Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

promospeciale

Plastivaloire reste très décotée.

Audience de l'article : 4808 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions

 

 

Plastivaloire est une valeur industrielle, qui produit des pièces en plastique pour l'industrie automobile (45% du C.A), le secteur TV-HIFI (23% du C.A) et d'autres secteurs dont l'industrie électrique (32% du C.A).

 

Le C.A est réalisé pour un peu plus de 50% en France, le reste étant à l'étranger (Europe et Tunisie).

 

Le principal intérêt de cette société est d'offrir une forte décote sur capitaux propres tangibles (ils représentent environ 36€/action, soit une décote de près de 50%), tout en ayant un potentiel de recovery actuellement non pris en compte par le marché.

 

Plastivaloire a retrouvé la profitabilité au S1 2009-2010, avec un bénéfice net de 3,4M€, et l'amélioration se poursuit au T3 2010 (C.A en hausse de 51%)

 

Pour l'exercice 2009-2010, Plastivaloire affiche un objectif de C.A à 220M€. Avec une marge nette de 3%, cela donnerait un résultat net de 6,6 M€, soit un PER prévisionnel de 7,9.

 

Plastivaloire mène enfin une politique d'acquisitions de nature à permettre la poursuite de sa croissance (key plastics en 2009, négociations en cours avec le plasturgiste Bourbon en 2010, expansion en Tunisie).

 

Vu l'amélioration des résultats observée sur le S1 2010, la décote existant sur les capitaux propres semble donc très excessive, même en tenant compte de la faible liquidité du titre.

 

Par contre, compte tenu de son secteur d'activité, PVL reste une valeur cyclique et exposée à un retournement de la conjoncture.

loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire