Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Sacha Pouget

Sacha Pouget

J'ai une expérience de 10 ans en salle de marchés chez BNP Paribas, Royal Bank of Canada et Crédit Agricole Cheuvreux. Je me focalise uniquement sur les société de Biotechnologie, qui disposent des plus forts catalyseurs de hausse sur le marché en un minimum de temps. Je m'intéresse plus particulièrement aux sociétés qui disposent d'un Momentum avec un calendrier favorable pour leurs publications d'études cliniques.

Je tire ma performance de ma stratégie de trading parfaitement adaptée aux sociétés de biotechnologie (la stratégie PRE-CATALYSTE), qui m'a permis de multiplier mon capital par plus de 3 en 3 ans (mes clients en sont témoins) tout en ayant un risque maîtrisé. Auteur d'un Livre sur les investissements dans le secteur de la Santé, j'ai développé des méthodes d'analyse et de sélection de valeurs propres à mon secteur. 

Mes modèles d'inspiration sont Paul Tudor Jones et Jean-Marie Eveillard pour l'aspect Gestion – Money management, et les livres de Mike Havrilla "The Ultimate Guide to Biotech Stocks" et de Tony Pelz "The Biotech Trader Handbook" pour l'aspect trading. Mon site internet : http://sachapouget.com/

Mes PDF gratuits

ebooksachapouget

- Comment je travaille ?

- Quels courtiers, quels tarifs pour acheter les valeurs du secteur santé biotech ?

- Mon journal de bord intégral lors de ma performance de +41% au T3 2012

Cliquez ici pour recevoir les liens pour télécharger ces infos

Bienvenue dans la Nouvelle ère du NIMPORTEQUOI.COM

Audience de l'article : 6300 lectures
Nombre de commentaires : 13 réactions

En 1998, le site Globe.com (qui a disparu en 2001) est introduit en bourse. Le titre explose : +606% en clôture lors du premier jour de cotation à New York. En 1999, Microsoft, Intel, IBM, Cisco, Lucent et Dell totalisent une Capitalisation boursière de 1650 milliards $ soit l'équivalent du PIB de la France à l’époque. L’exubérance irrationnelle est à son sommet en 2000 : le marché US (Nasdaq et NYSE cumulés) représentent 180% du PIB américain contre 60% en 1990. Puis, la bulle éclate...

 

Entre 2000 et 2003, le Nasdaq perd 78% de sa valeur. La Capitalisation boursière des valeurs technologiques perd alors quelques 5000 milliards $.

 
Tout cela parcequ'on a créé du vent avec des sociétés qui ne tiendraient jamais leurs promesses. 12 ans plus tard, on est repartis de plus belle. A croire que les mêmes erreurs se répètent inéluctablement.
 
 
On aurait tort d’oublier l’èclatement de la bulle des Dot com
 
 
Si on prend le cas de Yahoo, qui a racheté 10 sociétés internet pour un total de quelques 15 milliards $ entre 1999 et 2007, on se rend compte que les pertes ont été abyssales:
 
 
Site
Date d'acquisition
Prix d'achat
Valeur
2011
Commentaire
Broadcast.com
1999
5700
700 (*)
Broadcast.com intègré à Yahoo.com en 2010
Geocities
1999
3570
0
Fermé le 26 Avril 2009
Overture
2003
1630
1000 (*)
Renommé Yahoo! Search Marketing
Right Media
2007
680
400 (*)
-
Kelkoo
2004
675
70
Revendu pour 70 mlns $ en Novembre 2008
HotJobs.com
2002
436
225
Revendu pour 225 mlns $ à Monster en Février 2010
eGroups.com
2000
413
150 (*)
Renommé Yahoo! Groups
Zimbra
2007
350
100
Revendu à VMWare pour 100 mlns $ en 2010
BlueLithium 
2007
300
100
-
MusicMatch
2004
160
0
Fermé en 2008
(*) Estimations / source : FebriSaputra.org
 

 

Que dire des investissements de Yahoo dans ces startups?
 
