Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Michael Rousselle

Michael Rousselle

Investisseur immobilier, Trader indépendant, auteur, coach, chef d'entreprise.
Je vis actuellement en famille, à Phoenix en Arizona, un magnifique État de l'Ouest américain.

Après plus de 20 ans comme cadre commercial, je plaque une situation pourtant confortable pour ouvrir ma boîte aux US. Il paraît qu'il faut vivre ses rêves !!! Un de fait.

Passionné de trading depuis de nombreuses années, je franchis le pas en 2007. Pas vraiment le meilleur timing. Après une longue période de pertes et de doutes, je rencontre des Traders professionnels qui m'apprennent ce qu'est réellement le trading. Je me suis spécialisé dans les options depuis 2012 et uniquement sur le marché US. Je fais aussi quelques actions en swing trading, et je me construis tranquillement un portefeuille de dividendes à travers les REIT.
J’ai répondu à l’appel de Charles car j’aime partager mes connaissances et transmettre le savoir. J’espère qu’il vous sera utile et surtout de qualité.
Trade Safe
Michael

promospeciale

Débuter en bourse : PEA ou pas PEA ?

Audience de l'article : 2477 lectures
Débuter en bourse : PEA ou pas PEA ?

Le PEA pour Plan d’Épargne en Action a été créé en 1992 pour faciliter l’investissement en bourse des particuliers. Depuis 1994, il y a deux PEA, le classique et le PEA PME-ETI qui permet d’investir et de soutenir les ETI et PME françaises.

Devez-vous ouvrir un PEA ? Pour répondre à cette question, il faut déjà savoir quel sera votre terme d’investissement, court terme ou long terme.

Si vous voulez tirer des revenus mensuels avec un trading actif, le PEA n’est clairement pas fait pour vous. Dans ce cas, vous subirez l’imposition fiscale classique depuis la dernière loi de finances de 2018 qui est de 30% d’impôts répartis entre 12.8% d’impôt sur le revenu et de 17.2% de prélèvements sociaux.

Si votre vision de l’investissement boursier est focalisée sur du long terme, c'est-à-dire supérieur à 5 ans, le PEA a toute son utilité. Son ouverture est possible depuis votre banque, avec votre conseiller financier ou directement en ligne avec une banque en ligne qui peut être aussi broker. Vous n’avez pas de montant minimum légal de dépôt à prévoir à l’ouverture de votre compte, même si certaines banques en ligne vous demanderont un investissement minimum de 100 ou 200€. L’ouverture d’un PEA est limitée à un par personne et jusqu’à deux par foyer fiscal. Pour une personne seule, le plafond de dépôt est de 150 000€ (75 000€ pour un PEA PME-ETI) et de 300 000€ pour un foyer fiscal (150 000€ pour un PEA PME-ETI).

Si vous avez moins de 25 ans, vous avez la possibilité d’ouvrir un PEA jeune. Le plafond de dépôt est de 20 000€. Après vos 25 ans, il se transformera automatiquement en PEA classique et son montant de dépôt pourra alors passer à 150 000€. Si vous résidez encore chez vos parents, votre PEA sera rattaché au foyer fiscal de vos parents. Le montant de l’investissement sera alors à déduire des 300 000€ maximum par foyer fiscal que prévoit la loi.



Les avantages et inconvénients du PEA.

Pour commencer par les avantages, il y en a quand même plusieurs et pas des moindres. Le premier qui est la quintessence même du PEA, c’est sa fiscalité très intéressante. Finis les 30% d’imposition sur vos plus-values et dividendes, vous ne serez soumis qu’aux prélèvements sociaux qui sont quand même de 17.2%. Pour avoir ce cadeau fiscal, il vous faudra garder les fonds pendants 5 ans minimum sur ce plan d’épargne. Vous pourrez bien sûr acheter et revendre des titres, mais vous ne pourrez pas profiter de vos gains immédiatement sinon vous serez soumis à la taxation de 30% en vigueur. Ne comptez donc pas sur votre PEA pour générer des revenus mensuels de votre trading du moins lors des cinq premières années.
 
