Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

L’émergence d'une nouvelle Bulle Techno - Lorsque l'exubérance irrationnelle et la folie spéculative agitent les Réseaux Sociaux

Audience de l'article : 3086 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

Avant internet, jamais une occupation n’avait été aussi présente dans notre quotidien. Pour la première fois en 2010, internet a supplanté la télévision: on y consacre en moyenne 13 heures par semaine. Cela correspond à ce que Nassim Nicholas Taleb appelle la théorie du Black Swan. C’est lorsqu’un phénomène prend de cours les observateurs et dont l’impact est majeur.

Aujourd'hui, les sociétés Techno totalisent 17,4% des emplois salariés dans la Silicon Valley comme à San Francisco (contre 10% en 2005). Du jamais vu. Même en 2000, lorsque ce taux culminait à 14,4%. 
 
Chacun y va de son idée, plus ou moins farfelue, pour se jeter à fond dans l'entrepreunariat. On assiste à un boom des créations de jeunes sociétés de l'internet: les levées de Fonds pour les start ups aux Etats-Unis ont grimpé de 15 Milliards $ en 2005 à prés de 45 Milliards $ en 2010.

A l'heure ou Facebook s'apprête à entrer en bourse pour une valorisation de 100 milliards $, certains éditorialistes du web se questionnent alors sur le bien fondé des niveaux de valorisation atteints. De Dominic Rushe à Howard Lindzon en passant par Steve Blank, tous pointent du doigt une folie spéculative. Au point de faire le titre du très sérieux Financial News, qui s'interrogeait en Mars 2011: « Sociétés Techno : les craintes d’une nouvelle Bulle ». Un titre prémonitoire ?
 
Une chose est sûre: des sociétés pratiquement inconnues, à peine créées depuis deux ans et réalisant quelques dizaines de millions de dollars de ventes, sont valorisées près de 1 Milliard de dollar (comme Airbnb, Storm8, Gilt Groupe, ZocDoc, Square, Dropbox Foursquare ou encore Tumblr). Comme si la bulle des Dot com n'avait pas servi de leçon...
 
 
  • Facebook est le symbole de cette Bulle spéculative


Les média sociaux sont sur toutes les bouches. Dans toutes les discussions. C'est dans l'air du temps. En ce moment, on assiste à une frénésie qui entoure les sociétés Internet. Les simples mots "Social Networks" sonnent comme de l'or en barre, tout comme les mots "Dot com" et "Web" à l'époque de la bulle Internet.


Symbole de ce nouvel Eldorado: Facebook. Sa croissance est phénoménale. Le site est devenu la 3éme audience du Web en Novembre 2010 (Source :Comscore). Et sa domination ne cesse de s'amplifier. Au point qu'on parle d'une entrée en bourse en Juin 2012, pour une valorisation de 100 Milliards de dollars (source: Reuters), alors que sa valorisation atteignait 10 Milliards de dollars en Décembre 2009.


Facebook a réussi le tour de force de « sédentariser » ses 800 millions d’utilisateurs:
 


Au moins une fois par Jour
Au moins une fois par Semaine
Au moins une fois dans le Mois
Jamais
Facebook
42.40%
23.80%
7.80%
25.90%
Twitter
7.30%
9.10%
7%
76.60%
Linkedin
3.50%
8.30%
6.70%
81.50%
Source: Secondshares


Les utilisateurs journaliers de Facebook sont 6 à 12 fois plus nombreux que ses concurrents Twitter et Linkedin. Les 2/3 des utilisateurs de Facebook se connectent au moins une fois par semaine. C'est autant de recettes publicitaires qui rentrent dans les caisses de Facebook, qui n'a aucun mal à monétiser son audience (parfois avec des pratiques douteuses sur la vie privée).


Evolution du Chiffre d'Affaires et des Bénéfices de Facebook:



2009
2010
2011
Chiffre d'Affaires
0.780
1.860
3.800
Bénéfices
0.200
0.400
1.000
Utilisateurs
350+
500+
750+


Les revenus publicitaires de Facebook vont augmenter de 1,8 milliards $ en 2010, à près de 4 milliards $ en 2011 (selon eMarketer). Facebook a actuellement un PER 2011 de 100, ce qui semble à première vue astronomique. Mais toute la question est de savoir si Facebook sera capable d'augmenter ses bénéfices à un rythme de +100% lors des trois prochaines années pour justifier sa valorisation de 100 Milliards $ ?


Si Facebook parvient à livrer une croissance sur le même rythme, le PER 2014 serait alors d'environ 12, ce qui semble être une valorisation classique. En 2012, le Chiffre d'Affaires dans le monde de Facebook devrait atteindre 5,7 Milliards $ d'après eMarketer. Bien sûr, cette croissance est soumise à débat. Mais aux vues de la croissance observée jusqu'alors, c'est tout à fait possible.