 
D’une part, Yahoo a participé à cette folie spéculative des enchères entretenant ce phénomène. D’autre part, on constate que depuis ces rachats à grands renforts de milliards de dollars n’ont pas du tout porté leurs fruits. Yahoo a revendu trois sociétés pour une bouchée de pain. Deux sociétés ont été fermées. Et le reste a été intégré sans réel succès. Au total, on peut considérer ces investissements comme étant hasardeux. Yahoo a vu partir en fumée 11 milliards $ de ses investissements (soit 80% des investissements initiaux).
 
 
 
Que dire en 2012 des start ups qui développent un Business dans les Réseaux sociaux et les sites Internet ?
 
 
 
Aujourd'hui, les sociétés Techno totalisent désormais 17,4% des emplois salariés dans les villes de la Silicon Valley comme San Francisco (contre 10% en 2005). Du jamais vu depuis 2000, lorsque ce taux culminait à 14,4%. On assiste à l'heure actuelle à un boom des créations de jeunes sociétés de l'internet: les levées de Fonds pour les start ups aux Etats-Unis ont grimpé de 15 Milliards $ en 2005 à prés de 45 Milliards en 2010.
 
 
Qu'on ne s'y trompe pas: on a affaire à une Bulle dans les Réseaux sociaux. Bien qu'il me semble que la nature même de la folie spéculative actuelle soit totalement diffèrente de celle de 2000 (cette bulle touche uniquement les Dot com et les réseaux sociaux, alors qu'en 2000 il y avait une Bulle sur toutes les valeurs Techno, Biotechnologie et Telecom compris), il n'en demeure pas moins que beaucoup d'investissements sont réalisés et que très peu de sociétés vont survivre d'ici 2 ans.
 
 
A l'heure ou Facebook s'apprête à entrer en bourse pour une valorisation de 100 milliards $, on est en droit de se poser la question si tout cela ne repose pas sur du vent, comme à l'époque de la fameuse Bulle internet. Si bien que certains aujourd'hui pointent du doigt une folie spéculative. Dès Mars 2011, le Financial News titrait « Sociétés Techno : les craintes d’une nouvelle Bulle ». Aujourd'hui une myriade de jeunes sociétés lèvent des millions de dollars alors même que leur Business repose sur du vent. Comment cette frénésie de NIMPOTEQUOI.COM finira-t-elle? 
 
 
 
Avec cet afflux de capitaux, on assiste aujourd'hui à un défilé du concours Lépine de l'innovation Web la plus inutile. Dans le monde réél, on avait dèjà vu apparaître des appareils à fabriquer des boules de neige, des ventilateur pour refroidir les nouilles ou encore des parapluies pour chiens (voir ICI)... Dèsormais, de jeunes entrepreneurs ont trouvé le moyen de nous refaire un remake du NIMPORTEQUOI.COM et sont parvenus à lever des millions de dollars !
 
 
Laissez-moi vous présenter une quinzaine de projets de start-ups américaines que j'ai retenu, et qui me semblent tenir sur du vent (*):

 
 
  • Naturallycurly.com: un réseau social pour les cheveux bouclés
 
 
 
Les gens avec les cheveux naturellement bouclés passent beaucoup de temps à trouver le meilleur moyen pour se coiffer. Si bien qu'un site veut leur apporter une solution.
 
 
Le site Naturallycurly.com est le "premier réseau social pour les personnes aux cheveux bouclés, crépus et ondulés". Trois variantes ont été lancées: Curlynikki.com, Curlstylist.com et Curlymart.com. Je vous laisse imaginer le concept délirant…
 
 
Ce qui est tout autant délirant, c'est que le site vient de lever 2 millions de dollars auprès d'investisseurs comme Jean-Paul Mitchell, un entrepreneur. Le but de la société est maintenant d'utiliser cet argent pour embaucher du personnel et créer des applications pour les appareils mobiles.
 
 
 
  • Turntable.fm: un réseau social pour DJ
 
 
 
Turntable.fm est un moyen d'écouter de la musique en ligne avec dans des groupes de discussion (des chats). A regarder de plus près le site en question, on peut facilement imaginer les aficionados faire des sauts dans tous les sens. Concrètement, les utilisateurs peuvent rejoindre des salles de discussion et participer à des "battle" pour devenir un DJ virtuel et faire danser la Gallerie.
 