Vous aurez accès aux différents marchés européens à travers des actions, des FCP, des SICAV et des ETF. Vous aurez la possibilité de trouver des ETF qui vous permettront même de jouer les marchés américains. Certes le choix est limité mais c’est mieux que rien.

Un autre avantage, souvent oublié, est que vous jouerez avec les intérêts composés. Vous allez pouvoir et surtout devoir réinvestir vos gains issus des plus-values ou dividendes dans votre portefeuille. À titre d’exemple, avec un rendement de 10% annuel, votre portefeuille de 150 000€ (qui est le dépôt maxi) vaudra dans les 200 000 dans 5 ans et presque 320 000 dans 10 ans. C’est de la théorie pure puisque je ne connais pas l’évolution, ou pas, des prélèvements sociaux qui seront à déduire. Je souhaitais juste vous faire pointer du doigt l’efficacité de réinvestir vos gains.

Si vous êtes expatrié et que vous voulez profiter de cet abattement fiscal, bonne nouvelle, vous n’avez pas besoin d’être résident fiscal français pour ouvrir un PEA.

Vous aurez aussi la facilité de transférer votre PEA depuis votre organisme financier d’origine vers n’importe quel autre organisme financier. Vous ne serez pas obligé de clôturer vos positions, fermer votre plan pour en ouvrir un autre, il vous suivra donc toute votre vie.

Après les avantages, les inconvénients. Oui il y en a quelques-uns, rien n’est jamais parfait.

Avec un PEA, vous serez limité géographiquement sur les actions que vous souhaiteriez prendre. Vous ne pourrez prendre des positions que sur le marché européen. Vous aurez accès, bien évidement, au marché français. Même si le marché français reste en dessous des performances du marché US, je dirais que cet inconvénient est à prendre avec retenue, car si l’on prend le CAC 40 avec dividendes réinvestis, la performance du CAC est assez proche de celle des indices US. À titre personnel, je préfère quand même le marché US, plus fourni en opportunité et progression sur certains secteurs. Il est plus difficile de trouver des performances dignes d’Apple, Tesla ou autres valeurs du secteur technologique qui nous ont offert des rendements exceptionnels ces dernières années. Oui le marché US est plus dynamique

Dans votre PEA, vous ne pourrez mettre que des actions, FCP, SICAV et quelques ETF dédiés. Cependant, pas d’obligation, ni d’options et autres produits dérivés, tels que les warrants ou turbos, dans votre portefeuille.

Frais divers liés à l’ouverture de votre PEA

Faites attention, lors de l’ouverture de votre PEA, aux frais de courtage et autres droits de garde. Si vous décidez de jouer sur les marchés européens, certaines banques vous feront payer plus cher les transactions. Regardez aussi les frais de garde, ça peut grever un peu votre rendement. Il serait dommage de laisser quelques % à votre broker de votre dur labeur. Regardez aussi du côté des frais en cas de transfert de votre PEA, cela pourrait vous être utile, le jour où !!

Pour conclure, je dirais qu’il n’y a pas d’obstacles à ouvrir un PEA, en parallèle d’un compte titre ou seulement un PEA si vous remplissez les conditions énumérées au début de cet article et que votre horizon d’investissement est sur du long terme.

L’Etat français vous ouvre une niche fiscale, il serait dommage de ne pas en profiter. Le PEA, c’est un petit coin de paradis dans notre fameux enfer fiscal.

Trade Safe

Michael
michael-roussel-3-indicateurs
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Michael Rousselle vendredi, 31 juillet 2020 14:18 Posté par Michael Rousselle

    Les prélevements sociaix sont une ponction obligatoire, pas moyen d'y échapper.

  • Lien vers le commentaire Bruno Koegler mercredi, 06 mai 2020 02:13 Posté par Bruno K

    @Michael Rousselle pour les expats donc a domicile fiscal hors France et surtout tel toi et moi (Taiwan) quid des "prelevements sociaux" sont ils dus apres le delai maxi, qui est de plus de 20 ans dans mon cas, alors que on ne profite PAS du tout du "social gaulois" ?