Evolution du Chiffre d'Affaires et des Bénéfices d'Amazon:



2009
2010
2011
Chiffre d'Affaires
24.500
34.200
43.600
Bénéfices
0.900
1.200
0.870


Si l'on compare Facebook à Amazon, on se rend compte qu'Amazon a un PER 2011 de… 100. C'est exactement le même que celui attendu pour Facebook. Ceci sous-entend que les investisseurs sont prêts à payer cher pour la croissance future de l'entreprise, et qu'ils croient très fort en son model. Si la croissance d'Amazon continue de croître de la même manière lors des 3 prochaines années, son PER 2014 sera autour de 40. En conclusion, le PER 2014 de 12 pour Facebook fait de cette société une société plus abordable.


Par ailleurs, les investisseurs peuvent aussi compter sur la croissance de la publicité en ligne et de la percée de Facebook. Les recettes publicitaires de Facebook sont très solides et offrent des perspectives intéressantes. En 2010, Facebook a eu une part de marché de 12 % de tous les revenus publicitaires en ligne aux Etats-Unis. Un marché qui devrait atteindre les 15 milliards $ en 2012...


La croissance des revenus publicitaires en ligne aux Etats-Unis de Facebook est 2,5 fois plus importante que celle de son marché:




Evolution comparée du Chiffre d'Affaires publicitaire aux US:



2009
2010
2011
2012
Facebook
0.56
1.21
2.19
2.87
Yahoo!
1.26
1.43
1.62
1.85
Google
0.36
0.86
1.15
1.82
Microsoft
0.37
0.51
0.6
0.71
AOL
0.51
0.47
0.71
0.58
Autres
4.91
5.43
6.06
6.99
TOTAL
7.97
9.91
12.33
14.82


Facebook est loin devant touts les grands sites généralistes. Sa part de marché atteindra les 20% en 2012, ce qui est presqu'autant que Google, Microsoft et AOL réunis:




Evolution des parts de marché dans les Revenus publicitaires entre 2009 et 2012:



2009
2010
2011
2012
Facebook
7.00%
12.20%
17.80%
19.40%
Yahoo!
15.80%
14.40%
13.10%
12.50%
Google
4.50%
8.70%
9.30%
12.30%
Microsoft
4.60%
5.10%
4.90%
4.80%
AOL
6.40%
4.70%
5.80%
3.90%
Autres
61.60%
54.80%
49.10%
47.20%


La part de marché de Facebook dans les Revenus publicitaires aux Etats-Unis devrait croître de façon exponentielle: elle devrait tripler entre 2009 et 2012 (passant de 7% en 2009 à près de 20% en 2012). 


Cette domination a laissé dire à un Courtier américain que la valorisation de Facebook atteindrait 790 Milliards de dollars en 2013 ! Par ailleurs, on a aussi appris que certaines société valaient des sommes colossales quelques semaines après leur création:


-en Avril2011 une société de Réseaux Sociaux a été vendu 20 à 30 Millions de dollars à Yahoo 3 mois seulement après sa crétaion ;


-au mois d'Août 2011, les fondateurs du réseau Social GroupMe vendaient leur société pour 68 Millions de dollars à Skype, 1 an seulement après sa création ;


-Living Social, le réseau social créée en 2009, vaut 15 Milliards de dollars ;


-Zynga, le concepteur de jeux pour Facebook créée en 2007, est valorisée 20 Milliards de dollars ;


-Rovio, la société qui a édite le fameux Angry Birds, est valorisée 1,2 Milliards de dollars, deux ans seulement après son lancement ;




En attendant, aucun model n'a pourtant montré de véritable création de valeur pour les actionnaires. Le retour sur investissement, à l'heure actuelle, n'est pas acquis. Une bonne vieille Bulle en formation: celle du Web 2.0 !

Poster un commentaire

2 commentaires

  • Lien vers le commentaire yves samedi, 10 décembre 2011 08:46 Posté par yves

    Excellent, merci. La publicité dépend du reste de l'économie réelle, et quand on voit les perspectives de l'économie réelle ... on a de quoi se poser des questions. Pour moi, Facebook est une boîte vide, perso j'y ai un compte depuis 3 ans mais m'y connecte que 2-3 fois par an et je pense un jour fermer définitivement mon compte en raison du problème de confidentialité et gestion des informations (on ne peut pas effacer).

  • Lien vers le commentaire sinclarrr jeudi, 08 décembre 2011 18:17 Posté par sinclarrr

    Merci Sacha pour cet article très instructif !
    On peut rajouter à votre sérieuse analyse tout le tapage médiatique sur la bonne sante affichée et les belles perspectives des boites de réseaux sociaux, comme si ces boites étaient épargnées du marasme du reste de l’économie...