 
Sur ce concept digne d'un Chat d'une radio comme RTL 2, les fondateurs de Ventures Turntable.fm, Seth Goldstein et Billy Chasen, ont réussi à lever quelques 7 millions de dollars auprès d'Union Square.
 
 
 
  • Greplin: une énième barre de recherche pour votre navigateur
 
 
 
Greplin est une énième barre de recherche pour les réseaux sociaux qui vous permet de vous connecter à tous vos comptes, vos emails et vos profils sociaux.
 
 
Les jeunes fondateurs Daniel Gross et Robby Walker ont levé 5 millions de dollars.
 
 
 
  • Kaggle: un réseau social scientifique
 
 
 
Kaggle est un réseau de 17 000 scientifiques qui aide des personnes en ligne à résoudre des problèmes. Le concept est d' utiliser les connaissances collectives pour procéder à des améliorations dans la Recherche (recherche sur le SIDA, la cartographie de l'espace…).
 
 
A la recherche d'investisseurs, les fondateurs Anthony Goldbloom ont connecté Index Ventures, Khosla Ventures et SV Angel avec l'aide desquels ils ont levé 11 millions de dollars.
 
 
 
  • Kickstarter: un site de levée de fond communautaire
 
 
 
Kickstarter est une nouvelle façon de financer une entreprise (entre amis, au sein de la famille et par capital-risque). Ce site permet à tout auteur/développeur//designer/cinéaste... d'aller chercher des fonds pour son projet créatif. En échange du financement reçu, l'auteur du projet doit récompenser ses "backers" (les gens qui apportent l'argent) par des cadeaux selon le montant donné.
 
 
Déjà que les sites de financement d'artistes pour la musique ont du mal à se développer, je ne sais pas comment ça va se passer pour ce site…
 
 
Les Fondateurs Perry Chen, Strickler Yancey et Charles Adler se sont appliqués leur concept et ont levé 10 millions de dollars de financement auprès de Betaworks, Union Square Ventures et d'autres fonds.
 
 
 
  • Hotel Tonight: un énième site de réservation à la dernière minute
 
 
 
Hotel Tonight est un énième site de réservation à la dernière minute de nuits d'hôtel à prix réduits.
 
 
Le fondateur Shank Sam a levé 3,25 millions de dollars auprès de Battery Ventures, Accel Partners, First Capital ronde et business angels.
 
 
 
  • Votizen: un projet internet utopique démocratique
 
 
 
Votizen fournit un moyen pour les électeurs de se faire entendre. Votizen relie directement les électeurs inscrits et des représentants élus par les réseaux sociaux. Là encore, un projet qui paraît utopique sous couvert de plus de démocratie…
 
 
Les Fondateurs Jason et David Putorti Binetti ont levé 1,5 millions de dollars.
 
 
 
 
  • TaskRabbit: un site pour vous dépanner

 
 
TaskRabbit propose à des personnes de générer des revenus supplémentaires. L'idée est simplement de connecter une demande et une besoins spécifique et de trouver une personne qui peut vous dépanner…Tout comme les adolescents font du babysitting, TaskRabbit permet à des personnes d'arrondir leurs fins de mois pendant leur temps libre.
 
 
TaskRabbit n'a pas perdu de temps. Sans aucun revenu, la société a déjà levé 5 millions de dollars.
 
 
 
  • H. Bloom: un énième site de livraison de fleurs
 
 
 
H. Bloom est un service d'abonnement pour des fleurs. Leurs cibles: les hôtels et… les maris qui ont besoin d'être aidé pour se souvenir de l'anniversaire de leur femme.
 
 
Les Fondateurs Brian Burkhart et Sonu Panda ont levé 8 millions de dollars (notamment auprès de Battery Ventures).
 
 
 
 
  • Chloé + Isabel: un site qui organise des réunions Tupperware de bijoux en plastique
 
 
 
Chloé + Isabel est une jeune société de bijoux qui a pour vocation à transformer des clients en entrepreneurs. Les utilisateurs sont encouragés à vendre des lignes de bijoux créées par les stylistes Chloe + Isabel, lors de soirées privées qui sont organisées.
 
 
Je suis allé sur leur site www.chloeandisabel.com. En fait, c'est un peu le concept des réunions Tupperware adapté aux bijoux. Après tout, le concept est le même : vendre du plastique moche à des femmes au faire qui n'ont rien d'autre à faire que de se réunir pour dépenser à la maison entre copines.
 
