Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

Baisse des small caps : On commence à avoir quelques valorisations attractives !

Audience de l'article : 2693 lectures
Nombre de commentaires : 3 réactions

Bonjour, 

Vous avez certainement constaté que depuis quelques trimestres le secteur des small caps françaises souffre, avec une baisse qui atteint à présent plus de 12% sur les plus hauts pour l'indice de référence des small caps (le CAC Small), alors que le CAC 40 ne perd qu'environ 5% sur ses plus hauts et que les indices US sont quasiment sur leurs plus hauts historiques.

 

cac small

J'ai du mal à expliquer cette tendance baissière, le secteur des small caps français est aujourd'hui devenu très hétérogène, on y cotoie des valeurs extrêmement chères et des valeurs très décotées, et il est très possible que les prises de bénéfices sur les premières finissent par entraîner les autres dans le mouvement.

Du coup, certaines valeurs finissent par retrouver des niveaux de valorisation assez étonnants en terme de décote. J'en ai plusieurs actuellement dans mon PEA, mais je vais ici vous présenter un autre exemple, celui de la SSII It Link.

ITL

Cette valeur a vu son cours divisé par deux depuis le début de l'année, avec certes deux raisons fondamentales qui expliquent ce mouvement, mais aussi certainement une bonne part de surréaction du marché : 

Ces deux raisons sont  :

- Une baisse de la rentabilité, avec un résultat qui passe de 2,5M€ à 1M€ (l'opérationnel passant de 2,5M€ à 1,5M€).

- Des inquiétudes possibles sur la gouvernance et d'éventuels désaccords associés, le PDG Serge Benchimol ayant été révoqué en début d'année 2018 pour être remplacé par deux autres dirigeants (issus de l'entreprise), Robert Zribi et Eric Guillard

Cela étant, si on regarde les comptes 2017, la baisse me semble clairement excessive : 

- La société reste bénéficiaire, avec un PER autour de 11 fois.

- Le ratio capitalisation / C.A est devenu anormalement bas, surtout pour une SSII de ce type, seulement 0,25 fois, ce qui fournira un excellent levier en cas de redressement des marges (si elle retrouve sa rentabilité de 2015 ou 2016, elle aurait un PER inférieur à 5, sur un marché globalement en croissance...sachant qu'IT Link a montré sa capacité à générer de la croissance forte depuis plusieurs années !).

- On commence à avoir un "matelas de sécurité" partiel formé par les capitaux propres tangibles de la société (environ 10M€ pour 11M€ de capitalisation), le gros de ces capitaux propres étant formé d'actifs net liquides (créances et trésorerie), ce qui renforce notre "matelas de sécurité".

Elle me semble avoir le profil d'une "bagger" (voir ce lien pour en savoir plus sur ce sujet) qui connaît un passage à vide temporaire.

Graphiquement, vous l'avez constaté, la tendance n'est pas  encore engageante pour le moment, mais c'est l'exemple type de la valeur que je vais surveiller de près dans ses prochaines publications en tant qu'idée future d'achat pour mon PEA !

Pour finir avec ce sujet de la baisse des small caps, je suis quand même encore très partagé entre l'envie d'investir un peu plus sur des opportunités de ce type qui commencent à revenir (j'ai beaucoup de liquidités en ce moment), et la peur du prochain retournement de cycle avec l'épée de Damoclès de l'inversion de la courbe des taux qui se rapproche. 

 

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

3 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Malta4seasons mardi, 18 septembre 2018 08:47 Posté par malta4seasons

    Il faudrait savoir. Normalement ce type de placement se fait sur un horizon minimum de 1,5 an à 2 ans sinon c'est de la spéculation à court terme.
    Qu'est ce qui nous garantit que la courbe des taux ne va pas s'inverser sur un cet horizon? Il ne reste plus que 20bps de différence sur plus de 50bps début de l'année. Le cycle économique des USA n'a jamais été aussi long. La courbe du taux de chômage ne devrait pas tarder à changer de tendance. On n'est pas non plus à l'abri d'un nouveau flash crash vu que les taux à 10 ans frôlent ou dépassent 3%.

    Perso je reste en cash. C'est trop risqué.

  • Lien vers le commentaire banville dimanche, 16 septembre 2018 19:07 Posté par banville

    oui mais tant que cette courbe ne s'inverse pas....

    https://fred.stlouisfed.org/graph/?id=IC4WSA,

  • Lien vers le commentaire banville dimanche, 16 septembre 2018 19:06 Posté par banville

    oui mais tant que cette courbe ne s'inverse pas....

    https://fred.stlouisfed.org/graph/?id=IC4WSA,