Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Actions

Actions

Acheter... VENDRE

VENDRE A LA BAISSE... Racheter

Actions américaines... Actions européennes et françaises

Investir ou trading ?

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
david renan telechargement livre

Apple devient une valeur à dividende avec la baisse des cours et son payout à seulement 21%

Audience de l'article : 752 lectures
Votez pour cet article
(0 Votes) - Note : 0.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Et si Apple devenait à nouveau une valeur intéressante ? La baisse du cours de l’action pourrait bien nous le prouver. D’autant que les rendements des dividendes du géant technologique ont grimpé en flèche en un laps de temps très court grâce à la chute des cours. Vaut-il le coup pour les investisseurs de renforcer leurs positions dès à présent ? C’est ce que nous allons voir.


Comment expliquer le déclin de l’action Apple (AAPL) ?

Le titre Apple a diminué d'environ 17% au cours des 2 derniers mois. Un phénomène de « sell-off » qui a été encouragé par les craintes suscitées autour de la croissance des ventes, surtout celles de l’iPhone. Les investisseurs sont inquiets de la politique conservatrice que mène Apple. Des spécialistes estiment que la progression des bénéfices s’établirait seulement autour de 2.5% pour le premier trimestre 2016.

Le principal problème d’Apple est que la société est centrée sur un unique produit, l’iPhone. Elle n’a pas diversifié ses activités ou ses offres. Ses autres lignes de produits gagnent mais ne réprésentent qu'une fraction du succès de l'Iphone. Elle est donc très largement tributaire des performances de son produit phare. L'iPhone représente environ 63% du chiffre d'affaires de la pomme.

Il est de ce fait évident, qu’en cas de retournement de tendance, le fruit puisse devenir vite amer. D’où les préoccupations légitimes des investisseurs.

Les marchés ont déjà anticipé le risque. L’action se négocie autour de 96 $, soit un niveau de valorisation 28% inférieure à son pic le plus haut sur un an (133 $). Et dire qu’à cette époque là, certains acteurs de la presse spécialisée se sont enflammés voyant le titre pulvérisé la barre des 200 $ !

cours apple sur un an


Les investisseurs qui ne croyaient pas en 2011 dans Apple y croient encore moins aujourd’hui, puisque son ratio cours/bénéfice (PER) est passé de 15 à 10 entre 2011 et 2016. Néanmoins, cet excès de pessimisme est un bon signal, et si l’action plonge d’avantage, il pourrait être intéressant de se positionner dans le cadre d’une stratégie value. Il y a également d’autres éléments qui font du titre Apple une valeur à reconsidérer, les dividendes notamment.


Un pilier du NASDAQ de nouveau attractif, pour les investisseurs à la recherche de dividendes

En effet, le rendement des dividendes de la société a augmenté d'environ 1,5% à 2% en l’espace de six mois seulement.

appldiv

Ces rendements ne battent pas des records, mais le cash flow est aussi à prendre en compte dans l’équation finale.

comparatif div ratios

Comparativement à d’autres entreprises, la performance des dividendes de la firme de Cupertino est honorable, malgré qu’elle se place loin de celle de sociétés comme Microsoft ou Procter & Gamble qui enregistrent respectivement 2.6% et 3.4%.

Les points positifs que développe Apple, et encourageants pour le futur, s’articulent autour de deux axes. Tout d’abord, le bénéfice par action augmente constamment chaque année, une croissance à deux chiffres. Dans le même temps, la société conserve un ratio de distribution (Payout) très faible, 21.4%. C’est un taux en moyenne 3 à 4 fois moins élevé par rapport à Microsoft et Procter & Gamble !

On peut traduire cela, par de meilleures perspectives de développement pour Apple, des projets d’investissements, une confiance en l’avenir, puisqu’elle verse une part moins importante de ses bénéfices pour les consacrer à sa croissance.

Enfin, comme je l’ai évoqué précédemment, le PER d’Apple reste bas. Il se situe autour de 10, donc beaucoup plus modeste que celui de Microsoft et Procter & Gamble, qui ont un PER de 37 et 26. Par ailleurs ces deux sociétés ont de réelles difficultés à faire augmenter leur EPS (bénéfice par action).

Tous ces éléments convergent en faveur d’Apple et la définissent comme un investissement solide. Les investisseurs disposent d’un meilleur rendement sur les dividendes. Une croissance des intérêts qui est intervenu peu après le mouvement « sell-off ». Le Payout de 21.4% nous gratifie de belles et prometteuses perspectives futures. L’entreprise est en mesure d’investir et d’augmenter son dividende chaque année, sur le long terme. La porosité des acteurs du marché, en ce qui concerne la valeur de l’action et sa tendance baissière, constituent également une excellente porte d’entrée si l’on désire investir dans un titre phare du NASDAQ.


Ainsi, sur le plan value et celui des dividendes, on ressort gagnant. Reste à savoir, si le cours de l’action va baisser encore afin de pouvoir idéalement se positionner.

William Finck
Poster un commentaire