Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
David Renan

David Renan

Je suis trader pour compte propre sur les small-caps depuis 1999. J'ai multiplié mon portefeuille par 120 depuis 2004 (plus de 1,5 million d'euros de plus-values depuis mes débuts en bourse)

Suivez moi sur twitter : @DavidRenanTrade

Interview sur mon trading : cliquez ici

5 opérations pour comprendre comment je trade et pourquoi cela marche pour moi depuis 15 ans : la vidéo est ici

Présentation de ma newsletter : mon écran filmé

Exemple d'une journée de trading : lire le PDF


Mon journal de trader
: une vidéo vue par plus de 4300 personnes

Je propose trois formules en fonction des différents besoins de chacun pour suivre mes opérations : les explications sont ici

Mes stratégies pour faire exploser votre compte sur les small caps

Le point sur mes résultats 2015 :  +39 % et 232 000 € de plus-values
Interview ici
Mes résultats 2016+36 % et 235 000 € de plus-values

Mes performances boursières des années précédentes (2011-2015):
le récapitulatif

Je suis joignable sur  davidrenantrading@gmail.com

David-Renan

promospeciale

Depuis 2015, le bilan des introductions en bourse est catastrophique !

Audience de l'article : 1483 lectures
Nombre de commentaires : 2 réactions

Depuis 2015, le bilan des introductions en bourse est catastrophique !

Le tableau ci-dessous parle de lui-même et donne l’ampleur des dégâts On y trouve essentiellement des small caps (excepté AMUNDI et NEOEN) :

palmaresIPOFrance 2019 1
palmaresIPOFrance 2019 2
palmaresIPOFrance 2019 3



Sur 86 introductions (hors compartiment Access (ex-Marché libre) :
-          Seules 10 valeurs s’inscrivent en hausse
-          31 valeurs ont lâché plus de 70 % !!



Les raisons de ce massacre sont multiples :

-          On ne va pas se mentir, peu de valeurs de qualité sont arrivées en bourse depuis 2015. Pour ne rien arranger, de nombreux dirigeants ont exagéré voire menti sur le potentiel ou sur les perspectives de leurs sociétés. Il fallait vendre du rêve, du papier … et il y avait de la demande.
Les pièges et les déceptions ont été très nombreux ! Il y a maintenant des liquidations judiciaires, à l'image de CELLNOVO ou STENTYS mais il y en aura certainements d'autres.


-          Le secteur de la biotech et de la medtech est surreprésenté.
Les échecs sont habituellement nombreux dans ce secteur. Mais il faut reconnaitre que les sociétés françaises se sont particulièrement distinguées avec énormément de mauvaises nouvelles ! A quelques exceptions près, l’essentiel des molécules s’est avéré complètement inefficace. Certains dirigeants de biotechnologies ont surfé sur la mode de la biotech en introduisant leurs sociétés et en vendant aux analystes des pipelines qui se sont avérés de piètre qualité …voire digne de confiseurs ! J'exagère à peine … ;-))
Dans certains cas, on peut même parler d'arnaque ...
Seule une poignée de biotechs françaises demeure intéressante, il y a INNATE PHARMA mais il y en a d’autres ...

Dans la medtech, les ventes ont du mal à décoller durablement et les sociétés affichent de lourdes pertes depuis de nombreuses années.



-          Dans l'actuel environnement économique (guerre commerciale, Brexit, les tweets de Trump, etc ...), les investisseurs recherchent des titres liquides quitte à les payer beaucoup plus cher. Ils se délestent ainsi de titres moins liquides bien que certains soient complètement bradés.
Le compartiment des small caps souffre depuis 18 mois. La décollecte sur les fonds small caps européens est persistante et enfonce encore plus bas tout le compartiment. Les gérants vendent tout, sans distinction.

palmaresIPOFrance 2019 décollecte

 


-     De nombreuses sociétés ont particulièrement déçu lors de la publication de leurs derniers résultats semestriels.


-           Ces dernières années, de nombreuses sociétés ont eu recours aux fameuses obligations de type OCA / OCABSA (https://www.lesechos.fr/finance-marches/vernimmen/ocabsa-257584 ) pour se financer. Ces opérations très dilutives se sont révelèes très destructrices pour les actionnaires.
En effet, la société lève du cash en permanence, en convertissant ses OCABSA en actions ce qui crée une pression vendeuse, en permanence. Certaines sociétés ont recours à ce mode de financement depuis des années.
Pour les identifier, c’est très facile : leur cours a plongé sous les 0,1 ! (VISIOMED, SPINEWAY, EUROPLASMA, SAFE ORTHOPAEDICS, etc ).
La pression baissière est d’autant plus forte lorsque la société déçoit. Le cours de bourse va encore plus bas mais la société, en manque de financement, se doit de convertir ses obligations, pour survivre tout simplement ….


-          L’essor du private equity (non-coté) a sans doute privé le compartiment des small caps de quelques dizaines de millions d'euros. Méfiance car les ratios de valorisations dans le private equity sont devenus complètement délirants. Les investisseurs devraient finir par revenir sur le coté.


-      Le nouveau régime de pas de cotation dans le cadre de la directive MIFID II n'a pas aidé



Ce catastrophique bilan des introductions est étroitement lié à un compartiment des small caps complètement délaissé et malmené depuis le mois de février 2018. 
Après avoir rebondi en début d'année, des small caps sont de nouveau massacrées avec des valorisations dignes de la crise des subprime. Il faut néanmoins être particulièrement prudent et sélectif.

Certains profitent déjà de ces niveaux de valorisation complètement déprimés pour faire leurs courses, à l'image d'OCEASOFT qui vient de se faire racheter par le groupe Dickson, en proposant une prime de 101 % par rapport à son dernier cours de bourse.
Je m'attends à d'autres opérations, avec des primes élevées, d'ici la fin de l'année.





David Renan
 




David Renan téléchargement livre
Poster un commentaire

2 Commentaires