Vous n'êtes pas membre (devenir membre) ou pas connecté (se connecter)
Loic Abadie

Loic Abadie

Je vis à la Réunion. Je suis ingénieur de formation. Actuellement, j'enseigne en classe primaire. Entre 2003 et 2010, j'ai multiplié par 9 la valeur de mon PEA, en jouant sur des petites valeurs et sur les trackers CAC40 type BX4 pour me couvrir dans les marchés baissiers. En 2011, ce PEA fait plus de 425.000 euros. Il a stagné pendant deux ans, car j'ai préféré jouer la sécurité, l'essentiel de mes économies étant investi dedans.

2013 et 2014, les incertitudes européennes se sont calmées avec le QE. J'ai repris un peu plus d'initiatives. Fin 2014, mon PEA touche un nouveau plus haut à 580.000€.

==> Suivre en direct l'évolution de mon PEA


==> Suivre en direct l'évolution de mon portefeuille Rendement et Dividendes

 

Loic-Abadie

Faire une recherche
Trouver un article
Trouver un auteur
Loic Abadie - Le bouclier

Brillante réussite de la France aux sleep tests !

Audience de l'article : 8058 lectures
Nature de contenu : Edito
Nombre de commentaires : 6 réactions
Votez pour cet article
(76 Votes) - Note : 4.29
Partagez cet article avec vos connaissances

Comme on pouvait s’y attendre, nos banques européennes ont parfaitement réussi leur examen de passage des « stress tests » : 92% de réussite en Europe (84 banques sur 91), 100% de réussite en France…C'est encore mieux que notre bac (dont le taux de réussite finira aussi par approcher 100% à la suite d'"adaptations" et "harmonisations" répétées des programmes et barèmes de notation) !
 
Nous allons donc avoir droit dans les heures et jours à venir à de multiples articles, déclarations triomphantes  de divers responsables politiques sur le fait que les banques françaises font partie des tous meilleurs élèves.
 
Voyons quand même d’un peu plus près le barême de notation très « spécial » qui a été retenu pour ces tests. Il figure dans ces deux pdf communiqués par la banque de France,  qui sont de véritables chefs-d'oeuvre d'autosatisfaction : communiqué et annexe.
 
Le « scénario de stress » envisagé (censé évalué la résistance de notre système bancaire aux pires conditions) est le suivant :
 
1)  PIB
 
 Il a été envisagé une récession de 0,1% en 2011 en France après une croissance de 0,7% en 2010…Nous avons eu des chiffres de recul du PIB de –5 à –10% au cours de la première vague de la crise en cours. Mais visiblement pour les organisateurs du « sleep test », cela ne se produira plus jamais, et –0,1 % (c’est à dire une gentille stagnation économique) représente maintenant la pire chose qui puisse nous arriver. Vive la zen attitude !
 
2) taux de chômage
 
Dans le scénario du pire, il passerait de 10,2 à 10,5% (hausse de 0,3%). Ce taux de chômage a progressé de près de 2,5% en 2 ans, d’autres pays ont connu des hausses supérieures à 4%. Mais là aussi, cela ne se reproduira plus jamais au pays des sleep tests, le pire qui puisse nous arriver est une hausse de 0,3% !
Relaxez vous, respirez profondément, tout va bien.
 
3) Le meilleur de la farce à présent : les dettes souveraines.
 
Cette partie de l’examen avait pour but de vérifier que nos banques étaient capables de faire face à un gros problème sur la dette souveraine d’un ou plusieurs états européens. L’exposition des banques aux dettes souveraines se décompose en deux parties : le portefeuille bancaire (82% du total environ pour les banques françaises) et le portefeuille de négociation (18% du total).
 
Premier tour de passe-passe de nos magiciens du sommeil : n’appliquer les décotes sur les dettes qu’à la partie « négociation » (soit moins de 1/5 de l’exposition réelle).
 
Second tour de passe-passe : limiter les décotes appliquées aux pays les plus exposés (Portugal, Espagne, Irlande, Pologne) à une fourchette de 10 à 15%, à l’exception de la Grèce (décote de 23%, ce qui reste très modéré).
 
Ces deux tours de passe-passe font que la décote réelle appliquée, si on prend en compte la totalité de l’exposition est de :
 
- 6% pour la Grèce
- 2,7% pour le Portugal
- 1,3% pour l’Espagne

Et il s’agit là des décotes censées être les plus dures.
 
Quelle personne ayant un minimum de bon sens pourrait croire que si un état venait à faire défaut sur sa dette souveraine, les créanciers ne subiraient qu’1 à 6% de pertes ? Dans le monde réel, les chiffres se situent plutôt entre 40 et 80%.
C’est pourtant cela bien que le « Comité européen des contrôleurs bancaires (CECB) » voudrait que nous croyions !
 
Un dernier point maintenant…Il existe un « stress test » tout simple, que chacun peut faire sur sa banque, qui est bien plus sérieux que la comédie du CECB. C’est le  leverage ratio.
 
En situation de forte crise, presque tous les actifs des banques sont exposés à des pertes : les prêts aux entreprises, aux ménages, les dettes souveraines, les actifs boursiers…etc. Même les emprunteurs les plus solides peuvent faire défaut (ce n’est pas une vue de l’esprit, près de 50% des saisies immobilières aux USA sont aujourd'hui le fait d'emprunteurs de la catégorie "prime" pourtant censée être la meilleure).
 
Nos banques européennes (et françaises) ont en moyenne un leverage ratio de 20 à 40 actuellement (certaines dépassent encore 50).
 
Un leverage ratio de 20 signifie qu’il suffit de 5% de pertes sur l’actif de la banque pour qu’elle n’ait plus de capitaux propres (faillite potentielle).
Un leverage ratio de 40 signifie qu’il suffit de 2,5% de pertes sur l’actif pour que les capitaux propres de la banque disparaissent.
 
Voilà ce qui constitue à mes yeux le vrai « stress-test ». Et Il montre que notre système bancaire dans son ensemble est totalement incapable de faire face à une situation de forte crise.
 
Bonne nuit à toutes et à tous grâce à la pilule magique du CECB !
 
 
loic-investir-devenirrentier
Poster un commentaire

6 commentaires