Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Tim Sanchez

Tim Sanchez

 
Si j’avais un rêve un peu fou ça serait de fédérer une communauté qui rêve davantage de vaincre les difficultés et pas seulement de leurs survivre.


Si j’avais la main verte, j’aiderais les autres à cultiver une pensée libre: créatrice de valeur, définitivement tournée vers la réalisation de l’excellence.

Mes convictions :

1-La vie d’un être humain est trop courte pour qu’il demeure l’esclave de sa vieille habitude de ne penser que dans une seule direction.

2-Il n’y a pas « de bon moment » pour se lancer, s’améliorer et avancer vers la liberté financière et d’être.

3-La clef n’est pas la motivation ou les conditions mais l’information à laquelle on a accès.

Mes constats :

a-La « crise » a bousculé à peu près tout ce qui existe dans ce monde, à part la manière dont les hommes pensent : si vous voulez investir dans quelque chose de stable qui à survécu à l’épreuve des balles, voilà une piste intéressante.

b-Point de liberté individuelle en focalisant son temps et son énergie sur des problèmes collectifs : La crise, les impôts, les contraintes sociales sont des problèmes collectifs, les solutions individuelles enjambent ceux-ci.

c-Il est plus facile d’avancer dans la vie en tant qu’écho, seulement jusqu'à temps que l’autre joue une fausse note.

d-Le monde change à une vitesse hallucinante, ouvrant la voie à un cycle de destruction créatrice intense qui ravage l’ancien modèle sur son passage.

Ici je partage avec vous mes réflexions pour investir, protéger son patrimoine et entreprendre.

PS : Il paraît que je suis un rêveur invétéré avec deux mains vertes , et vous ?

 
PS2 : Vous pouvez me retrouver sur Facebook ou je poste en exclusivité pour ceux qui me suivent une image commentées de temps en temps  ou bien poser une question ici :

sanchez.tim @ yahoo.com

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
DE GIRO 2

Poser un regard pragmatique sur le secteur de la santé

Audience de l'article : 995 lectures
Nombre de commentaires : 0 réactions
Votez pour cet article
(1 Vote) - Note : 5.00
Partagez cet article avec vos connaissances
Dans un ancien édito, je mettais en avant les solides fondamentaux du secteur de la santé pour un investisseur tout comme un spéculateur.
http://www.objectifeco.com/bourse/actions/biotech-sante/le-seul-secteur-qui-est-assis-sur-une-demande-porteuse-a-long-terme-3-raisons-de-le-considerer-comme-un-investissement-intelligent.html


Des fondamentaux qui sont d’autant plus solides et rassurants si on les compare aux autres secteurs.

Nous sommes en fin de cycle de la dette long terme qui a commencé depuis la fin de la seconde guerre mondiale et à la fin d’un cycle de la dette court terme qui a commencé en 2009 après les subprimes.

Maison-vendre-aux-Etats-Unis



Autant vous dire que les cycliques sont au plus haut et que je ne suis pas très optimiste à horizon 2-5 ans pour le marché dans son intégralité.

En revanche a très court terme, ce n’est pas magnifique mais le sentiment de crainte est tellement généralisé qu’il attire une réaction émotionnelle opposée du marché : une « invulnérabilité » sans raison apparente.


Ce qui est particulièrement désagréable pour tous ceux qui aiment bien comprendre rationnellement ce qui se passe.

Vu que l’explication n’est pas dans la raison mais dans l’émotion.


Rassurez-vous, plus vous élargissez votre horizon de temps moins vous êtes impacté avec ces conneries émotionnelles.

C’est très important de comprendre les marchés en tant que patterns émotionnels inversés, cela offre une clé que beaucoup ignore.

Mais à long terme, l’émotion ne compte plus, il n’y a que les ordres de grandeurs et les ratios qui ont du sens.


Car malgré la solidité apparente des marchés, le risque guette et une approche disciplinée dans son stock picking et sa construction de portefeuille s’avère crucial.

Parmi les secteurs les plus solides fondamentalement ; il y a forcément le secteur de la santé que j’affectionne particulièrement.

Je vous parle de cela car je suis tombé sur une donnée qui m’a laissé sur le cul.


Si ce secteur des biotechs est si « captivant » c'est qu’il présente le cocktail préféré du spéculateur.

Des possibilités de gains énormes car flux de news ininterrompus et des écarts de +50% tous les jours.


Une distribution entre winner et looser à la Pareto, moins de 20% des gagnants drivent 80% des performances boursières.

Je dirais même qu’à mon avis on est encore plus concentré, dans 10/90.


Et cette concentration elle s’explique par un biais majeur :

Le facteur « innovation » 

biotechnology-patent


Dans les biotechs si on n’innove pas, on a aucune raison d’être et cette concurrence féroce centrée sur des business models avec 100% de R&D produit des choses étonnantes.

Il n’y aucune inertie, aucune rente, le risque est perpétuel, massif, puissant.

Soit on gagne et on gagne gros, soit on perd et on se prend une branlée mais il n’y a pas de demi-mesure.


Pour faire un lien avec la finance :

Il est reconnu que l’immense majorité des gérants n’arrivent pas à battre le marché.

La somme des toute l’énergie et l’argent dépensés pour produire de la valeur ne surpasse pas la passivité de l’index investing.


Tandis que dans le secteur de la santé, le génome humain originel à mis 13 ans et 3 milliards de dépenses pour pouvoir être séquencé, c’était en 2000.

Nous sommes en 2016, il faut une journée et 1000 euros pour le séquencer aujourd’hui.

« L’image » et les chiffres parlent d’eux même.


Comme quoi quand un homme est laissé libre, il finit toujours par trouver des solutions à ses propres problèmes.
Poster un commentaire