 

- Mon opinion reste baissière sur les matières premières et les indices émergents, en raison du ralentissement observé sur les pays émergents et de la chute du harpex index.

- Même chose pour les mines d'or et même les métaux précieux, même si je maintiens mon conseil d'avoir environ 7% du patrimoine en or physique, à titre d'assurance contre la zone euro.

 

Cependant, il faudra surveiller avec attention l'évolution des taux longs US et allemands, tout passage de ces taux au dessus de 5% serait un signal d'alerte inflationniste incitant à revenir rapidement sur les actifs tangibles (matières premières / or / pétrole / foncières et small caps décotées).

 

Un petit bilan personnel pour finir sur mon année boursière 2011, que je considèrerai comme mitigé :

 

Je sais en général faire en situation de marché haussier (avec les small caps que je connais bien), et en marché baissier (avec les indicateurs de sentiment).

 

Mon principal point faible reste par contre les situations de consolidation horizontale (après une phase de baisse), dans lesquelles les indicateurs de sentiment ont beaucoup de mal à fournir de bons signaux, et où il est trop risqué de se placer sur les small caps, parce qu'on se retrouvera scotché sur des valeurs peu liquides en cas de reprise de la baisse.
La consolidation horizontale de ces derniers mois a ainsi entamé une partie significative de mes performances réalisées en première partie de 2011, si bien que je termine l'année sur un gain d'environ 7,5%.


Pas catastrophique au vu de ce que les indices ont fait, mais nettement moins bien que les 13 à 14% de gains que j'avais acquis avant cette phase de consolidation horizontale. J'espère donc maintenant une vraie tendance pour 2012, peu importe le sens, afin de réaliser une performance égale ou supérieure à 15% !

 

 

 

Vous pouvez suivre mes anticipations économiques, la composition de mon PEA et mes opérations avec ma lettre Boostez votre PEA ! .

 

Loïc Abadie

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

70 commentaires

  • Lien vers le commentaire Charles Dereeper lundi, 09 juillet 2012 22:53 Posté par Charles DEREEPER

    Ceci est un test technique.

  • Lien vers le commentaire sigsegv mercredi, 04 janvier 2012 08:14 Posté par sigsegv

    Je ne réponds pas à votre remarque sur l'inflation car je ne suis pas concerné, mon modèle de consommation étant très minimaliste, et vus mes revenus, à moins d'une inflation délirante (disons 10 ou 20%) je ne suis que peu concerné.

  • Lien vers le commentaire sigsegv mardi, 03 janvier 2012 23:01 Posté par sigsegv

    Le cac va surement continuer de monter :

    http://www.rfi.fr/france/20111226-taux-chomage-encore-augmente-novembre

    En France, le chômage atteint son plus haut niveau depuis douze ans

    Le chiffre du nombre de demandeurs d'emploi en France était très attendu après les mauvais résultats enregistrés en octobre 2011. Loin d'être encourageant, il montre que le chômage a encore progressé en novembre. Il a même atteint son plus haut niveau depuis la fin des années 90.

  • Lien vers le commentaire sigsegv mardi, 03 janvier 2012 22:57 Posté par sigsegv

    Vous me parlez d'honnêteté intellectuelle alors que vous faites de l'analyse macro sur un mois ? C'est une plaisanterie ?

    Le cac a retrouvé son niveau de début décembre et il encore en deçà de son niveau de fin octobre.

    Sinon vous pouvez aussi nier tous les plans sociaux qui sortent depuis un mois dans la presse aussi et continuer de croire que ça va continuer de monter, libre à vous (les chômeurs consomment beaucoup c'est certain, surtout que l'argent pousse sur les arbres c'est bien connu)

    Nous verrons bien où nous en serons dans 6 mois. Je n'ai pas de boule de cristal.

  • Lien vers le commentaire sigsegv mardi, 03 janvier 2012 21:05 Posté par sigsegv

    Sur un an j'ai du mal à voir où ça grimpe.

    Parce que passer de presque 4000 à 3200 ça grimpe pas trop.

