Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michel Delobel

Michel Delobel

Gestionnaire de portefeuille sous mandat via une société de gestion agréée, trader pour compte propre et formateur au trading et à l'investissement en bourse, je suis aussi fondateur du site Fenêtre sur Cours et de la société ACGest, via laquelle j'accompagne également mes clients dans la constitution et le développement de leur patrimoine, la préparation de leur retraite ou encore l'optimisation de leur fiscalité.

Vous pouvez prendre contact avec moi par email

emails

promospeciale

Clôture CAC : 4106 (-8.04%) – Brexit !

Audience de l'article : 820 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
 


Séance de tous les superlatifs ce vendredi, avec un Brexit qui a pris tout le monde (ou en tout cas beaucoup de monde) à contrepied, si on s’en tient à la clôture de jeudi et aux sondages qui donnaient encore à minuit le camp du “Remain” à 52% contre 48% ! Résultat : le plus gros gap en points de l’histoire du CAC, la deuxième plus forte baisse en clôture après les -9.04% du 6 octobre 2008, le plus fort repli en séance, et j’en oublie peut-être. Même les volumes, sans être records, sont assez impressionnants, avec 11.5 millions échangés.

Un repli amplifié toutefois par le rebond des séances précédentes. Car si on regarde la clôture, on est à 3 points près sur les plus bas du jeudi 16 juin ! Graphiquement d’ailleurs, et c’est là que c’est très intéressant, la situation est loin d’être si catastrophique que le repli du jour pourrait le laisser penser.

En effet, le CAC est “juste” venu tester le gros gap de rupture haussier de la mi-février, sans toutefois le combler (et encore moins l’invalider), et la clôture s’est faite sur la borne haute de la zone médiane violette. Du côté de la bougie, l’ouverture aurait par contre dû être beaucoup plus basse, sachant que toutes les valeurs financières et quelques autres étaient encore réservées à la baisse. La bougie devrait donc être une “belle” bougie verte, avec ouverture proche des plus bas.

Malgré tout, la mèche haute de près de 100 pts doit venir tempérer les velléités acheteuses qui pourraient naître du pic de volumes et du rebond sur le gap de mi-février. L’énorme gap baissier et la formation d’une île de retournement baissière, isolant les 4 bougies précédentes, doit aussi nous mettre en alerte.

Le CAC pourrait donc rester particulièrement incertain et volatile dans les prochaines séances, pris entre son gros gap haussier de la mi-février et son énorme gap baissier de ce vendredi matin. De nouveaux tests de la zone des 4000 pts, comme de nouvelles tentatives en direction des 4200 ou 4300 sont tout à fait envisageables. Ce n’est toutefois qu’une fois que l’une de ces deux zones aura été nettement cassée que l’on pourra en tirer quelques conclusions à moyen terme. Il est pour l’instant trop tôt, d’autant qu’il faudra compter lundi avec les élections espagnoles, et de possibles actions des banques centrales.

Bref, une certaine prudence reste donc de mise, même si dans l’absolu, la zone des 4000/4100 devrait plutôt constituer une zone d’achat. Compte tenu toutefois du caractère exceptionnel de ce qu’il se passe, et des très nombreuses incertitudes qui entourent les conséquences de ce Brexit, on ne peut exclure une chute plus importante dans les prochaines séances et prochaines semaines, avec notamment un effet retard de la part des fonds d’investissement qui devront gérer sans doute un certain nombre de désinvestissements. En même temps, quel sera réellement l’impact de ce Brexit sur les entreprises ? Nous allons continuer à nous nourrir, à consommer, à prendre la voiture, à nous soigner, etc…, et les britanniques également, même si la chute de la livre aura forcément un impact. Mais il n’y aura pas que des perdants. Et puis ce Brexit va mettre de longs mois et même plusieurs années à se mettre en place, ce qui laissera à tout le monde le temps de s’adapter et réagir. Enfin, n’oublions pas qu’il n’existe pas de réelles alternatives d’investissement pour toutes les liquidités qui sont sorties des marchés.

Reste “juste” le problème du risque de contagion, qui pourrait planer sur les marchés comme une épée de Damoclès, sachant que là aussi, ce risque ne se matérialisera pas forcément de façon très rapide.

Comme à notre habitude, on se fiera donc essentiellement à notre analyse graphique de la situation. Et pour l’instant, il est intéressant de voir qu’elle traduit tout à fait l’hésitation dans laquelle nous nous trouvons quant aux conséquences de ce Brexit.

On attendra donc patiemment que la situation se décante, en surveillant à la baisse la zone des 4000/4100 et le sort du gap de rupture de la mi-février, qui a été ramené à la zone des 3995/4008, et à la hausse l’énorme gap baissier de ce vendredi matin, entre 4199 et 4392, avec comme niveaux intermédiaires les 4220/4230 et les 4290/4300 pts. Entre deux, la zone médiane violette entre 4070 et 4105 jouera le rôle de point pivot entre biais haussier et biais baissier.

Synthèse des tendances graphiques :


Tendance I (à quelques heures – jours) : Neutre (3995 – 4200)*
Tendance TCT (à quelques jours – semaines) : Neutre (3995 – 4300)*
Tendance CT (à quelques semaines – mois) : Baissière (4500)*
Tendance MT (à plusieurs mois) : Neutre (4070 – 5290)
Tendance LT (à quelques années) : Neutre (3290 – 5290)  
Poster un commentaire