 
Concrètement, Chloé + Isabel créent les bijoux, mettent à disposition leur catalogue, offrent une formation en ligne pour ses vendeurs, leur donne des outils de marketing et les aide à construire leurs e-boutiques.
 
 
8,5 millions de dollars ont été levés auprès du fond d'investissement General Catalyst Partners et Capitaland sur cette idée de Tuperware des bijoux…
 
 
 
  • GetAround: un site pour louer votre véhicule à des voisins
 
 
 
GetAround est un site internet qui permet de louer votre véhicule à des voisins quand vous ne l' utilisez pas.
 
 
Les Fondateurs Elliot Kroo et Jessica Scorpio ont levé 3,4 millions de dollars auprès de CrunchFund, Time Warner, Redpoint Ventures, et du fondateur de Netflix (Marc Randolph).
 
 
 
 
  • Skillshare: des cours à la demande
 
 
 
Skillshare transforme n'importe quel endroit en une salle de classe et transforme tout un chacun en un enseignant. Cette société propose une nouvelle façon d'apprendre. Les gens publient ce qu'ils veulent sur le site de Skillshare. Les autres utilisateurs de Skillshare peuvent s' inscrire pour participer au cours, et choisir de payer pour aller plus loin.
 
 
Les Fondateurs Mike Karnjanaprakorn et Malcolm Ong ont levé 3,1 millions de dollars auprès de Union Square Ventures et de Spark Capital.
 
 
 
 
  • Sojo: des jeux caritatifs
 
 
 
 
Sojo est le Zynga caritatif. Sojo a une très belle vocation sociale : amener les gens à jouer à des jeux en ligne qui ont un impact dans le monde réel. Si c'est pas beau ça!
 
 
C'est un peu basé sur le concept des jeux de Zynga. Dans les jeux Zynga, qui font un tabac sur Facebook, les utilisateurs construisent des fermes et des faux paysages. Avec le projet WeTopia de Sojo, la plupart des actions ont une conséquence dans le monde réel. L'axe est donné aux œuvres de bienfaisance et de charité.
 
 
Concrètement : au lieu qu'il y ait de la monnaie virtuelle (comme avec les 'Crédits' Zynga), les utilisateurs gagnent des 'Joy' (de la Joie) qu' ils peuvent consacrer à des projets comme la plantation d'arbres, l'éducation etc... Chaque fois qu'il y a de la 'Joie', Sojo donne à des organismes de bienfaisance de l'argent pour accomplir la tâche créée dans le jeu ou une fonction similaire, dans la vraie vie.
 
 
8 millions de dollars ont été levés auprès d'Ellen DeGeneres (la présentatrice télé US la plus connue, juste derrière Oprah Winfrey). Le studio Warner Brothers s'est associé à la société en mettant à disposition une équipe de conseillers.
 
 
 
  • Kohort: un réseau social virtuel
 
 
 
Kohort est un réseau social pour les groupes. Basé sur du vent, puisqu'aucun utilisateur n'est encore inscrit à ce jour voir sur http://www.kohort.com/).
 
 
Encore en version en développement (le site n'est pas encore ouvert aux utilisateurs), Kohort a levé 3 millions de dollars 6 mois après sa création auprès d'investisseurs bien réels tels que High Peaks Venture Partners, Venture Partners Contour, David Tisch et Anduin Ventures.
 
 
 
 
  • Zaarly: un site pour louer votre barbecue à un 'ami'
 
 
 
Les fondateurs Eric Koester, Bo Fishback et Ian Hunter ont créé Zaarly, qui est une plateforme locale, qui fonctionne en temps réel, permettant de joindre les offres et les demandes d'utilisateurs. Le concept repose sur très peu de chose. En fait, il s'agit de trouver une réponse concrète à chaque besoin et de  le metre physiquement à disposition (exemple: vous avez besoin d'un barbecue, quelqu'un qui est connecté à votre réseau va vous le mettre à votre disposition).
 
