Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Immobilière Dassault - six mois de surplace - pour miser sur l'immobilier parisien

Audience de l'article : 5939 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Cette valeur intéressera tous les investisseurs qui souhaitent investir dans l’immobilier sur Paris, mais pensent (à juste titre) que le marché actuel y est trop cher et offre des rendements insuffisants.

Immobilière Dassault est une société foncière avec un statut de SIIC, ce qui signifie qu’elle n’est aujourd’hui plus éligible au PEA. Elle est par contre exonérée de l’impôt sur les sociétés.
Son patrimoine est formé de biens immobiliers situés au centre de Paris (91%) et en première couronne (9%), principalement à usage de commerces ou bureaux.


Analyse du patrimoine

Une forte décote

L’actif net réévalué hors droits d’IMDA se situe aujourd’hui aux environs de 42,6€/action, la décote avoisine donc les 46,5% au cours actuel (22,8€). C’est évidemment le principal intérêt du titre : il vous permet de devenir propriétaire de biens situés dans les meilleurs quartiers de Paris, presque à moitié prix !

Un faible niveau d’endettement

Le ratio loan to value (ratio LTV = dette financière nette / valeur totale du patrimoine) est de seulement 19,4% (dette financière nette actuelle de 67,3M€), ce qui rend la valeur moins exposée en cas de baisse du marché immobilier. Les ratios LTV moyens des foncières se situent souvent aujourd’hui entre 50 et 60% : IMDA est donc vraiment un cas particulier à ce niveau.

Deux immeubles en vente

Deux immeubles d’IMDA sont actuellement mis en vente, en particulier le bien situé place de la république Dominicaine (Paris 17ème), d’une surface utile de près de 7000m2.

La réalisation de cette vente pourrait amener des liquidités importantes et permettre le maintien de dividendes importants.

Actionnariat

L’actionnariat d’IMDA est familial, avec environ 59,5% des parts détenues par la famille Dassault, 19,6% par la famille Peugeot et 6,3% par la famille Seydoux.

On notera que Michel Seydoux a acquis ses titres fin 2009, en plein marasme immobilier au prix de 25€/action, l’ANR n’était alors que de 32,7€ contre 42,5€ aujourd’hui.

Rendement

La valeur n’a historiquement pas délivré de forts dividendes, préférant se concentrer sur la valorisation du patrimoine :

dassaultloic0913
(source : tradingsat)

Toutefois, le dividende délivré en 2013 a été réévalué fortement (rendement de 6,6% au cours actuel).

Points faibles de la valeur

La valeur ne présente pas de réels points faibles en dehors des dividendes modestes délivrés jusqu’en 2012 (biens de grande qualité au centre de Paris, forte décote, faible endettement). Comme toute foncière, elle sera simplement exposée en cas de retournement du marché immobilier parisien. Mais la décote intègre déjà largement ce risque, et l’actionnaire aura la possibilité de vendre ses titres bien plus vite et avec moins de frais que le propriétaire d’un appartement parisien si la situation devait se dégrader.

Analyse technique et graphique publiée dans ma lettre de septembre 2013

La liquidité du titre est assez réduite, mais suffisante pour l’investisseur de moyen / long terme, avec des volumes d’échange d’environ 40 à 60K€/semaine : Veillez à passez des ordres à cours limité pour intervenir sur ce titre. Graphiquement, la valeur se situe en phase 2 (haussière) de Weinstein depuis le printemps 2013 (annonce de la hausse du dividende), et consolide actuellement au sein d’un triangle. Le franchissement de résistances situées à 23 puis 23,6€ confirmerait la tendance haussière, inversement le passage sous 22€ donnerait un signal négatif (cassure par le bas du triangle). La consolidation actuelle offre aux investisseurs intéressés une bonne opportunité. 

Le support de 22€ a été enfoncé depuis la publication de mon avis dans ma lettre, mais aucune baisse ne s'est enclenchée. Le titre a au contraire poursuivi son surplace pendant plusieurs mois.

dassaultloic20913

Loïc Abadie
loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

2 Commentaires

  • Lien vers le commentaire Yves samedi, 28 décembre 2013 15:33 Posté par yves

    Attention, les dividendes des SIIC ne beneficient pas de l'abattement de 40% dans la declaration IR donc à considérer comme un loyer avec imposition plein pot por nourrir Bercy et ses copains.

  • Lien vers le commentaire Yves samedi, 28 décembre 2013 15:08 Posté par yves

    Bonjour Loic, sur le plan financier (et non chartiste) , que pensez-vous de l'action ZIF (Zublin Immobilier) ?  Là aussi je pense un titre en décote, sur la base des fondamentaux.