  • Lien vers le commentaire sigsegv mardi, 03 janvier 2012 10:50 Posté par sigsegv

    Oui enfin j'ai du mal à voir comment on peut être optimiste :

    - tous les résultats des banques truqués (on applique surtout pas le mark to market à l'actif sinon ça envoie tout le monde au dépôt de bilan)
    - les politiques monétaires non conventionnelles (QE, LTRO...)
    - toutes les grandes banques mondiales insolvables qui tournent avec des effets de leviers hallucinants et qui ont des créances pourries plein les soutes (UBS, Crédit Suisse, BNP, SocGen, CA, BofA, RBS, barclays...)
    - Dexia n'est que la première d'une très longue liste à venir
    - les problèmes de dettes (publiques, privées...), la Grèce là aussi n'est que la première d'une longue liste à venir
    - les banquiers qui font n'importe quoi (MF Global, Lehman) qui titrisent dans tous les sens et qui refourguent tout aux copains (qui font la même chose)
    - éclatement de la zone € à venir ? C'est souhaitable si on ne veut pas plonger avec la grèce

    etc.

  • Lien vers le commentaire claude Mathy lundi, 02 janvier 2012 23:01 Posté par claude Mathy

    AVE Loïc,

    Même si je ne partage pas systématiquement à 100 % tes points de vue, je te parle sur plusieurs années et pour une question de Timing je dois te féliciter pour cet excellent billet (ils le sont toujours) te souhaiter une magnifique année 2012 de même qu’a tes innombrables lecteurs et te remercier pour ton petit clin d’œil à mon analyse.

    Bien à toi et bonne continuation

    Claude

  • Lien vers le commentaire galiper lundi, 02 janvier 2012 22:25 Posté par galiper

    A veryXbear :
    Patrick a raison. Personnellement j'ai fait +20% cette année en m'inspirant des conseils, méthodes et analyses de Loïc, malgré les turbulences qui ont rendu le marché particulièrement difficile à lire. Et malgré mon approche très (trop ?) prudente.
    Si j'ai fait mieux (en %) que Loïc c'est simplement que j'ai pris moins de risques (j'ai peu d'économies à investir alors j'y vais molo), et que cette fois ça s'est avéré plus efficace.
    Et lorsque la grosse gamelle arrivera, Loïc fera un score d'enfer comme il sait faire.

    Vous devriez prendre un peu de recul et comme le dit Patrick «analyser {{vos}} erreurs». La lecture de se site vous y aidera certainement.

    Amicalement.
    --
    Galiper

  • Lien vers le commentaire svane lundi, 02 janvier 2012 04:43 Posté par svane

    Quant à l'euro: je n'utiliserai pas de produit à levier pour jouer la chute de l'euro. L'euro se trouve sur le bas de son canal descendant, un rebond jusqu'à vers 1.36-7 me semble fort probable, avant une nouvelle jambe de baisse.

  • Lien vers le commentaire svane lundi, 02 janvier 2012 04:41 Posté par svane

    SIGSEV: La FED n'achête plus d'obligations américaines, l'opération TWIST qui a remplacé le QEII cosistant à échanger des titres à échéances courtes contre des titres à échéance longue. Et pourtant, les taux des obligations US se situent sur les plus bas historiques.La demande, hors-FED, doit donc être très forte. Dire que "plus grand monde ne voulait des obligs américaines" relève du pure mensonge idéologique, du niveau du Tea-party.

    Pour Loïc: la dette US n'est effectivement pas un problème: les US ont la souveraineté monétaire, et donc le pouvoir régalien de création monétaire, et ne peuvent donc pas faire faillite, contrairement aux Etats européens.

  • Lien vers le commentaire sigsegv dimanche, 01 janvier 2012 21:37 Posté par sigsegv

    Bonsoir et bonne année.

    Pensez-vous vraiment que M. Bernanke laissera l'€ glisser doucement et durablement sous les 1.30 ?

    J'ai cru comprendre que plus grand monde ne voulait des obligs américaines (que désormais seule la FED rachète) et que de nouvelles vagues de QE étaient à l'étude (à quelle échéance ? mystère)

  • Lien vers le commentaire Loic ABADIE dimanche, 01 janvier 2012 18:58 Posté par Loic ABADIE

    Merci Harlok, c'est bien 2011, un peu de mal à me relire en ce 1er janvier !

«DébutPrécédent12SuivantFin»