Zaarly a levé 14 millions de dollars sur cette simple idée (qui doit encore faire ses preuves) auprès des fonds d'investissements Kleiner Perkins Caufield & Byers, Venture51 et Crunchfund. Des célébrités comme Ashton Kutcher ou Mark Ecko ont même investi dans la société.
 
 
 
  • Lot18: un énième site de vente de vin en ligne
 
 
 
Lot18 est un énième site de vente de vin sur internet. Mais ça ne les a pas empêchés d'attirer de gros investissement en à peine une année d'existence…
 
Philip James et Kevin Fortuna ont créé leur société en Novembre 2010. Un an plus tard, ils avaient levé 13 Millions de dollars auprès d'AEN et Capital Ventures FirstMark.
 
 
(*) Sources pour les levées de Fonds: TechCrunch - BusinessInsider - GeekWire
 
 
Une bonne et belle Bulle en formation...
 
 
Si on se rapelle de ce qu'a été la boucherie de la bulle Internet, on peut dire ici qu'on n'apprend rien des erreurs passées... 
 
 
Ces 15 start ups de l'Internet ont levé un cumul de plus de 100 Millions de dollars. On l'a vu, le modéle est basé sur des idées qui sont pour le moins très conceptuelles. Avec à peine 1 an d'existence, des projets farfelus, des levées de fond disproportionnées et aucun revenu généré à l'heure actuelle: ça ne vous fait pas penser à une certaine bulle du NIMPORTEQUOI.COM ?
 
 
-------
 
Offre exceptionnelle pour 20 clients uniquement  :

Toutes les lettres de tous les auteurs - Tous les PDF de tous les auteurs 1070€ au lieu de 3188€ !

Loïc Abadie, Claude Mathy, Charles Dereeper, Cédric Froment, Eric David, Sacha Pouget, David Renan, Samuel Rondot.

Lire le détail de l'offre ici

-------

Poster un commentaire

13 Commentaires

  • Lien vers le commentaire svane mardi, 10 janvier 2012 18:33 Posté par svane

    Sacha, le concept "curly.com" n'est pas aussi grotesquement frivole qu'il ne parâit à première vue. Il me semble, en fait, que c'est en réalité un site communautaire "black" qui cache son nom, donc pour tous les "afro-descendents" (puisque c'est en grande majorité eux qui ont des cheveux bouclés, crépus) qui ne veulent pas avouer ouvertement qu'ils donnent dans le communautarisme.
    Or, tous qui a trait à la chevelure "black" constitue un immense marché: les produits lissants, les "extensions" et "implants"etc. etc. (je ne suis pas un spécialiste". Le modèle économique, de ce point de vue, ne me semble pas con du tout!

  • Lien vers le commentaire sacha Pouget mardi, 10 janvier 2012 08:45 Posté par sacha Pouget

    @zoulou

    ça pourrait être particulièrement intéressant de shorter toutes ces valeurs des réseaux sociaux / e-commerce / e-medias ; déjà, on constate que leur cours actuel est en-dessous du prix d'introduction (voir Graph ci-dessous) ce qui montre l’exagération et le gonflement de leurs valorisations... par contre je ne sais pas s'il y a des Trackers pour les shorter mais ça pourrait être intéressant !

    http://read.bi/Ahv2fd

  • Lien vers le commentaire sacha Pouget lundi, 09 janvier 2012 23:07 Posté par sacha Pouget

    @svane @fred subtropical

    alors, je pense comme vous qu'il y a des models de business solides. mais il y a des sites tirés par les cheveux comme Curly.com

    La remarque de svane est très juste : il est vrai qu'il y a des services qui répondent parfaitement à des besoins en tant de crise - même si ce sont souvent des niches.

    On l'a vu avec Groupon: ils ont très bien su répondre à des attentes à leur début. Groupon a créé un model Local qu'ils ont développé ; ensuite , le tout n'est pas d'être le premier entré sur un marché. aujourd'hui ils sont attaqués par des concurrents qui viennent le déstabiliser (exemple avec VentePrivee qui débarque aux US avec l'appui d'American Express). Mais leur business a indéniablement créé de l'activité

    La plupart du temps, ce qu on constate, c'est que les sites qui lèvent de l'argent sont basés sur:

    -les réseaux sociaux;
    -ou les applications;
    -ou les jeux en ligne;
    -ou l'éducation;
    -ou l'aspect "caritatif";
    -ou le stockage-le cloud computing;
    -ou encore le divertissement

    C'est quand même dingue tout ce qui foisonne comme idées aux US. Et je suis certain qu'en y regardant bien, on pourrait même s'en inspirer. Je présenterai pleins d'autres sites prochainement, que j'aborderai dans un article sur ObjectifEco. Voici par exemple deux ou trois sites ayant levé des fonds dernièrement et qui ont attiré mon attention:

    -{{Quora}} est un site de Questions-Réponses. A première vue ça ressemble au fameux "Comment ça marche?" français. Quora permet de rechercher sur Internet des réponses à travers une plateforme où des experts répondent et partagent ce qu'ils ont appris. Il s'agit ni plus ni moins que d'un réseau social dont le moteur des conversations est la question. Vous en posez une, la communauté vous répond. Je trouve ça très intéressant: ça va + loin que Yahoo Answers et c est du qualitatif

    Les co-fondateurs Adam D'Angelo et Charlie Cheever ont levé 11millions de dollars sur la base d'un valorisation de la société de 86 millions de dollars..

    -{{ZocDoc}} est un moyen simple pour prendre des rendez vous médicaux. 5,3 millions de rendez-vous sont disponibles en ligne à chaque moment et le site compte 700.000 utilisateurs. Le service est gratuit pour les utilisateurs et coûte 250 $ par mois aux praticiens.

    Les fondateurs Nick Ganju, Cyrus Massoumi et Oliver Kharraz ont levé 95 millions de dollars à ce jour auprès de DST Global sur la base d'une valorisation de prés d'un milliard de dollars..

    -{{JiBe}} révèle aux recruteurs qui vous êtes. Concrètement, Jibe cherche qui vous êtes sur la toile. Créée en Octobre 2010, la jeune société s'attend à générer au moins 1 million $ de revenus cette année. Je trouve l'idée intéressante. Reste à savoir si ça pourra rentrer dans un cadre légal…

    Joe Essenfeld, le fondateur de JiBe, a levé 6 millions de dollars


    {..si seulement on avait la même chance en France de pouvoir laisser libre cours à l'imagination des entrepreneurs et leur donner aussi facilement à des financements !}


    @ Stephane,
    je pense qu'une ouverture de compte avec plusieurs titulaires paraît difficile et compliquée chez IB ; en France on m'a dit qu 'il était possible d'ouvrir un compte bancaire et un compte chèque en indivision mais on ne m'a pas confirmé pour un compte titre. C'est très spécifique comme demande, et il n 'y a que IB qui pourra vous dire concrètement ce qu'il en est

    Cdt,
    sacha

  • Lien vers le commentaire svane lundi, 09 janvier 2012 18:56 Posté par svane

    Les sites "sociaux" sont certes dans une bulle. Mais les concepts de ces sites ne sont pas tous délirants. L'idée de location de voitures entre particuliers me paraît excellente, par exemple, en tout cas, je m'en servirais volontiers. Je ne suis pas contre Taskrabbit, voire Skillshare, non plus.

    Ce qui est passionnant, c'est que tous, quasiment, parient sur un contexte de forte crise: on a plus d'argent pour s'achêter une voiture, ni de payer une location traditionnelle, et si on en a une, on a besoin de la rentabiliser... on ne peut plus se payer un plombier, on fait donc appel à un amateur, qui lui aussi est obligé d'arrondir ses fins de mois, etc.

    Donc, je parie que tout comme pour la bulle internet de 2000, on verra énormement de perdants, mais aussi quelques heureux élus, grands gagnants.

  • Lien vers le commentaire yves lundi, 09 janvier 2012 16:41 Posté par yves

    un des 2 fondateurs de Kelkoo etait mon directeur marketing en 1999 ... parti avec 3ml$ ... vendu 5 ans plus tard à Yahoo 150x plus cher !!! haha, tres beau coup de marketing, hein !!! http://en.wikipedia.org/wiki/Kelkoo

  • Lien vers le commentaire Joseph Pietri lundi, 09 janvier 2012 14:25 Posté par Joseph Pietri

    Excellent article tout simplement.
    Sacré rappel!
    Merci.